Les armes francaise entre les mains de Boko Haram

Les armes francaise entre les mains de Boko Haram

Dans la nuit du 27 au 28 Mars 2015,une fusillade éclate entre les soldats tchadiens et français de l’opération Barkhane.

Pendant que certaines sources des services de renseignement tchadiens cites par Alwihda info parlent d’une riposte contre les militaires français impliques dans le trafic d’armes pour déstabiliser le pouvoir en appuyant une insurrection qui serait en train d’être préparée par une partie de la société civile et de l’opposition politique interne et externe, contre le pouvoir tchadien, d’autres évoquent un trafic ayant mal tourne entre ses mêmes soldats de Barkhane et certains officiers tchadiens. Toujours est-il, les militaires de Barkhane au Tchad se livrent à un trafic illicite d’armements, ce qui est plus inquiétant lorsqu’on sait que le responsable d’approvisionnement en arme de Boko Haram a été arrête du cote de Ndjamena.

Le 05 Mars 2015, Hassan Sylla, ministre tchadien de la communication fait une révélation ; près de la moitié des armes utilisées par Boko Haram sont françaises. La France fera une déclaration le 08 du même mois pour démentir ses informations. Vraie ou faux?

Remontons le 03 Février 2015, lors de l’hommage rendu aux neuf soldats qui ont perdu la vie dans le crash d’un avion F-16 sur la base aérienne espagnole d’Albacete, François Hollande va déclarer que les avions français survolaient « le Nigeria […] en ce moment. » L’Élysée a ensuite démenti cette information indiquant simplement qu’elle coopérait « à la lutte contre Boko Haram au sein de la cellule de renseignement internationale. » Que cachait cette information?

Remontons le 29 Janvier pour mieux se faire une idée en faisant le tour des medias du Nigeria citant les populations de Monguno dans l’état du Borno. Muhammed Sani, 50 ans, président du comité de vigilance dans la région va affirmer avoir vu à plusieurs reprises des hélicoptères parachuter des caisses aux terroristes, vraisemblablement des armes et vivres.

Pour les habitants de Monguno ayant échappé à l’attaque des terroristes, en dehors des Nigérians il y avait plusieurs étrangers dans les rangs du Boko Haram recevant des soutiens extérieurs.

Qui parachutait donc ces armes aux terroristes?

Il faut attendre 06 mois pour que l’homme politique camerounais Banda Kani fasse une autre révélation au sujet d’un hélicoptère français intercepte à l’extrême nord du Cameroun alors qu’il larguait des armes à Boko Haram.
Lorsque les medias français et leurs relais locaux aujourd’hui se précipitent pour justifier la présence d’armement français aux mains des terroristes par l’action de Sarkozy dans les montagnes libyens, il est Clair que derrière ces informations, se cache une volonté de noyer la vérité.

Les armes parachutées par Nicholas Sarkozy dans les montagnes du Djebel Nefousa à quelques kilomètres de Tripoli, près des frontières tunisiennes se sont retrouvées entre les mains des Emir d’Aqmi du cote de la Tunisie.

Et les 40 % aux mains de Boko Haram ?

Source: Cameroun Liberty

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE