Les adversaires du bureau de la CNC de Banny dénoncés : D’insatiables crève-la-faim prêts à détruire

Les adversaires du bureau de la CNC de Banny dénoncés : D’insatiables crève-la-faim prêts à détruire

A peine fondée, la Coalition Nationale pour le Changement (CNC), une famille politique pourtant futuriste, flirte déjà avec une tourmente précoce. Cette écume qui n’en est pas une, vraiment, est consécutive à la structuration nécessaire à la marche de cette plateforme mais surtout, à la désignation de monsieur Charles Konan Banny comme Coordonnateur de cette équipe, le 22 juillet 2015. Avant et après cette séance de travail indispensable, des sons paradoxaux se font entendre pour se prêter à des querelles intestines et des ambitions personnelles qui prendraient le pas sur les statuts ou charte ratifiés et sur la volonté de ses adhérents d’aller à l’objectif commun d’ouvrir une alternance républicaine.

Evidemment, ouvrir une alternance démocratique et républicaine pour réhabiliter l’Etat et les grandes valeurs qui fondent une nation où fleurissent les intelligences fédérées dans leurs diversités constructives ne sera jamais prêt de plaire aux esprits chagrins. Cependant, avec la complicité active d’un traitement médiatique qui aurait gagné à refléter plus de neutralité ou de pluralité des points de vue à une population soumise aux mensonges d’Etat, des fondateurs de la CNC déversent de labile : « ils sont entrain de nourrir le ventre de l’ivoirité (…) cette CNC ne pourra gagner l’alternance sans que le peuple se soulève (…) la CNC n’est pas un lieu où l’on doit parler de candidature unique (…) ».

Quel rapport y a-t-il entre les points de la charte de la CNC et l’ivoirité ? Quelle corrélation peut-elle s’établir entre la désignation d’un Leader à la tête d’une plateforme politique et une candidature unique ? Enfin, la CNC constituée de candidats déclarés à la présidentielle, de partis politiques, d’organisations de la société civile et d’adhérents tout venant est-elle comparable au Pdci-Rda où la résolution de son 12ème congrès a été violée par son chef ? Un chef qui, non content de cette haute trahison, oblige et chosifie les militants de son parti en en faisant un colis-à-tous-usages pour le confier au chef d’un autre parti. Peut-on raisonnablement confondre le RHDP où prévaut une loi divine de candidature unique à la CNC où les différences s’acceptent et les points de vue s’harmonisent ? Non, qu’on n’aille pas dans le décor de la confusion des genres. Une telle confusion ne saurait être une preuve de génie encore moins de discernement politique.Mieux, ces leaders de la CNC agitent juste des mousselines pour justifier le contrat à leur maître et attirer les regards sur eux, pas plus. Mais, attention, l’ingratitude du ventre rattrape et frappe ses auteurs de colopathie très douloureuse !

Et l’actualité nous conduit régulièrement, si ce n’est quotidiennement, à constater qu’un questionnement sur l’éthique aurait été tout aussi indispensable à ces personnalités d’un autre type de l’échiquier CNC ! Au demeurant, que pense cette presse des intelligences de la CNC ’’les bons jours’’ ? Si cette presse offre, d’une générosité soudaine, ses colonnes à ces maîtres devenus chanteurs de la CNC, il faut plutôt comprendre dans l’acte, qu’elle veut plus mettre à nu l’éhontée versatilité de ces maîtres-chanteurs que la constance de leur éthique politique. Qu’il n’en déplaise, Charles Konan Banny est conscient et son équipe commando l’est encore plus que la CNC n’est pas un cadeau de la vie. Qu’elle contient, en son sein, des pyromanes et d’insatiables crève-la-faim qui seront toujours prêts à détruire, de l’intérieur, cette belle machine politique mise au service de la société pour son essor.

Dès lors, le président Charles Konan Banny qui est un homme de grandes compétences, éduqué au compromis, au courage mais non à la bravoure farfelue, à l’humanisme et à la paix dialoguée tout comme ses partenaires trouvera la bonne formule. A cet effet, lui et ses frères et sœurs de la CNC franchiront le pas pour mettre de l’huile dans les rouages de leur fonctionnement, et éviter la survenue de dérapages, complaisamment, suscités par les mousselines d’alliés politiques dont le passé, fait de bols-tendus aux robinets de râteliers de tout bord, hante les actes présents. Hélas, ces mousselines sont exubérament relayées par une certaine presse dans l’opinion. Que veulent finalement ces âmes paradoxales… ?

Bécan Tiékpa Alice-Rosine

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.