“Les Ouattara, une imposture Ivoirienne” ou quand ‎Bernard Houdin‬ révèle le rôle joué par Sarkozy, Jean-Marc Simon et Chirac dans le renversement du président Gbagbo

《Quand je vois le soin que j’ai mis à intervenir en CI…ON a sorti GBAGBO et on a installé Allassane sans polémique sans liens…》 […] Je suis resté quelques instants interloqué quand j’ai découvert cette confidence faite aux journalistes Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel dans leur livre 《Ça reste entre nous, hein ?》

En effet, au terme d’une longue et dramatique période de l’histoire de la Côte d’Ivoire, c’est au prix d’une altération inimaginable de la vérité que Nicolas Sarkozy a imposé sont poulain, Allassane Dramane Ouattara, à la tête du pays. C’était le 11 Avril 2011.

LE ROLE D’UN FUTUR AMBASSADEUR DE FRANCE

Jean-Marc SIMON m’invite à m’asseoir au salon et nous entrons dans le vif du sujet. Je lui détail mon opinion pour Dimanche, je vois 3 hypothèses : la première, GBAGBO gagne et ouattara reconnaît sa défaite comme dans tout scrutin démocratique apaisé. Connaissant la nature du personnage, je n’y crois pas un instant. La seconde, GBAGBO gagne et ouattara, comme à son habitude, crie au vol et cherche à provoquer des incidents (…), j’évoque enfin la troisième. On《fait gagner 》ouattara, ce qui provoquera, je le crains, un immense chaos. Jean-Marc SIMON me réponds, très calmement, qu’il est très inquièt parce-qu’il《pense que l’on s’achemine vers [ma] troisième hypothèse !》. A trois jours du vote, voici comment l’ambassadeur de France m’exprime sa vision sa vision sans détours. […]

QUAND UN AMI DE CHIRAC AVOUE…

Rentre à Paris le Lundi 23 Septembre, je prends contact avec Denis Tillinac, un proche eu président Chirac. Je sais qu’il a participé en tant que conseiller pour l’Afrique à la récente campagne présidentielle, qui a vu la réélection du président sortant, contre Jean-Marie Lepen, avec un score de potentat africain. De plus, par ses origines correziennes, il jouir d’une relation très personnelle avec le président. Il me reçoit très vite, sans doute par politesse au départ, le rendez-nous ayant été organisé par un de ses amis. Il m’avertit qu’il a peu de temps à me consacrer. Nous passerons plus de 2h ensemble et il me recevra, ensuite plusieurs fois. Sans tergiverser, je lui demande :《pourquoi la France à fait ça ?》A ma grande surprise, il ne dément pas. Il m’explique que Chirac vient de gagner haut la main et qu’à l’assemblée nationale siège une majorité écrasante de députés de droite qui 《défilent tous à l’elysée en repartant : On a viré [Jospin], virons [resic] ses amis en socialistes en Afrique !》. Désabusé devant cette position géopolitique primaire, […] j’ajoute, quant à la Côte d’Ivoire, que《GBAGBO sera encore président que Chirac ne le sera plus en france ! 》.

Rappelons-nous que nous ne sommes que quelques jours après la tentative de coup d’état qui a échouée [celui des rebelles du nord en 2002]. Cependant, la situation est entrain de s’enliser autour de la ligne de démarcation mise en place par la France et derrière laquelle une rébellion commence à s’installer dans la partie nord du pays. Il émet 2 propositions. La première, une solution menée par un civil en vue d’organiser de nouvelles élections. […] il expose alors la deuxième proposition, une alternative surprenante qui sera sujette à bcp de questions le temps venu à la lumière des événements qui se dérouleront à la suite du bombardement du camp français de Bouaké en novembre 2004.《Que pensez-vous d’une nouvelle transition militaire de 3 ans par exemple ? 》[…] me gardant de mettre en doute la bonne foi de mon interlocuteur et son envie d’éviter au pays de sombrer dans le chaos, je constate que, dans son catalogue de propositions, à aucun moment il n’avance la plus simple et la plus légaliste aussi : aider le président élu agressé, puisque les deux pays sont liés par un traité d’assistance militaire qui pourrait être déclenché, l’attaque étant manifestement venue de l’extérieur, comme la suite des évènements le prouvera.

LE JOUR OÙ TOUT S’EST JOUÉ CONTRE GBAGBO À L’ELYSÉE ET LE RÔLE DE BÉDIÉ. LE SORT DE GBAGBO SE JOUE À L’ELYSÉE…

Nous sommes en 2013. Près de 2 ans ont passé. Un après midi, je retrouve un viel ami ivoirien que j’ai un peu perdu de vue dans le tourbillon de l’après crise. Je connais ses convictions Pdci, lui dont la famille à toujours été très proche de Houphouët-Boigny. Mais les 2 premières années de la gouvernance ouattara l’ont vacciné. Il n’est plus du tout dans l’esprit du Rhdp. Et, ce jour là, il me raconte une anecdote qui me donne la clef de l’intervention finale française et me laisse pantois.

Retour en avril 2011 à Abidjan. La résidence de Laurent GBAGBO et de la majorité de la population, malgré toutes les souffrances imposées par les sanctions économiques et financières et l’assistance militaire apportée par le france aux rebelles, commence à créer une lassitude proche du découragement au coeur de la《république du golf》. Une dernière initiative va définitivement faire pencher la balance.

Le vendredi 8 avril 2011, me raconte mon ami, il a accompagné le représentant à paris de la communication de Konan Bédié, John Kwabena. Tous deux, sont introduits à l’elysée, vers 22h, par un homme très proches du président français, Alexandre Djouhri. Pendant que mon ami, patiente dans un salon au pied de l’escalier qui conduit au bureau de Sarkosy, John Kwabena suit Alexandre Djouhri familier des lieux, pour rejoindre le président. Quelques temps plus tard, après être sortis du palais et avoir raccompagné Djouhri à sa voiture, John Kwabena et mon ami appellent Bédié sur son portable à l’hôtel du golf à Abidjan. John lui annonce, avec une jubilation sans doute due aux promesses que Nicolas Sarkozy vient de lui faire :《Ça y est, président, tout est réglé, c’est fini pour GBAGBO !》à l’autre bout du fil, Bédié reste très circonspect et dubitatif sur la réalité des choses. John alors aura cette phrase :《président, si GBAGBO est encore là Mardi, c’est que ma mère m’a fait avec un…chien !》.

Extrait du livre à sortir ce 3 Septembre 2015

Commandez votre numéro

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.