Le Rdr se moque des Ivoiriens

Le Rdr se moque des Ivoiriens

Le transfèrement de Charles Blé Goudé à la Cpi donne une nouvelle occasion au régime Rdr de se moquer des Ivoiriens qui subissent les pires souffrances depuis l’avènement de la rébellion armée. Les dirigeants et autres porte-voix de ce régime installé par les puissances occidentales multiplient les sorties pour justifier leur décision concernant le leader des jeunes patriotes. Sans vergogne, ils s’évertuent à faire croire que le transfèrement de Blé Goudé répond au souci de lutter contre l’impunité. Etant entendu que, pour les tenants du régime et conformément à la logique de la «justice des vainqueurs », cette lutte contre l’impunité vise uniquement Laurent Gbagbo et ses partisans présentés comme les criminels là où Ouattara et ses rebelles passent pour de bons gentils.

Voici ce qu’en disait Hamed Bakayoko, samedi dernier,lors d’un meeting à Williamsville : «On ne peut pas vivre constamment dans l’impunité. C’est impossible. Quand vous faites du mal, quand vous tuez impunément des gens, quand vous détruisez la vie des familles, tôt ou tard, vous payerez». La chanson était belle à frédonner surtout que le chanteur est en face de partisans embobinés par la doctrine de la justice des vainqueurs. Mais, pour qui connaît la réalité de la crise ivoirienne, les déclarations des prétendus justiciers du régime Ouattara sont une vraie insulte à la mémoire des Ivoiriens.

Le monde entier sait que les vrais tueurs en Côte d’Ivoire se trouvent dans le camp Ouattara. Ces tueurs ne sont autres que les rebelles de septembre 2002 et leurs supplétifs qui ont révélé avoir pris les armes pour installer Ouattara au pouvoir. Leurs crimes sont connus de tous et particulièrement des principales organisations des Droits de l’Homme comme Amnesty International, Cicr, Human Rights Watch, ainsi que de la Division des droits de l’Homme de l’Onuci, qui ont produit plusieurs rapports détaillés sur la crise ivoirienne. L’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire a reconnu, dans son rapport 2012, que les plus graves violations des Droits de l’Homme en Côted’Ivoire ont été commises par les forces pro-Ouattara. Qui ne se souvient du massacre de plus de 1000 civils partisans du président Gbagbo à Duékoué, dans l’ouest du pays, lors de l’offensive générale des combattants pro-Ouattara?

Ces tueurs ont aussi leurs mains ensanglantées par le massacre de 60 gendarmes à Bouaké en 2002, les tueries des femmes danseuses d’Adjanou, le meurtre de milliers de personnes sans défense dans les zones assiégées pendant dix ans. De nombreux autres crimes ont été commis par les rebelles et leurs commanditaires qui se promènent aujourd’hui librement parce que couverts d’impunité. Comment peut-on parler de lutte contre l’impunité quand les vrais criminels sont protégés ? Au nom de la justice des vainqueurs, le régime Ouattara se moque simplement des vraies victimes ivoiriennes qui attendent toujours que justice leur soit rendue.

Source: Notre Noie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.