L’ECONOMIE DU TOURIME ET SON IMPACT SUR LE DEVELOPPEMENT

L’ECONOMIE DU TOURIME ET SON IMPACT SUR LE DEVELOPPEMENT

Le tourisme est aujourd’hui la première source de recettes d’exportations bien devant l’automobile, la chimie, l’alimentation, l’informatique ou encore le pétrole. Il met en jeu des investissements considérables de capitaux, génère des revenus substantiels et crée des emplois importants. Ainsi, pour de nombreux pays, il est une source indispensable de devises ; il en est même la première source pour 38 % des pays, selon un rapport de l’Organisation mondiale du tourisme sur le développement du tourisme dans le monde, publié en 2003.

Cette réflexion s’articule autour de trois axes principaux. Nous expliquons d’abord quelques concepts dans un premier temps. Ensuite, nous montrons l’impact du tourisme sur le développement. Enfin, nous terminons avec quelques propositions pour la Côte d’Ivoire.

I. Quelques définitions pour comprendre l’économie du tourisme

A. Définitions et catégories de tourisme

1) La définition du tourisme

 

Le tourisme est le fait de voyager dans, ou de parcourir pour son plaisir, un lieu autre que celui où l’on vit habituellement, ce qui peut impliquer la consommation d’une nuitée auprès d’un hôtelier et éventuellement la réservation de titre de transport.

2) Les catégories de tourisme

a) Le tourisme religieux

 

Nous avons retenu les cinq premières, en nombre de fidèles : le christianisme (2,3 milliards), l’islam (1,5 milliard), l’hindouisme (900 millions), le bouddhisme (400 millions) et le judaïsme (14 millions). Ces grandes religions disposent de lieux saints qui font l’objet de pèlerinages. Elles présentent aussi des fêtes aux rituels variés.  À Yamoussoukro se trouve la basilique notre dame de la paix. Le nord de la Côte d’Ivoire, à majorité musulmane, compte aussi de nombreuses mosquées séculaires.

b) Le tourisme culturel

 

Le tourisme culturel est une forme de tourisme qui vise de découvrir le patrimoine culturel d’une région et, par extension, le mode de vie de ses habitants. Le tourisme culturel représenterait de 8 % à 20 % des parts du marché touristique.

c) Le tourisme d’affaire

 

Le tourisme d’affaires désigne les déplacements à but professionnel. Il combine les composantes classiques du tourisme (transport, hébergement, restauration) avec une activité économique pour l’entreprise.

d) Le tourisme écologique

 

Le tourisme écologique est une forme de voyage responsable qui participe à la protection de l’environnement et des espaces naturels ainsi qu’au bien-être des gens qui habitent sur place. La particularité de l’écotourisme, c’est la responsabilité du voyageur vis-à-vis de l’environnement culturel et naturel et de la volonté de contribuer à l’économie locale. Le pays compte de nombreux parcs nationaux et près de 300 réserves naturelles qui offrent une large variété de faune et de paysages du Nord au Sud. .

e) Le tourisme balnéaire

 

La Côte d’Ivoire compte 520 km de côtes bordant l’océan atlantique : plages de sable fin, cocotiers, criques, falaises, lagunes permettant la baignades.. Les villes de Grand-Bassam, Assinie ou Sassandra sont les principales destinations touristiques balnéaires.

f) Le tourisme médical

 

Le but du tourisme médical est pour les malades de se faire soigner à moindre coût dans un pays autre que celui dans lequel ils résident, ou de faire soigner à l’étranger ce qui ne pourrait être traité chez eux. On parle également de tourisme dentaire, segment du tourisme médical, pour ce qui concerne les soins et traitements en stomatologie à l’étranger. 

B) Les produits touristiques, la production et la vente du produit touristique

1) Le « package » touristique et les composantes du produit touristique

a) Le « package » touristique 

 

Un produit touristique est un amalgame,, une sorte de paquet fait avec des éléments très hétéroclites : le soleil, plages, sites culturels, hôtel-restaurant, transports, équipements sportifs etc. on peut les  regrouper en deux éléments :

  • L’élément attractif : les ressources naturelles (plage, faune, flore…), socioculturelles (monument, manifestation artistique,), technologiques (usine etc.).
  • Le deuxième élément est constitué par les équipements et les services qui rendent possible le déroulement du séjour et du circuit (les moyens de transport, d’hébergement, de restauration, les équipements culturels, de loisirs, le service de guidage).

b) Les composantes du produit touristique

 

  • Les matières premières touristique

Les ressources naturelles

Ce sont le climat, le relief, les montagnes, la paysages, les lacs, la mer.

Les ressources socioculturelles

Le patrimoine d’art et d’architecture du pays. les musées, les festivals, les différentes manifestations artistiques.

  • Les éléments  de services, les équipements

Les moyens de transport

  • Le transport routier
  • Le transport maritime et fluvial
  • Le transport ferroviaire
  • Le transport aérien

Les hébergements

  • L’hôtellerie
  • Les autres hébergements (chambres d’hôtes, l’hébergement associatif, les villages de vacances).
  • La restauration

Les équipements de loisirs et l’animation

  • Les parcs de loisirs ou parcs récréatifs (Disneyland Paris)
  • L’animation

2) La production et la vente du produit touristique

 

a) Les tour-opérateurs et les agences de voyages

 

►Les voyagistes et les tour-opérateurs

Ils conçoivent un produit, le forfait, qui comprend au moins deux éléments (transport, logements, autres services), combinaison vendue à un prix fixé forfaitairement et pour une durée inférieure à 24 heures.

►Les agences de voyages ou distributeurs de voyage

b) Les associations et les organismes à but non lucratif

c) Internet et le e-tourisme

 

Le e-tourisme s’intègre dans une politique touristique plus générale, les TIC étant des moyens modernes de promotion territoriale à disposition des collectivités.

Sur ce marché très concurrentiel, l’objectif est double : il faut conserver les parts de marché acquises mais aussi les développer ; avec pour les collectivités, le développement économique local comme enjeuprincipal. Dans cette optique, les TIC permettent notamment d’optimiser les ressources en fédérant les acteurs privés et publics. L’offre touristique devient plus attractive et plus visible, ce qui permet de fidéliser et de toucher une nouvelle clientèle

 

II. Le tourisme et son impact sur le développement

A) Les statistiques de l’économie du tourisme dans quelques pays

 

Le cas de la France

Premier secteur économique en France, le tourisme rapporte plus de 30 milliards de recettes chaque année dans l’hôtellerie, les commerces, les loisirs, etc. Le tourisme contribue au dynamisme de l’économie nationale et génère près d’un million d’emplois, dont de nombreux emplois pour les jeunes.

La France est sans doute le pays qui possède la plus grande densité de monuments, de musées, de festivals mais aussi de lieux pittoresques ou remarquables. Elle est devenue, depuis les années 1990, la première destination touristique au monde, devant les États-Unis ou l’Espagne (côté recettes, la France arrive néanmoins après ces deux pays). Le montant de la production de services touristiques (84,7 milliards d’euros en 2009), la part de la valeur ajouté dans le PIB (41,6 milliards Euros, soit 2,4% du PIB) est très importante, supérieure à celle de secteurs clés de l’économie comme l’énergie (30 milliards d’euros), l’agriculture (30 milliards d’euros), les industries agro-alimentaires (25,7 milliards d’euros), ou l’automobile (11,2 milliards d’euros).  Principal organisme de promotion de la France en tant que destination touristique, l’agence nationale Atout France s’est fixée des objectifs ambitieux.

Le tourisme en France, ce sont également près d’un million d’emplois directs et de très nombreuses entreprises –250 000 PME ou TPE. Et tout un secteur, l’hôtellerie-cafés-restauration, qui dépend étroitement de l’apport du tourisme.

Le cas de la Tunisie

Le secteur touristique est l’un des piliers de l’économie nationale, et contribue à raison de 7 % au PIB, génère entre 18 et 20 % de recettes en devises par an et couvre environ la moitié du déficit commercial. Il est également pourvoyeur d’emplois, permanents et saisonniers. Malgré quelques difficultés liées tant au contexte économique mondial qu’au maigre budget de promotion qui lui est alloué et un manque d’adaptation aux mutations internationales qu’a connues le tourisme mondial, il reste l’un des secteurs les plus prometteurs du pays aux côtés de l’industrie et de l’agriculture. Il contribue également au dynamisme d’autres secteurs économiques, tels que le transport, l’artisanat, le commerce, la restauration, les services.

Sa clientèle est principalement maghrébine (Libyens et Algériens) et européenne (Français, Algériens, Allemands, Italiens, Britanniques et Polonais). Elle s’élargit de plus en plus vers l’Europe de l’Est, et les pays arabes qui compensent souvent la baisse entrées européennes.

B) Ce que le tourisme apporte au développement

 

Lors de la conférence de Manille en 1980, l’idée a été exprimée. A Santiago du Chili en 1999, l’idée que le tourisme puisse aider au développement des pays a été encore abordée.

Le tourisme est une source de devises fortes

Au Costa Rica, c’est la deuxième source de devise en 1999. En 2009, 12,535 millions de touristes ont visité l’Egypte. En 2008, plus de 12,8 millions de touristes avaient visité l’Egypte, apportant des revenus de près de 11 milliards de dollars. En 2010, les recettes avoisinaient 13 milliards de US$ (+10,8%).

Le tourisme est un instrument de lutte contre le chômage

Le tourisme apporte des emplois directs et indirects aupays.Chaque chambre d’hôtes représente 1 à 2 emplois directs crées. Les emplois indirects sont les agences de voyages, les transports etc. Étant donné son impact en terme d’emplois et de revenus et considérant son effet de levier dans d’autres secteurs de l’économie, il ne fait pas de doute que le tourisme est une activité de haute importance pour le développement socio-économique de notre pays.

Le tourisme est source d’investissement

Le tourisme engendre des investissements dans ce domaine et dans les domaines qui qui ont une certaine complémentarité avec le secteur du tourisme (adduction d’eau, l’énergie, communication, transport).

Le tourisme est source de recettes fiscales

Avec le tourisme, on paie des taxes : Visa, taxe payante à l’aéroport etc.

Le tourisme est un instrument de développement des régions

Dans tous pays, le secteur du voyage et du tourisme contribue de manière importante à l’économie nationale et c’est un outil puissant de développement territorial car il permet de créer du travail décent et de la richesse dans tout le pays.

III. La Côte d’Ivoire et le tourisme

 

Le paya accorde une faible importance au secteur du tourisme. Ce dernier a généré pour l’économie ivoirienne durant l’année 2011 quelque 50 milliards de FCFA avec l’accueil de quelque 276.000 touristes, selon l’Office ivoirien de tourisme. Rapporté au PIB de 11 360, le tourisme a contribué au PIB à hauteur de 0,44%.

A. Les sites touristiques de la Côte d’Ivoire

►Le circuit des danses traditionnelles: Gagnoa, Daloa, Bouaflé, danses Dida et bété, le sabré à Issia. Le circuit poro: Korhogo, Boundiali, Ferkéssédougou, Kong, Katiola.

►Le circuit des masques: Daloa, Danané, Boundiali, Korhogo, Bouaké, La fête des  masques à Guiglo, les vieux villages de Biankouma et Gouessesso, Bouaflé (la sortie des masques zaouli).

►MAN, la ville des dix-huit montagnes repose sur un écrin de verdure de cascades, avec ses fabuleux ponts de lianes dont la réalisation reste encore inexpliquée.

►Abengourou, Zaranou (première capitale du royaume Agni), Tanguelan (découverte de l’école des  féticheuses la plus renommée du royaume Agni).

►Les singes sacrés de SOKO (Bondoukou) et les poissons sacrés de Sapia.

B. Quelques propositions

 

Au niveau institutionnel,il faut créer le ministère du tourisme, de la culture et de l’Artisanat pour que l’artisanat participe au développement du tourisme. En plus le pays pourra créerune agence ivoirienne de l’ingénierie touristique (AIIT), pour faire la veille.

Dans l’optique de la création des pôles de croissance, on pourra créer des pôles régionaux du tourisme  (PRT) pour valoriser le patrimoine cultuel de chaque région du pays.

Pour développer le secteur, L’Etat doit encourager l’accroissement des capacités d’hébergement. Une déduction fiscale pourra encourager les investisseurs à construire des hôtels et autres structures d’accueil. En plus, une TVA spéciale pour les prestations d’hébergement stimulera l’essor du secteur.

Il faudra également repositionner  le pays auprès des Tour-Operators pour « vendre » la destination Côte d’Ivoire.

La multiplication des évènements culturels au niveau national comme au niveau régional permettra de booster l’industrie touristique. Le salon international du tourisme d’Abidjan (SITA) ne doit pas l’unique tribune pour valoriser notre potentiel touristique.

Conclusion

Le tourisme est un secteur très important pour le développement d’un pays. Il est la première source de devise pour certains. La Côte d’Ivoire regorge de nombreux sites touristiques à exploiter. Dans le souci de diversifier les sources de devises, le développement de ce secteur est un impératif.

Dr PRAO Yao Séraphin, Enseignant-Chercheur à l’Université Alassane Ouattara

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.