Le testament de Chavez
Acto de inicio del año escolar oficiado por el presidente de la República, Hugo Chávez Frías, en el marco de la inauguración de la Escuela Bolivariana “José María Vargas” desde El Tigre, estado Anzoátegui.

Le testament de Chavez

Ce document publié le 27 Juillet 2015  par le site espagnol LA HAINE est repris d’un blog latino-américain : http://elaradoyelmar.blogspot.com/

Son authenticité peut être mise en doute mais en même temps les propos de Chavez sont tellement conformes à la réalité et aux convictions du personnage qu’il parait nécessaire de le faire connaitre.

Le « microbe » du réformisme est bien actif et aucun pays n’est effectivement à l’abri. Inutile d’insister sur les derniers exemples. Chacun les reconnaitra.

Comaguer

http://comaguer.over-blog.com

Au fil des jours et des lectures n°201

29.07.2015


 

Par Toby Valderrama et Antonio Aponte (traduction COMAGUER)

“Méfiez-vous du réformisme, ne pensez jamais qu’il est vaincu, le  monde et notre pays sont des terrains  pour sa  croissance, aucune révolution n’est à l’abri de ce microbe”

Au début, nous n’avons pas cru à la nouvelle, elle bouleversait tout ce qui était  accepté jusque là, mais il y eut  tant d’insistance et le  messager était d’un rang si élevé que nous avons commencé à douter et avons  accepté de le rencontrer.

Nous avons convenu d’un rendez-vous dans un restaurant populaire de Caracas.
Il est arrivé à l’heure, salutations, présentations. Nous avons commandé  une boisson, il a pris un cahier un peu défraichi et a parlé nerveusement, comme en se délivrant d’un grand poids:

“Le commandant a commencé à rédiger ce document peu de temps avant ce  8 Décembre (NdT : il s’agit du 8 Décembre 2013 date à laquelle Hugo Chavez cesse officiellement ses fonctions avant l’annonce de son décès le 5 Mars 2014), à la fin il en a sorti quatre exemplaires, comme les points cardinaux et les Évangiles » a-t-il dit.

Peu de temps après, un matin, le commandant m’a appelé et m’a dit de distribuer  les copies de ce document: «Je vais mourir, je sais, je l’ai vu sur le visage de Fidel quand je suis venu; toi, mon fidèle, tu es chargé  d’apporter ce Testament à ceux que j’ai choisis ». Il me le fit lire, j’ai essayé, mais je n’ai pu retenir  mes larmes. Il a posé sa main sur mon épaule et m’a dit: «Tu  dois  t’assurer que les destinataires  respectent à la lettre mes instructions”.

J’ai porté le Testament aux  destinataires : un soldat, trois civils, et une femme; en lisant le document ils ont pleuré, la dame ne pouvait pas se consoler, je me suis efforcé de la calmer. Tous jurèrent de se conformer aux instructions. Je garde ici l’original pour moi. Je vais vous le lire les points. ”

Avant de l’écouter, je l’ai arrêté, je ne pouvais pas résister: Qui sont les destinataires ? Demandai-je.

Pardonnez-moi, mais j’ai  juré de ne mentionner aucun nom jusqu’à ce que le moment soit  venu. Quand le moment sera-t-il venu ? Quand les destinataires en décideront.

J’ai  respecté la décision du Commandant, et d’un geste l’ai invité à lire le Testament.

Et il lut:

1. Si ce Testament est connu par les gens humbles cela signifiera que la Révolution est en danger grave ou qu’elle a déjà été vaincue.

2. J’ai été assassiné, ça ne fait aucun doute. Cet assassinat doit être élucidé, il est la clé du destin de la révolution, ma mort est un crime de guerre et doit donc être considérée comme telle. Ainsi, les camps se  repolariseront, les bourgeois face aux révolutionnaires. Dans la confrontation, la révolution se renforce, elle se définit.

3. Viendront des temps difficiles, en temps de crise la bourgeoisie attaque les humbles, les accuse de ses problèmes. Attention ! Il ne faut sous aucun prétexte attaquer les humbles, il faut, en revanche, attirer les égarés, convaincre les sceptiques. Maudit le soldat qui tire sur les humbles.

4. La révolution doit entrer dans une autre étape, s’appuyer sur l’esprit et non sur la  matière. La  matière est passagère  et trompeuse, les grandes révolutions sont faites par le cœur et pas par  l’estomac. Mon général Bolivar n’aurait pas pu traverser les Andes sur la base de la matière, au contraire il a insufflé du  courage à ces soldats avec ses discours qui résonnent encore dans la Cordillère.

5. Restez fraternels avec la Révolution cubaine, rappelez-vous  toujours que la Révolution cubaine a défini le mouvement  des peuples et les hommes.

6. Méfiez-vous du réformisme, ne pensez jamais qu’il est  battu, le  monde et notre pays sont des terrains pour sa croissance, aucune révolution n’est à l’abri de ce microbe. Vigilance  permanente, comme disait le Che. Surveillez, surveillez-vous, surveillez comment vivent les cadres, comment ils surveillent les montres, les voitures, surveillez même ce qu’ils boivent, les fêtes.

7. Ici, je vous  laisse  cette marmaille  qui est  comme mes propres enfants, qu’elle reste unie, qu’elle évite le cannibalisme qui est le propre du  pouvoir, qu’elle exerce le pardon chrétien qui est révolutionnaire. Aux gens  humbles je dis, il est possible que  ces garçons se trompent, mais ne cessez pas de les soutenir. Eux, eux seuls  peuvent rectifier, obligez les à rectifier, ne les agressez pas, ce sera  pire. Mettez-les en garde contre les flatteurs, qui sont un poison pour la révolution. Critiquez-les et aidez-les !

8. Luttez avec une  vision planétaire, la vision villageoise est contre-révolutionnaire, seule la grandeur construit de grandes œuvres. Soyez un exemple pour le monde entier, ne vous  contentez pas de peu.

9. Ne craignez pas la défaite. Si les idées sont correctes, viendra toujours, tôt ou tard, la victoire de la lumière.

10. De là où je vous accompagnerai  dans la bataille, je ne vous abandonnerai  jamais.
Le messager fidèle ferma le livre et dit: “Il y a d’autres points, mais ce sont pour la plupart des instructions pour les  destinataires”.

Puis il se tut, pleura  et nous partîmes. Mais avant, il revint sur les destinataires :

” Je peux seulement  vous dire que l’un est militaire, des trois civils, l’un est à l’étranger l’autre dans le gouvernement, le troisième un parent proche, et la dernière une femme, la seule, est repartie à la campagne  éteindre les  bougies “.

Source: mondialisation.ca

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*