Un avocat Ivoirien parlant au nom de ses collègues réunis aujourd'hui dans une manifestation de protestation contre la création d'un bureau de l'OHADA proposé par la ministre de la Justice Française Christiane Taubira en Côte d'Ivoire, a dit ceci:<< Allez dire au bâtonnier de Paris, que moi je dis, il se prend pour qui ?.Au nom de quoi, il peut quitter Paris, pour débarquer en Côte d'Ivoire pour créer un bureau de l'OHADA !...Demandez-lui, que moi je dis, il se prend pour qui, le bâtonnier de Paris ?Il se prend pour qui, il n'y aura pas de barreau de l'OHADA.Le barreau de l'OHADA se fera sur notre sang, il se fera sur notre corps.Et allez dire au ministre Gnénéma (Ministre de la Justice Ivoirienne) que quand on est ministre, on travaille pour ses frères, on travaille pour la population, on est pas ministre pour tuer une partie de la population. On est pas ministre de la république pour régler les comptes...Et quiconque s'en prend au barreau, tombera ! Parce que le barreau est une institution divine, et quiconque se ligue contre le barreau tombera...Allez lui dire que c'est moi qui dit ça.

Posted by Fils Disaïe on jeudi 11 juin 2015

Les avocats ivoiriens disent non à l’impérialisme juridique de la France

Paris propose l’installation d’un barreau de l’Ohada à Abidjan. Les avocats ivoiriens, en colère, protestent et parlent de provocation.

Malgré les explications de la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, mercredi à Yamoussoukro et ce qu’elle a qualifié de “malentendu” au sujet de la proposition faite par le bâtonnier de l’ordre des avocats de Paris visant la mise en place d’un barreau de l’OHADA à Abidjan, le barreau ivoirien est descendu spontanément dans la rue cet après-midi pour protester et mettre en garde Paris.

« Nous marquons notre indignation sur le proposition de Paris de créer un barreau de l’Ohada. Ce projet est inopportun, parce que le barreau de l’espace UEMOA de l’OHADA fonctionne normalement. Donc un tel projet n’a pas droit d’être créé », explique, aumilieu des manifestants, Me Olivier Houphouët, avocat au barreau ivoirien.

« Ce projet, poursuit-il, n’a pour but que de contourner les règles nationales qui empêchent les avocats français à collaborer avec leurs confrères locaux ». Pour les avocats ivoiriens, cela ne fait aucun doute, Paris veut s’installer à Abidjan sans être obligé à la collaboration. « Les avocats français et étrangers veulent s’installer directement sur notre espace, sans élire domicile chez un confrère.I ls sont à la recherche de marchés. Nous ne l’accepterons pas,» dénonce une manifestante. « Nous disons non à cette coopération que l’on veut nous imposer », prévient Me Olivier Houphouët.

Mme Taubira croyait pourtant avoir évacué depuis la capitale politique ivoirienne Yamoussoukro le ”fameux” malentendu en indiquant que ”c’est une proposition pour réfléchir ensemble, travailler et envisager ensemble ce que vous souhaiteriez en matière d’organisation de barreau de l’OHADA.” …

Ses propos, comme : ”A vous de former de nouvelles générations d’avocats chez vous. Il vous appartient aussi d’établir les relations de coopération que Vous souhaitiez choisir” ont été jugés flous par le barreau ivoirien qui y a trouvé une manière subtile pour la ministre française de faire accepter son projet.

Une marche de protestation est donc annoncée pour ce vendredi à 10 heures devant le palais de justice d’Abidjan.

Par Jules Eugène N’Da

Source: Afrique Actualité

____________________________
Manifestation des Avocats ivoiriens contre la création d’un barreau unique de l’Ohada

Des avocats ivoiriens ont manifesté jeudi et vendredi matin, devant le palais de justice d’Abidjan contre la création d’un barreau unique de l’Organisation et de l’harmonisation du droit des affaires (Ohada), initié par le barreau de Paris qu’ils ont qualifié “d’impérialiste”.

“Les intérêts de l’ordre des avocats de l’espace Ohada sont en danger du fait d’intérêts impérialistes mal déguisés et dissimulés, qui croient pouvoir capter le marché que constitue l’espace Ohada au prétexte d’un barreau Ohada qui tend à nier les individualités des barreaux nationaux et de leur importance dans l’organigramme du système”, a affirmé l’ancien bâtonnier du barreau d’Abidjan, Claude Mentenon.

Par ces propos, Me Mentenon dit faire allusion au bâtonnier de Paris, Me Pierre-Olivier Sur, qui selon lui, a élaboré les statuts de ce barreau communautaire de l’Ohada.

Les avocats ivoiriens disent non à limpérialisme français  Les avocats ivoiriens disent non à limpérialisme juridique de la France

” Le bâtonnier de Paris a, à l’insu des bâtonniers africains de l’espace Ohada, élaboré les statuts de ce fameux barreau y compris les règlements d’ordre intérieur. Il est aujourd’hui invité devant le conseil des ministres qui se tient à Yamoussoukro (capitale politique ivoirienne) pour décliner son projet à l’effet d’être adopté par nos ministres de la justice pour nous l’imposer. C’est cela la marque de l’impérialisme” a-t-il affirmé.

Les avocats ivoiriens dénoncent le ‘’manque” d’égard du ministre d’Etat, ministre de la sécurité et de l’intérieur, Hamed Bakayoko, qui les a traités, selon eux, ‘’d’incompétents” au déclenchement de leur mouvement.

‘’Nous exigeons des excuses publiques de M. Bakayoko qui n’a pas qualité de déterminer notre compétence”, ont-ils lancé au cours de leur marche sur le parvis du palais de justice avec des pancartes sur lesquels on pouvait lire ‘’avocats ivoiriens compétents” ou ‘’ Avocats en colère” ou encore ‘’ non à l’impérialisme”.

Le ministre de tutelle, le Garde des Sceaux, ministre de la justice et des les libertés publiques, Gnénema Mamadou Coulibaly n’est pas épargné par les critiques des manifestants.

‘’En tant que président en exercice du conseil des ministres de la justice de l’Ohada, il aurait dû aviser le barreau ivoirien et les autres pays sur ce projet. Non seulement, il ne le fait pas mais il fait adopter ce texte en conseil des ministres par le gouvernement ivoirien. C’est plus que de la méprise”, ont dénoncé Mes Doumbia et Charles Kinima.

Un conseil des ministres de la justice de l’espace Ohada est prévu vendredi à Yamoussoukro pour discuter du projet litigieux de barreau unique Mercredi, un accord administratif portant sur la formation des acteurs du système judiciaire ivoirien avait été signe entre la France et la Cote d’Ivoire.

HS/ls

Source : APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE