Le Sénégal déplore l’exploitation de la mondialisation à des fins criminelles

Le Sénégal déplore l’exploitation de la mondialisation à des fins criminelles

M. Birima Mangara, ministre sénégalais du Budget a regretté lundi à Dakar l’exploitation des opportunités de la mondialisation à des fins criminelles.

Il s’exprimait lors de la commémoration de la Journée internationale de la douane décrétée par l’Organisation mondiale des douanes (OMD).

« Au moment où nos frontières physiques subissent les assauts répétés de la mondialisation de l’économie et de l’essor des grands ensembles avec comme corollaire la libre circulation des personnes et des biens, il est fort regrettable de constater que les adeptes des pratiques illicites exploitent ces opportunités de développement de nos Etats à des fins criminelles », a laissé entendre M. Mangara. Selon lui, face à cette situation, les forces de défense et de sécurité se doivent de s’organiser pour apporter une réponse adaptée.

« Cette réponse, ajoute-t-il, qui doit avoir pour effet de faciliter les échanges commerciaux licites et les flux réguliers de voyageurs et d’endiguer les fléaux pouvant en découler, ne peut dès lors se trouver que dans la gestion coordonnée de nos frontières ».

La gestion coordonnée des frontières est le thème retenu par l’OMD.

De l’avis de M. Mangara, cela nécessite au plan international, un cadre juridique adapté qui peut se traduire par une coopération locale entre les fonctionnaires des deux côtés de la frontière, une coopération bilatérale entre Etats voisins et une coopération multinationale.

Le ministre a, à cet égard, magnifié la coopération exemplaire qui existe déjà entre les douanes sénégalaises et celles du Mali et de la Guinée, liées par des accords de coopération et d’assistance administrative mutuelle.

« Toutefois, note-t-il, l’existence de cadres juridiques de coopération doit pleinement se manifester sur le terrain par une réelle coordination des actions et, au besoin, par une harmonisation de certains contrôles et interventions à la frontière».

Source : APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE