LE PRESIDENT GBAGBO JUGE PAR LA HAYE : IL EST TEMPS POUR L’AFRIQUE DE QUITTER LA CPI !

LE PRESIDENT GBAGBO JUGE PAR LA HAYE : IL EST TEMPS POUR L’AFRIQUE DE QUITTER LA CPI !

De nombreux africains rêvaient d’un abandon des poursuites. Les avocats du président Gbagbo – président légitime élu et renversé par un coup d’état occidental – aussi. Moi pas !

Jamais car je connais trop bien cette pseudo « justice internationale », les TPIY, TPIR et autres CPI, pour avoir affronté le monstre aux mains des occidentaux lorsqu’avec le regretté Me Jacques Vergès, j’assurais la défense du président yougoslave Milosevic avec notre « Comité International pour la Défense de Slobodan Milosevic ».

Relire mon édito du 1er octobre 2013 :

LA CPI : UNE MACHINE DE GUERRE OCCIDENTALE POUR LA RECOLONISATION DE L’AFRIQUE

Sur http://www.lucmichel.net/2013/10/01/luc-michel-focus-la-cpi-une-machine-de-guerre-occidentale-pour-la-recolonisation-de-lafrique/

Milosevic est mort, dans des conditions troubles, dans les geôles de La Haye. Des accusés serbes y pourrissent depuis des années sans avoir été jugés. Et la politique serbe a ainsi été livrée aux mains des partisans de l’Occident. Il en va de même en Côte d’Ivoire. Car la CPI, comme ses prédécesseurs, ne rend pas la justice. Elle fait de la basse politique pour le compte de ses maîtres occidentaux.

LA CPI VA DONC JUGER LAURENT GBAGBO POUR DE PSEUDO « CRIMES CONTRE L’HUMANITE »

La Cour pénale internationale a donc « décidé », suivant ainsi la volonté initiale de ses maîtres occidentaux, de juger l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo pour de pseudos « crimes contre l’humanité présumés commis lors des violences ayant déchiré le pays en 2010 et 2011 » (sic), a annoncé jeudi la CPI.

Très attendue en Côté d’Ivoire, où elle ne va contribuer à pacifier le pays, cette décision met un terme à plus d’un an de procédures préliminaires ayant notamment vu les juges douter de la solidité du dossier du procureur. “La chambre préliminaire de la CPI a confirmé, à la majorité, quatre charges de crimes contre l’humanité (…) à l’encontre de Laurent Gbagbo et l’a renvoyé en procès devant une chambre de première instance”, a indiqué la CPI dans un communiqué.

Premier ex-chef d’Etat poursuivi devant la CPI, Laurent Gbagbo, 69 ans, est accusé d’avoir “ordonné, sollicité, encouragé ou contribué de toute autre manière” à l’accomplissement de quatre crimes contre l’humanité, à savoir meurtres, viols, actes inhumains et persécutions (resic). Ces « crimes » présumés auraient été commis durant la crise meurtrière née de son refus légitime de reconnaître « la victoire » (obtenue par fraude et sous la pression occidentale) de son rival Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010, et qui a fait plus de 3.000 morts.

Le président Gbagbo assure quant à lui avoir été évincé du pouvoir en faveur de son rival en raison d’un complot fomenté par la France, ancienne puissance coloniale en Côte d’Ivoire, et appuyé par les USA, l’ONU et le FMI (dont Ouattara a été un des dirigeants).

Le tout sur fond de « guerre du Cacao », une matière première stratégique pour les industries alimentaires occidentales. Dans cette guerre véritable -avec mercenaires, guérillas locales et coups d’états -, on retrouve un autre domestique de l’Occident, le « baron du chocolat » Porochenko, « élu » président ukrainien par la grâce des mêmes occidentaux …

Arrêté en avril 2011 par les forces françaises qui appuyaient les pro-Ouattara, dont ils avaient favorisé depuis le début la guérilla et la marche vers la capitale, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye en novembre 2011. Les juges aux ordres avaient entendu en février 2013 les arguments des parties quant à la solidité du dossier du procureur en vue d’un procès. Insuffisamment convaincus par le procureur, les juges lui avaient demandé des informations ou éléments de preuve supplémentaires avant de décider si un procès devait être mené contre M. Gbagbo. Le temps d’organiser l’action contre Gbagbo.

 

QUE SONT VRAIMENT LA CPI ET SES PREDECESSEURS LES PSEUDO TPIY ET TPIR ?

La CPI a eu deux prédécesseurs : le TPIY – Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (instauré illégalement par le Conseil de sécurité, qui n’en avait pas la compétence et au Moment où la Troisième Yougoslavie, démembrée en 2003, existait encore) – et le TPIR – Tribunal pénal international pour le Rwanda (après le génocide).

Le TPIY a été une machine de guerre de l’OTAN contre ses ennemis : la troisième Yougoslavie de Milosevic et son coeur la Serbie. J’ai bien connu le TPIY que j’ai longuement combattu de 2001 à 2006 en compagnie du regretté Jacques Vergès (1). J’ai même mené avec Me Vergès le seul débat public ayant jamais opposé les porte-paroles officiels du TPI et ses adversaires sur la chaîne de télévision « LCP-PUBLIC SENAT » (Paris) et qui tourna à la défaite des domestiques de l’OTAN (2).

Pendant toute son action, les magistrats aux ordres du TPIY ont servi de bélier à l’OTAN pour déstabiliser Belgrade, épargnant les criminels de guerre de Zagreb et Sarajevo. Sans oublier les crimes de guerre de l’OTAN – le TPIY a déclaré irrecevables tous les recours contre les généraux de l’Alliance – et ceux des mafieux de l’UCK kosovare. Y compris comme l’a reconnu l’ex procureur-général du TPIY Carla Del Ponte en fermant les yeux sur un trafic d’organes à grande échelle impliquant l’actuel premier ministre kosovar, grand ami des BHL, Kouchner et autres général Clark (3).

Le TPIY a lancé la chasse à l’homme contre les Serbes et protégé les crimes des mafieux kosovards, des milices et généraux fascistes croates et des islamistes radicaux bosniaques. Elle a fait mourir le Président yougoslave Milosevic, malade et sans traitement approprié, dans ses geôles de La Haye. Aller voir les condamnations des rares dossiers non-serbes et celles des politiciens et officiers yougoslaves ou serbes et comparez ! Ces magistrats indignes ont laissé pendant des années les mafieux de l’UCK albano-kosovare enlever des prisonniers serbes, les dépecer vivant et vendre leurs organes. Del Ponte attendra d’avoir quitté le TPIY – et cherchant sans pudeur ni vergogne de la publicité pour son livre de mémoires – pour dénoncer ce crime de guerre islamiste. C’est un Suisse, honorable celui-là, Dick Marty qui a mené l’enquête et dévoilé le honteux scandale dissimulé par le TPIY et ses maîtres de l’OTAN.

Le jumeau maléfique du TPIY, le TPIR a lui servi surtout à protéger les têtes et les complices du génocide rwandais : la Françafrique et l’Elysée, le roi Baudouin Ier et la Belgique, la mafia catholico-sectaire du Renouveau Charismatique (auquel appartenait la Cour belge et les dirigeants génocidaires rwandais), l’ONU qui a laissé faire … Des petites têtes sont tombées certes, poudre aux yeux et rideau de fumée pour dissimuler les vrais coupables et les vrais responsables.

Puis est arrivé la pseudo CPI. Digne successeur des deux autres. Machine à poursuivre uniquement les Africains. Et pas n’importe lesquels mais les seuls adversaires de Washington et de l’OTAN : les Kadhafi, le président soudanais, Kenyatta, le camps Gbagbo, et j’en passe …

On notera encore que cette imposture qui sert si bien les USA ne les concerne pas. Il n’ont pas signé le traité. Et pire ont voté des lois spéciales, à compétence universelle car Washington entend imposer illégalement et illégitimement ses lois au monde – qui excluent ses généraux, ses soldats et ses mercenaires du ressort de la CPI. Hypocrisie que cautionnent sans limite les médias de l’OTAN !

L’Afrique doit penser sérieusement, concrètement, à quitter la Cour pénale internationale. Elle n’a pas sa place dans cette machine occidentale !

Luc MICHEL

http://www.lucmichel.net/2014/06/12/alac-elac-website-le-president-gbagbo-juge-par-la-haye-il-est-temps-pour-lafrique-de-quitter-la-cpi/

_________________________

(1) Nous avions combattu ensemble au sein du « COMITE INTERNATIONAL POUR LA DEFENSE DE SLOBODAN MILOSEVIC » (ICDSM) – dont il était le Conseil et moi le président -, étroitement de 2002 à 2006, organisant entre La Haye et Paris, la défense du Président Milosevic détenu dans les geôles de l’OTAN – dont le pseudo TPI n’est qu’un appendice honteux – à La Haye. Le combat pour Milosevic fut long et difficile. Parce que nous devions combattre sur tous les fronts : contre les médias de l’OTAN, la machine du TPI, les médiamensonges. Mais aussi contre un ennemi intérieur, des militants trotskistes et sionistes, à New-York et aux Pays-Bas, infiltrés dans nos rangs et qui sabotaient sans cesse notre action, semant la zizanie …

Sur l’ICDSM, cfr. Les NOTES de :

Luc MICHEL, Luc MICHEL, IN MEMORIAM JACQUES VERGES 1925-2013,

http://www.lucmichel.net/2013/08/16/luc-michel-in-memoriam-jacques-verges-1925-2013/

(2) Emission « Paroles d’Europe » sur LCP SENAT. Une émission présentée par Caroline de Camaret et « destinée à mieux faire connaître les enjeux européens et l’impact de la construction européenne sur la vie quotidienne des Français.

En direct le lundi 8 avril 2002, sur le thème « FAUT-IL JUGER MILOSEVIC ? ».

Avec Luc MICHEL(ICDSM), Christian CHARTIER, porte-parole officiel du TPI, Maître Jacques VERGES, avocat de Slobodan Milosevic, Patrick BAUDOIN, président d’honneur de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme.

 

(3) Cfr. Luc MICHEL, FOCUS/ IMPERIALISME HUMANITAIRE : REVOILA KOUCHNER ET CARLA DEL PONTE SUR LA SYRIE !,

sur : http://www.syria-committees.org/luc-michel-focus-imperialisme-humanitaire-revoila-kouchner-et-carla-del-ponte-sur-la-syrie/

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.