Les “confidences” de l’humoriste ivoirien Florent Amany, alias Observateur Ébène, sur la fascination des “enfants de pauvres” pour la violence en Côte d’Ivoire (Vidéo) | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Les
Les “confidences” de l’humoriste ivoirien Florent Amany, alias Observateur Ébène, sur la fascination des “enfants de pauvres” pour la violence en Côte d’Ivoire (Vidéo)

Les “confidences” de l’humoriste ivoirien Florent Amany, alias Observateur Ébène, sur la fascination des “enfants de pauvres” pour la violence en Côte d’Ivoire (Vidéo)

En Côte d’Ivoire, son pays, il est connu sous le nom d’artiste de Observateur Ébène. Certains préfèrent lui donner le surnom de “c’est plopou”, expression qu’il utlise pour conclure toutes ces vidéo-sketch qu’il publie régulièrement sur sa page facebook. Florent Amany, son nom à état civil, est ingénieur informatique de profession.

Le public francais l’a connu après les attentats de Bruxelles, lorsqu’il avait publié une vidéo dans laquelle il tournait en dérision le terrorisme et expliquait que les attentats ne l’empêcheraient pas de vivre.

Sur le fond des sketch qu’il publie régulièrement, Florent Amany alias Observateur dit se laisser inspirer par le quotidien et les actualités dont il entend parler autour de lui. Dans la présente interview qu’il a accordé à OKLM TV, l’humoriste est d’abord revenu sur son parcours incroyable. Avant d’évoquer la fascination des “enfants de pauvres” (il évite intelligemment de les appeler “microbes”) pour la violence. Qu’à cela ne tienne, Florent Amany explique courageusement que la “rémunération de la rébellion” via les accords de Marcoussis et bien d’autres évènements ultérieurs ont participé à enraciner la fascination de cette violence chez ces “enfants de pauvres”. Ci.dessous l’intégralité de l’interview.

Eburnienews.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.