L’école en ébullition, la grève des enseignants largement suivie

L’école en ébullition, la grève des enseignants largement suivie

Les enseignants du primaire et du secondaire ont mis à exécution leur mot d’ordre d’observer un arrêt de travail de 72 heures.

Ils exigent du gouvernement la mise en application des mesures arrêtées en avril 2015, pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

Des classes ont été fermées dans l’ensemble des villes du pays d’Abidjan à Yamoussoukro en passant par Bouaké ou Daloa, comme constaté et rapporté à KOACI.COM, par des sources sur place.

Les élèves dans les rues étaient à l’actualité des artères du Plateau à Yamousoukro.

Le ministère de l’éducation nationale s’est par ailleurs dit, samedi, “surpris” par cette grève. Selon lui,  il n’a jamais rompu le dialogue pour trouver une solution à leurs revendications comme rapporté.

C’est une enveloppe de 430 milliards de FCFA qu’il faudrait au gouvernement pour régler le problème du secteur éducatif.

Réunis au sein du mouvement des syndicats du secteur de l’éducation formation (MESEF), les enseignants du préscolaire, primaire et du secondaire observent un arrêt de travail de trois jours pour exiger du gouvernement , le paiement des stocks des arriérés liés au reclassement , l’achèvement du processus du déblocage des avancements , la revalorisation des salaires , la réintégration des 97enseignts contractuels , l’intégration des admis au concours des adjoints aux chefs d’établissements, l’application effective du décret n°2007-695 du 31 décembre 2007 , l’annulation du projet de rétrogradation des ex A2, etc…

Au regard du succès du mort d’ordre de grève, reste à savoir si les autorités engageront un dialogue social avec les syndicats pour un apaisement du climat social tendu qui règne dans le pays.

Donatien Kautcha

Source: Koaci.com

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.