Les Paracommandos d’Akandjé auraient cassé la poudrière d’Akouédo

Les Paracommandos d’Akandjé auraient cassé la poudrière d’Akouédo

Des coups de feu ont été signalés vendredi dans l’ancien camp militaire d’Akouédo (Est Abidjan), ont rapporté des habitants à Alerte info.

Ces tirs ont été entendus de 15H20 à 15h25 (GMT et locales), dans cette caserne située dans le village d’Akouédo.

Le 06 janvier, un mouvement d’humeur des militaires est parti de Bouaké avant de s’étendre le 07 janvier à Abidjan et d’autres villes de l’intérieur du pays, pour réclamer « le paiement de primes et une augmentation de salaires ».

Mercredi, le président ivoirien Alassane Ouattara a « instruit » le ministre de la défense et les chefs des grands commandements (armée, gendarmerie, la police…) à initier des rencontres avec toutes les composantes des Forces de défense et de sécurité, « afin de recenser toutes leurs préoccupations », après un nouveau soulèvement militaire mardi.

ROK

Source: Alerte info

_____

Le camp d’Akouedo à nouveau en ébullition, tirs en l’air d’ex-FDS en colère

Ils ne voient rien venir depuis l’annonce de mercredi et commencent à s’impatienter. Des ex-FDS impatients de voir les autorités signer en leur faveur un accord de prime “d’effort de paix ou de guerre” ont manifesté leur colère vendredi après-midi au niveau du camp d’Akouedo à Abidjan, comme rapporté par des témoignages concordants à KOACI.COM.

Ils rapportent que des tirs ont une nouvelle fois apeuré les habitants de la zone aux alentours de 16HTU et jusqu’à la mise en ligne de l’article (17H30TU) il nous en étaient encore signalés.

Le secteur environnant le lycée Blaise Pascal a ainsi été bloqué à la circulation, les élèves de l’établissement ont été mis sous protection de l’armée française pour leur évacuation nous précise t’on. Situation similaire sur la voie express qui relie les communes de Cocody et Bingerville. 

Un vent de panique s’est par la même occasion emparé d’Abidjan, notamment dans la commune de Cocody où les commerces se sont pressés de fermer.

Alors que les abidjanais pensaient passer enfin un week end tranquille, les habitants qui regagnaient leur domicile dans la précipitation se demandaient bien si un nouvel épisode de crise était entrain de s’ouvrir.

Amy Touré

Source: Koaci.com

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE