Le régime Ouattara fait extrader 8 militaires des Ex-Fds du Liberia

Le régime Ouattara fait extrader 8 militaires des Ex-Fds du Liberia

Un tribunal Libérien a approuvé l’extradition de 8 militaires ivoiriens des ex-Forces de défense et de sécurité vers la Côte d’Ivoire.

Huit Ivoiriens soupçonnés d’avoir été loyaux au président ivoirien Laurent Gbagbo, qui ont légalement contesté leur extradition du Libéria, devraient être remis au gouvernement ivoirien . Un tribunal à Monrovia a approuvé leur extradition, le mardi 10 juillet 2018.

Les Ivoiriens sont accusés de s’être rendus au Libéria après avoir commis des crimes de guerre pendant les crises post-électorales de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, accusations qu’ils ont nié à plusieurs reprises au cours de leur audience de cinq ans.

Les prévenus ont été arrêtés en août 2012, par la sécurité conjointe affectée à la frontière des deux pays pour leur implication présumée dans des attaques transfrontalières contre deux villages, Para (Libéria) et les casernes militaires à Toulépleu en Côte d’Ivoire.

L’audience d’appel en extradition pour les huit personnes a été refusée par contumace hier.

Le tribunal a approuvé leur extradition vers la Côte d’Ivoire, où ils font face à des accusations qui incluent le viol, le meurtre et le vol de biens.

L’avocat des huit personnes, Amara Sheriff avait maintes fois soutenu que les accusés étaient des réfugiés ivoiriens, qui avaient quitté leur pays pour se réfugier au Libéria.

“Ils ont vécu paisiblement dans le pays, tandis que certains d’entre eux servaient d’enseignants, mais ils ont été arrêtés par la police, qui les a détenus sans procès” a affirmé Shérif dans son argument.

À l’époque, Sheriff a fait valoir que la demande d’extradition était politique, car Amnesty International a détaillé la nature répressive du régime du président ivoirien Alassane Ouattara

“Bien qu’il existe un traité d’extradition entre le Libéria et la Côte d’Ivoire, il n’a pas été signé par l’exécutif et n’a jamais été ratifié par le pouvoir législatif; ce n’était pas une loi exécutoire au Libéria “, a argumenté l’avocat de la défense.

Mais dans son jugement, le tribunal a déclaré qu’il existait un traité d’extradition entre le Libéria et la Côte d’Ivoire qui date du 24 août 1972 et qui a été dûment ratifié le 18 janvier de l’année suivante.

“La Cour a estimé que le gouvernement remplissait les conditions légales énoncées dans la demande d’extradition et que les accusés n’avaient pas réussi à prouver que l’extradition demandée par leur gouvernement était politique”, a déclaré le magistrat.

La décision d’extrader les accusés a été transmise  au ministre des Affaires étrangères par l’intermédiaire du ministère de la Justice pour les faire expulser à la demande de leur pays d’origine.

Source : Quick news agency

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.