Le prix du paquet ciment en Côte d’Ivoire est 2 fois plus cher qu’au Sénégal où il coûte seulement 3.000 fcfa

Le prix du paquet ciment en Côte d’Ivoire est 2 fois plus cher qu’au Sénégal où il coûte seulement 3.000 fcfa

Le prix du paquet de 50 kg du ciment varie de 3.000 à 6.000 FCFA dans six capitales des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA), alors que le même sac est à 5.500 FCFA à Port Gentil, en Afrique centrale, selon un relevé de Alerte info.

A Dakar, la capitale Sénégalaise, le sac de ciment commercialisé à 3.000 FCFA, reste l’un des prix les plus bas de la sous-région ouest-africaine. A Lomé, il est cédé à 4.050 FCFA et à 4.200 FCFA à Cotonou.

A Bamako, les consommateurs doivent débourser 300 FCFA de plus que ceux du Bénin, pour pouvoir s’offrir le sac à 4.500 FCFA.

Dans la capitale ivoirienne, le paquet est vendu à 5.500 FCFA et varie de 5.750 à 6.000 FCFA à Ouagadougou, selon les coûts des industriels.

En Afrique centrale, le sac de 50 kg, cédé à 4.400-4.600 F à Yaoundé, la capitale Camerounaise, est commercialisé à 5.500 FCFA à Port-Gentil au Gabon.

Mi-mars, la Côte d’Ivoire a fait face à une pénurie de ciments due à l’intensité des « grands travaux d’infrastructure », selon le gouvernement. La tonne de ciment à l’usine, livrée entre 79.500 et 81.500 FCFA, était vendue entre 100.000 et 120.000 FCFA dans les magasins, soit 5.000 à 6.000 FCFA le paquet.

Début mai, le gouvernement a annoncé avoir « mené une opération d’urgence d’importation » de 300.000 tonnes de ciments. Une opération assurée par les industriels que sont la Société des ciments d’Abidjan (SCA), la Société ciment d’Afrique (CIMAF), la Société des ciments du Sud-ouest (SOCIM) et la Société ivoirienne de ciments et matériaux (SOCIMAT).

En mars, trois cimentiers à savoir Ciment du Burkina (CIMBURKINA), Ciment de l’Afrique (CIMAF) et CIMFASO, d’une capacité de production allant de 500.000 tonnes à 1 millions tonnes, se sont officiellement installés à Ouagadougou.

Au Burkina, la capacité de production est d’environ 2 millions de tonnes par an, contre une demande annuelle au plan national estimée à 1 million de tonnes, selon les autorités.

Par Jacob Djossou

Source: Alerte info

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.