L’entre parenthèse des culottes politicardes sont trouée, pas question de monter sur l’arbre de la transparence

L’entre parenthèse des culottes politicardes sont trouée, pas question de monter sur l’arbre de la transparence

Disons-le tout net ici, pour préserver les voies de la démocratie, du droit, de la liberté, de la justice juridique et de la justice sociale, de la stabilité socio-politico-économique, de la paix sociale pérenne, Aujourd’hui plus que jamais l’intervention citoyenne synergique et populaire sous toutes ses formes est largement justifiée en côte d’ivoire. Un tous ensemble fédérateur de toutes les forces vives de la nation pour le CHANGEMENT sociopolitique dans notre pays, la côte d’ivoire de FELIX HOUPHOUET BOIGNY, advienne alors que pourra.  Oui ! Ceci reste l’unique option politique pour unir la nation contre ceux qui veulent la diviser pour mieux la déchirer et régner comme Charlemagne. Oui, Le pouvoir d’Alassane Ouattara a démontré sa capacité de passage en force aux termes des élections locales du 13 octobre 2018, au mépris des droits et en dépit des libertés et règles démocratiques consensuelles. Il est passé en force avec condescendance et exhibitionnistes, au dernier passage de témoins linéaires de sa stratégie. Ce schéma stratégique qui consiste à ne rien céder au mépris du droit et en dépits des règles est en parfaite conformité avec celui de 2002 à 2011, ou la mesure de valeur sociale est resté les fusils en côte d’ivoire. « Bon ! Qu’on ose ou non, qu’on le veuille ou non, les élections de 2020 se jouent maintenant avant 2020, pas en 2020 ou il serait trop tard, parce que ça passera de la même manière, avec la même stratégie méprisante, soutenue par les armes « fusils».

Oui ! Hélas ! Le pouvoir d’Alassane ne peut pas avoir d’égard pour le peuple ivoirien atavique devenu plus que docile a ses errements de ballon de basket et à tous ses travers politico-électoral, parce trop sûr de son fait. Sinon le pouvoir d’Alassane allait avoir du souci à se faire et d’éviter de faire ébranler l’appareil conquérant et dominateur qu’il dirige, en se frottant trop brutalement à des occasions à des individus, à des hommes politiques ou à des groupes sociopolitiques ayant conservé un impact sur le peuple souverain ivoirien, « Plus de 80% d’abstention a toutes les élections après 2010 qui a enregistré 82% de participations au premier tour de la présidentielle de 2010 et 81,76% au deuxième tour ». Ou à des citoyens qui ne demandent qu’à vivre en paix, ayant conservé un certain pouvoir sociopolitique pouvant attiser les braises et cendres du conflit qu’on tente de laisser derrière. Le pouvoir d’Alassane ne peut pas avoir d’égard pour le peuple ivoirien atavique et nous, nous comprenons cela et le voyons à la lunette des juriste-politologues et des  psycho-sociologues. Puisque l’entre parenthèse de certaines culottes politicardes sont trouée, dans ce cas il ne peut être question de monter sur l’arbre de la transparence, sous les yeux de tout le monde à la place public. Non pas question, le risque étant notoirement connu, celui d’exhiber des balançoires à rotations continues en plein-air. Les chats et les  mangoustes sont interdits par-là pour que vive l’applaudissement dans un état voyou.

Oui, l’état de droit souverain apparaît quand l’exercice de la souveraineté étatique est remis à quelques-uns suivant les règles d’un régime politique, « pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple » ce peuple qui délègue son pouvoir par élection libre, juste et transparente, sans fraude. Comment alors ces quelques-uns qui exercent la souveraineté au nom de la totalité sociale souveraine qui est le peuple, peuvent s’imposer à son peuple au mépris de la volonté générale du peuple et en dépit des règles démocratiques universelles prescrites ? Donc question, à quelles conditions peut-il y avoir une autorité légale et un gouvernement légitime ? il faut répondre que le pouvoir est légitime, non pas parce qu’il dispose de la force armée, des personnes armées, et non plus qu’il a le soutien de la communauté internationale, ou soutenu par une mafia internationale faiseuse de roi dans le feu et dans le sang, il est légitime parce qu’il est l’expression de la souveraineté du peuple à travers un contrat social domicilié dans des normes juridiques de régulation social acceptées par tous.

Donc état voyou parce que, dès que le pouvoir politique est confisqué par un homme, un clan, un groupe militaire, un parti politique, des intérêts financiers internationaux etc… et qu’il n’est plus le reflet de la volonté générale, une séparation Monarchiste assise sur l’autoritarisme aveugle se forme entre volonté de l’état, mise au service de quelques-uns et la volonté générale qui devrait avoir en vue le bien de tous. Et les gouvernants finissent par se mettre au-dessus de la loi qu’il impose seulement au peuple pour le bénéfice des intérêts personnels de son clan et de son lobby politique et de sa mafia internationale. Le pouvoir franchit dès lors les bornes de son exercice normal, il ne reflète plus la volonté générale et se substitue une volonté particulière. Celle d’un homme qui s’approprie le pouvoir pour assurer sa prospérité personnelle et celle de sa famille, celle d’un lobby, il ne poursuit plus que son profit, celle d’un parti politique qui refuse le jeu de la liberté démocratique, qui refuse la liberté d’expression, qui refuse la libre concurrence politique dans l’espace public, qui refuse la représentation légale et la participation d’autres citoyens à la vie politique de leurs pays. L’exercice du pouvoir d’état se transforme dès lors en autoritarisme, en unilatéralisme, en suprématie condescendante, en viol des lois, en mépris des droits, en anéantissement des libertés, et en pouvoir qui n’a pas de limite dans l’oppression face à ses sujets.

Etat voyou parce que quand un homme s’approprie ainsi de force avec les armes impies le pouvoir d’état propriété exclusive de la totalité sociale qu’est le peuple, le pouvoir se coupe dès lors de son fondement qui réside dans la conscience d’une appartenance collective du peuple a une société commune et il se situe au-dessus du peuple. Dans cette séparation commence le règne de la tyrannie et l’asservissement pour se remplir les poches. Alors que, l’Autorité politique d’état est la capacité de se faire obéir avec le consentement du peuple qui obéit. Donc l’idéal est d’obtenir cette obéissance du peuple dans la clarté, sans manipulation obscurantiste, sans violence, sans menace. Et de ne l’exercer que dans le but de sécuriser la totalité sociale et de bien orienté sur la voie consentante le peuple souverain ultime détenteur du pouvoir d’état. Voici le virage amorcé sur l’état voyou l’état paria et l’état policier, par le pouvoir d’Alassane Ouattara, d’où il n’y a plus de route avec ce pouvoir, qui n’est autre qu’une couillonnade d’une meute de clébards de guerre d’agression sur la terre de nos ancêtres, qui a viré à l’unilatéralisme monarchiste, à l’obscurantisme sectaire, à la dictature d’acier, à la tyrannie rigide, et au despotisme aveugle.


 L’entre parenthèse des culottes politicardes sont trouée, pas question de monter sur l’arbre de la transparence

Seule solution invariable, une fédération de toutes les forces vives de la nation pour une ligue citoyenne synergique fédératrice, unificatrice, convergente vers le même but de droits et pour obtenir un processus de vraie réconciliation nationale pyramidale. Avons-nous toujours dit et répéter. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Bopigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

Un soit-dit en passant : de Lepetitfils. D-C. Leader de la légitimité citoyenne. « Convention du 28 juillet 1951 »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.