Le président Alassane Ouattara et son 3ème mandat (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa)

Le président Alassane Ouattara et son 3ème mandat (Par Alice-Rosine Bécan Tiékpa)

A plusieurs reprises, j’ai exprimé mon opinion sur l’inamovible président que monsieur Alassane Ouattara est en train de se donner les moyens peu commodes de devenir. Pour permettre à l’opinion de s’en convaincre, je dresse ci-dessous, la chronologie de quelques faits.

Lors de la dernière remise du prix Félix Houphouët-Boigny à l’UNESCO, et contrairement aux bons procédés qui existent entre les deux, monsieur Ouattara est allé prendre part à cette cérémonie en ignorant royalement monsieur Bédié qu’il appelle son aîné. Il ne lui a pas dit le moindre bonjour.

Une fois de retour en Côte d’Ivoire, monsieur Alassane Ouattara a convoqué Jeanne Peumon et Ahoussou Jeannot. Il leur a donné pour mission de ramener le peuple baoulé à ses pieds sans l’avis de Bédié. Un gros coton se tisse dans le dos de Bédié en ce moment.

Actuellement où j’écris ces pages, Ouattara est à la manœuvre et ses collabos Ahoussou Jeannot et Jeanne Peumon sont à l’œuvre pour le débauchage des cadres influents et charismatiques baoulés dans la vie civile comme militaire.

Les traitements inhumains et tortures que subit le Commandant Abéhi Jean-Noël pour lui faire dire des choses inconsidérées dans les camps de concentrations de Ouattara procèdent de deux objectifs. Le premier rejoint l’objet de ma présente opinion et le second est une manœuvre pour diaboliser davantage le président Gbagbo Laurent afin qu’il ne bénéficie jamais d’une liberté provisoire.

La chambre dite des rois et chefs traditionnels qui n’existe que de nom, et qui ne se résume qu’à cinq valets aux coiffes de chefs ou rois, est aussi un appareil d’asservissement des rois et chefs baoulés et de la communauté baoulé. Nombreux sont les rois et chefs baoulé qui sont expressément écartés de cette chambre et des avantages y liés. La manœuvre de leur rejet par Ouattara vise à les réduire à la mendicité jusqu’à ce qu’ils capitulent et acceptent de vendre leur âme.

L’esclavagiste en chef est Awoula Tanoé des N’Zima. Sa bande de négriers est composée de Nanan N’Dépo Didas, pour ne citer que celui-là même qui avait traité Ouattara des noms de tous les oiseaux voltaïques, lors d’un débat-télé des chefs, en présence de feu Gaoussou Ouattara, sur les origines de Dramane Ouattara. Vraiment, le pays fait pitié avec ses chefs alimentaires et aux langues fourchues !

Dans cette ignoble mission d’asservir le peuple baoulé et ses chefs et rois et cadres, je citerais le chef de canton des saticlan, Nanan Totokra III qui est tombé sous le charme de Ouattara et se rend complice du malheur de la Côte d’Ivoire. En ce qui concerne ces rois et chefs, ces hauts cadres militaires et civils baoulé, en mission pour affaiblir Bédié et tout le peuple baoulé au grand bonheur de Ouattara pour asseoir son 3ème mandat, je dresserai la liste exhaustive dans ma prochaine adresse. Ils nagent et je vois leur dos.

Alice-Rosine Bécan Tiékpa

One comment

  1. Mon commentaire a disparu,pourquoi ?parceque vous etes tous a la solde du mossi dramane,tous corrompus,qui ignore l;importance de leur pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.