Le tribalisme a la peau dure en Côte d’Ivoire. Au nom de leurs ambitions personnelles ils font tous l’appologie de l’appartenance à une tribue

Le tribalisme a la peau dure en Côte d’Ivoire. Au nom de leurs ambitions personnelles ils font tous l’appologie de l’appartenance à une tribue

Dans les années 95-99, j’ai souffert dans mon âme. car chaque jour que Dieu faisait, je devais être confrontée au dilemme que me servaientt certaines personnes autour du président Bédié. Qu’on se le tienne pour dit, le concepte de l’Ivoirité, quoique pas assez précis ne m’a jamais posé de problème. Pour moi, c’est comme si quelqu’un proclamait sa francité, son américanité ou je ne sais quoi encore. Au depart, je croyais simplement que ce concepte consistait à nous faire prendre conscience de nos valeurs, dont l’hospitalité.

Puis j’ai commencé à lire les écrits morbides et imondes de Venance Konan sur le concept de l’Ivoirité. Avec avec Yao Noël et d’autres, encore à cette époque là, il a contribué, à traves des textes inutilement excessifs, à créer un antagonisme vicieux entre les ivoiriens. En voulant coûte que coûte légitimer l’exclusion de Alassane au débat politique en Côte d’Ivoire, il en a profité pour dire que ceux des notres qui se sont établis pendant plusieurs années dans des régions différentes de leur régions d’origine, n’avaient pas de village, et n’étaient pas les bienvenus dans leurs régions d’accueil. Et dire que étants tous ivoiriens, nous avons le droit de vivre où bon nous semble.

Il suffit de fouiller dans les archives de la presse ivoirienne pour constater combien le sieur Venance Konan est une moisissure de la terre d’Eburnie, qui pour le besoin de son ventre, a développer les idées les plus obscures et fausses dont les conséquences ne sont jamais assumées par lui. La preuve Venance Konan qui réfutait “preuves à l’appui” la nationalité ivoirienne de Alassane Dramane Ouattara sous des titres comme “c’est quel ivoirien ça ?” avait pour finir oser laisser croire dans les médias occidentaux que Laurent Gbagbo serait le père de l’ivoirité: «Gbagbo se présente comme un «pur» Ivoirien alors que Ouattara serait un «étranger». Les affrontements violents en Côte d’Ivoire se nourrissent de ce concept d’ivoirité, qui a pourtant beaucoup varié ces dernières décennies.» 

Personnellement je le prends pour responsable en partie, de ce qui est arrivé à la Côte d’Ivoire. Venance Konan a été, avec Yao Noël et d’autres, à une époque, les thuriféraires de l’Ivoirité bon teint qui est à la source, comme le disent certaines personnes, du problème inextricable que nous avons à résoudre aujourd’hui.

A l’époque, j’ai eu mal. A penser aux dégats causés par cette théorie imonde, mon Cœur verse des larmes de sang!

Aujourd’hui encore, de mon Coeur coulent à nouveau des larmes de sang. J’ai même l’impression que je vais bientôt en manquer. Car comment croire que des personnes de valeur comme Koulibaly Mamadou ou encore Coulibaly Gervais s’aventureraient sur un chemin tortueux et détestable de la propagande tribaliste?

J’ai été totalement éberluquée lorsque j’ai entendu Koulibaly Mamadou entonner la chanson préférée de Alassane Dramane Ouattara, avec une petite modification, « j’ai quitté le FPI parce qu’’on m’a traité de dioula». Voulant nous donner plus d’explication sur sa fracassante démission au moment où tous ses camarades d’alors avaient le plus besoin de lui, Koulibaly Mamadou nous apprend que ses amis d’alors lui ont dit « toi-même on n’attache pas bagage avec dioula. Ce sont tes frères dioula qui sont au pouvoir, si tu ne peux pas aller les voir pour libérer Gbagbo, c’est que toi-même il faut partir. Et puis bon je me suis fait jeter,».

Il existe des personnes qui accepteront de cautionner ces explications dénueés de tout sens, pas moi. On savait que Koulibaly Mamadou était en de très mauvais termes avec ses amis d’hier avant même les élections de 2010. Toutes les actions qu’il a posé après l’arrestation de ses amis n’ont montré aucun signe qui donnait à croire qu’il voulait aider à les faire libérer. Au contraire, Koulibaly Mamadou voulait, contre l’esprit des textes de son parti, aller à un congrès extraordinaire pour rebaptiser le FPI et reorienter sa vision politque. Et malgré les difficultés dans lesquelles ils se trouvaient plusieurs membres ont dit non à monsieur Koulibaly Mamadou.

Devant de telles difficultés, l’homme a préféré prendre le raccourcis de la propagande tribaliste à la Ouattara qui disait qu’on l’empêchait d’être candidat en Côte d’Ivoire parce qu’il est du Nord et musulman.

Pour rappel, il faut savoir que Koulibaly Mamadou était le numéro 2 du régime Gbagbo, alors qu’il était l’un des derniers arrivant. Lorsqu’il a été récruté par Gbagbo en 1993, sa venue n’a pas plu à beaucoup de militants du FPI qui le considéraient comme un ultra-libéraliste. Gbagbo n’a écouté personne. Il a tordu le bras à beaucoup de personnes dont Paul Agodio, alors chargé de coordonner la rédaction du programme de gouvernement du FPI. L’entêtement de Gbagbo à imposer “son” Koulibaly et son rapprochement trop poussé du RDR de Djéni Kobena, a même contribué à la création du courant de la Renaissance avec les Don Mello Ahoua, Frank Kobenan, Guéi Valère, feu Georges Coffie, etc…

Il faut remarquer surtout que l’opposition des militants cités à l’arrivée de Koulibaly Mamadou au FPI était d’ordre tout simplement idéologique. Personne n’a jamais fait attention à son ethnie. D’ailleurs avant lui plusieurs cadres du FPI dont l’ingénieur Kafana Touré, Aboudramane Sangaré, Kambou Difilé, etc… venaient eux-même du Nord.

Mon point de vue personnel est que Koulibaly Mamadou faisait tout simplement de la surenchère tribalique en justifiant son départ par des arguments de tribalisme.

Depuis son déboire lors des législatives passées où il n’a recueilli, me semble-t-il, que 1.006 voix, je me suis dit que cette surenchère allait s’estomper là. D’ailleurs, j’ai été agréablement surprise par le même Koulibaly Mamadou lorsqu’il s’est insurgé contre la mention de la nationalité dans le recensement général en cours. Mais il semble que c’était là aussi un simple effet médiatique.

Assurément de ce côté là, Laurent Gbagbo a souvent puisé dans des eaux troubles (trop troubles même) certains de ses ex-collaborateurs. En effet un autre Coulibaly (Gervais), que Gbagbo est allé cherché pour certainement montré que lui-même n’a aucune haine contre les gens du Nord, défend avec force la référence à la tribue pour assurer un dévéloppement harmonieux. Voici d’ailleurs la réponse qu’il donne à une question du confrère Tché Bi Tché de “LG Infos” à ce sujet:

«Il ne faut pas avoir peur de ce que nous sommes, c’est mon point de vue en tant que politicien, mais aussi préfet. Ce n’est pas parce que vous n’aurez pas écrit l’ethnie sur les fiches que l’ethnie ne va plus exister. Que veut-on cacher ? L’utilité est que les gens réagissent différemment en face d’une situation en fonction de leurs cultures. Quand vous devez poser un acte de développement et que vous avez en face de vous soit une population Senoufo, elle ne réagit pas de la même manière que la population Bété, qui ne réagit pas de la même manière que la population Baoulé ou Malinké et ainsi de suite. Il faut en tenir compte dans la gestion des hommes. Et puis pourquoi devrons nous fuir ce que nous sommes.»

En d’autre termes, selon monsieur Coulibaly Gervais, si l’on veut construire une usine ou une autoroute, il faut se poser la question si ledit projet sied bien à l’ethnie des gens qui vivent dans cette région. Plus prosaïquement, l’on peut dire qu’on ne doit pas envisager de construire des ponts et des routes partout en Côte d’Ivoire au risque de heurter la sensibilité de chaque région. Bon, moi je ne suis pas préfet, donc monsieur Coulibaly doit peut-être avoir raison, quoique j’en doute.

Toutefois, là où je suis tombée des nues, c’est lorsque monsieur Coulibaly Gervais, pour soutenir son argumentaire tribalique, affirme :

«Vous voyez la camarade Secrétaire générale de mon parti est à la fois Malinké et Agni. Elle a des réactions différentes. Il y a des moments où elle réagit comme une femme Agni, il y a des moments elle réagit comme une femme Malinké.»

Alors je me demande comment monsieur Gervais Coulibaly s’y prend pour se rendre compte de la manière ethnique dont réagit la Secrétaire de son parti. Comment fait-on pour réagir comme une femme Malinké et/ou une femme Agni?

Je me surprends à me le demander à moi-même aussi. Ma mère est Baoulé, tandis que mon père est Sénoufo. Je n’ai jusque-là pas fait attention à la particularité de ma réaction devant un projet de développement. Je suis un peu confuse. Comment ressent-on qu’une réaction est Sénoufo et qu’une autre est Baoulé? Aidez-moi, s’il vous plaît, Vous qui êtes plus expérimentés que moi.

Enfin, comprenez-vous comment et pourquoi les réflexes tribalistes continuent de troubler notre sommeil? C’est à ne pas en finir.

Alors que j’essayais de chercher à trouver des humours de Gbi de Fer et de Johnny Patchéko pour oublier un peu, je tombe sur un message Mamadou Traore, conseiller de Soro Guillaume, l’un des hommes les plus puissants en ce moment en Côte d’Ivoire. Cet homme qui certainement deviendra momentanément président de la Côte d’Ivoire, si Ouattara était frappé par une incapacité à gouverner, a choisi des hommes tous aussi bizarres les uns que les autres pour l’entourer. Voici le message très tribalique que Mamadou Traore son conseiller a lancé à Johnny patchéko:

«Je n’avais pas voulu réagir aux élucubrations de Koukougnon Christ alias Jonny Patcheco jusqu’à ce que je découvre qu’il est un soldat déserteur, un gendarme, membre de la milice de Gbagbo pendant la crise postelectorale et membre des escadrons de la mort de 2002 à 2003.
C’est d’ailleurs ses faits de guerre, en tant qu’indic et exécuteur, auprès des gendarmes qui formaient l’escadron de la mort, qui lui ont valu une place à la gendarmerie après sa formation à l’école de Gendarmerie , située à quelques kilomètres de Daloa.»

Ici, le sieur Mamadou Traore nous apprend qu’il réagit simplement parce qu’il vient de decouvrir que Johnny Patchéko est un gendarme déserteur de l’armée ivoirienne. Il faut se poser la question de savoir si Mamadou Traore a réflechi suffisamment avant de qualifier le gendarme Johnny Patchéko de milicien. Comment peut-on être formé par l’Etat de Côte d’Ivoire pour faire partie d’une unité d’élite comme la gendarmerie puis être considéré comme milicien? En tout cas, cet amalgane malheureux a été fait par Mamadou Traore. Qu’à cela ne tienne, lisons-le jusqu’à la fin.

«Je n’aurais pas réagi à ses insultes contre nos autorités et à ses mensonges si je n’avais pas découvert qu’il a conduit l’escadron qui a tué les militants du RDR au siège de ce parti à Wassakara entre les deux tours des élections présidentielles.
Je n’aurais pas réagis si je n’avais pas découvert que c’est encore lui qui a conduit l’escadron qui a tué les civils chargés d’assurer la sécurité du siège du Rhdp qui était basé au siège du PDCI.
Je n’aurais pas réagis si je n’avais pas découvert que c’est encore lui qui a conduit les escadrons qui ont tué les militants du RDR de Koumassi qui manifestaient contre la confiscation du pouvoir par Laurent Gbagbo,son mentor,lors de la crise postelectorale.

Je n’aurais pas réagis s’il n’avait pas fait partie des escadrons qui ont tué toute une famille musulmane à Williamsville lors de la crise postelectorale.
Je n’aurais pas réagis s’il n’avais pas été un bourreau de nos populations à Abidjan.
Je n’aurais pas réagi si le bourreau fuyard,”frayaliste”qu’il est, ne se faisait pas passer aujourd’hui pour une victime,un persécuté.»

Bravo, cher monsieur! Vous venez là de donner des ailes à Johnny Patchéko. A-t-il pu faire tout ςa tout seul et été à tous ces endroits? Où étiez-vous pour avoir le don de mener une enquête aussi concluante en si peu de temps?

Peut-être a-t-il raison. Après tout n’était-il pas de toutes les randonnées militaires des hommes de son patron comme le montre les Photos ci-dessous?

Mamadou Traore 1 Le tribalisme a la peau dure en Côte dIvoire. Au nom de leurs ambitions personnelles ils font tous lappologie de lappartenance à une tribue

 

Mamadou Traore 2 Le tribalisme a la peau dure en Côte dIvoire. Au nom de leurs ambitions personnelles ils font tous lappologie de lappartenance à une tribue

 

Mamadou Traore 3 Le tribalisme a la peau dure en Côte dIvoire. Au nom de leurs ambitions personnelles ils font tous lappologie de lappartenance à une tribue

 

Mamadou Traore 4 Le tribalisme a la peau dure en Côte dIvoire. Au nom de leurs ambitions personnelles ils font tous lappologie de lappartenance à une tribue

Mais là où l’homme se decouvre et assume même la raison de son engagement tribaliste pour endeuiller la Côte d’Ivoire entière, c’est lorsqu’il affirme:

«Je n’aurais pas réagis s’il n’avais pas été un rebelle contre le pouvoir du PRADO que nos révolutionnaires venus du nord ont défendu becs et ongles.
Je n’aurais pas réagis s’il ne faisait pas un combat ethnique à travers ses attaques contre le PRADO et la communauté dite Dioula.
En effet, il est fils de Tipatipa, situé dans la région de Gagnoa. Gagnoa d’où sont issus ses mentors Gbagbo et Blé Goudé. Je rappelle qu’il est bété comme eux.
Je considère aujourd’hui que nous avons affaire à un potentiel déstabilisateur du régime.
Un potentiel mercenaire contre le régime du PRADO.
Un potentiel génocidaire qui a déjà montré sa haine pour toute une communauté.
Je n’aurais pas réagis s’il ne faisait pas partie des personnes qui sont en train d’être recrutées et de recruter pour attaquer le pouvoir du côté de l’ouest.
Nous voyons déjà leur dos.Nous suivons tous leurs mouvements.»

Bon Dieu, qu’est-ce que j’ai encore frémi de peur à cause de la fièvre qui m’a traversé les veines lorsque j’ai lu ces lignes et pour cause, Mamadou Traore, est conseiller politique de monsieur Guillaume Soro. C’est cet homme qui estime qu’une ethnie spécifique de la Côte d’Ivoire, en l’occurance les Bété, doit être stigmatisée comme étant dangéreuse parce que portant dans ses gênes une aptitude à commettre du génocide. Pour ce faire, il demande au camp des rebelles au pouvoir aujourd’hui en Côte d’Ivoire à rester sur le qui vive afin de casser du Bété, lorsque les hommes venus de l’ouest attaqueraient (certainement une référence aux “révolutionnaires venus du nord”, comme il le dit lui-même). Imaginez que ces gens-là arrivent au pouvoir par le fait d’une malheureuse circonstance. Voudront-ils tué tous les Bété qui s’opposerons à eux? Quand ils auront fini de tuer les Bété, y compris l’épouse de Soro, qui elle-même est Bété, à quel peuple s’en prendront ces fameux nos révolutionnaires venus du nord? Les Yacouba? Les Agni? Les Dida?

Nous vous donnons la latitude de vous imprégner de reste du message du sieur Mamadou Traore:

«C’est pourquoi je considère que ce Koukougnon est un danger pour la sécurité nationale qu’il faudra arrêter avec la collaboration des autorités Finlandaises.
S’il s’était contenté d’être ce “brave après la guerre” je l’aurais laissé avec mes frangins et frangines qui lui apportent la réplique nécessaires au niveau des idées et non par la violence comme il s’attelle à le démontrer.
Mais je constate qu’il est un déserteur,un membre de l’escadron de la mort,un milicien,un génocidaire,un mercenaire.
Je pense que cela ne doit pas rester impuni.
Je propose donc aux autorités en charge de la sécurité et de la justice du pays de lancer un mandat d’arrêt contre lui afin qu’il se mette à table en dénonçant ses commendataires et ses parrains.
Ça y va de la paix intérieure.
Koukougnon Christ est un homme dangereux.
Il faut l’arrêter et le transférer en Côte d’Ivoire pour qu’il y réponde de ses actes.
C’est maintenant une affaire de rebelle contre rebelle ( Je fus un Rebelle contre le pouvoir Gbagbo et j’en suis fierrrrrrrrrrr!)
C’est aussi maintenant une affaire d’Etat contre un rebelle qu’il faut mater.
Cela n’a rien de personnel.
C’est une question de survie.
Il l’a plusieurs fois dit.Apres le PRADO attendons nous au pire.
Et moi,je ne veux pas voir la mort venir et faire comme si de rien n’était.
Je sais que comme à ses habitudes,il va crier au loup et à l’assassinat pour noyer le poisson.
Mais cela ne saurait nous détourner de notre objectif de mater tous les rebelles cachés.
Toutes ses interventions par vidéo ne sont que de la distraction pour nous détourner de l’essentiel.
Mais moi je reste vigilant.

NB.J’interviens ici en mon nom propre et au nom de personne d’autre.
Au fur et à mesure ,des informations plus détaillées seront données aux autorités afin d’étoffer le dossier de ce futur mercenaire qui compte faire partie des déstabilisateurs de la Côte d’Ivoire.»

Qu’est-ce qu’il est tenace, le réflexe tribaliste en Côte d’Ivoire. Ça me fait froid dans le dos.

Ainsi donc tous les évènements sanglants qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire parce que des gens étaient afligés d’être estampiés de sobriquets les excluant de la vie communautaire, personne n’en a tiré aucune leςon. Même pas les “victimes” d’alors. Ils reprennent et propagent les même éléments de haine entre les communautés. A cette allure, il faut bien craindre que nos nouveaux politicards nous entrennent vers un abîme plus profond que celui dans lequel nous vivons actuellement.

Touré Mawa

Source: eburnienew

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE