Les pays dans lesquels il y a le plus de femmes cadres ne sont pas ceux auxquels on s’attendrait

Les pays dans lesquels il y a le plus de femmes cadres ne sont pas ceux auxquels on s’attendrait

« Lorsque les femmes sont appelées à agir en période de turbulence, c’est souvent en raison de leur sang-froid, de leur sens des responsabilités et de leur grand pragmatisme dans les situations délicates. »

Tel est l’avis de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI) et, que vous soyez d’accord ou pas, ce message trouve écho du côté des pays émergents.

Selon le « International Business Report » du cabinet d’expertise comptable Grant Thornton, effectué en 2014, des pays comme la Russie, l’Indonésie, la Lettonie ou encore les Philippines ont au minimum 40 % de femmes occupant des postes de direction, tandis que ce taux est d’environ 20 % pour les pays industrialisés. Les États-Unis figurent parmi les 10 derniers pays du rapport avec uniquement 22 %, de même que l’Espagne (22 %), la Grande-Bretagne (20 %) le Danemark (14 %) ou encore l’Allemagne (14 %).

Le rapport, qui s’appuie sur une enquête réalisée auprès d’environ 6 600 entreprises privées dans 45 pays différents, a montré que la part de postes de management occupés par des femmes dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) est supérieure à 30 %, ce qui dépasse la moyenne mondiale de 24 %.

Les résultats du rapport peuvent paraitre intrigants au premier abord. Mais lorsqu’on tient compte du fait que, dans les pays émergents, le taux de femmes allant aux universités et aux écoles supérieures égalise, voire dépasse, souvent celui des hommes, cela ne semble plus aussi étrange. Dans ces pays, les femmes récoltent les fruits du soutien institutionnel croissant offert aux femmes actives, comme le travail à distance, les horaires plus flexibles et les congés maternité payés.

« Les observateurs occidentaux ont généralement l’habitude de considérer les femmes des pays en développement comme des victimes », mentionnent Sylvia Ann Hewlett et Ripa Rashid, auteures de l’ouvrage Gagner la guerre du talent dans les pays émergents : Pourquoi les femmes sont la solution (titre original : Winning The War for Talent in Emerging Markets: Why Women are the Solution). « Le fait est que n’importe quelle entreprise ne peut se permettre de passer à côté de talents féminins hautement qualifiés, si elle espère pouvoir rivaliser – et occuper les premières places – dans des systèmes économiques à forte croissance ».

Francesca Lagerberg, responsable mondiale de la fiscalité chez Grant Thornton, partage ce point de vue.

« Les marchés émergents semblent effectivement apprécier ce qu’apportent les femmes aux conseils d’administration et aux autres postes à responsabilité », déclare-t-elle. « L’approche adoptée vis-à-vis du travail est différente et il y a une vraie reconnaissance du fait que l’innovation et la créativité sont parfois plus étroitement liées aux femmes dirigeantes. »

Malgré tout, certains experts préviennent que les femmes cadres ne représentent qu’une partie de la situation globale et indiquent que, dans les pays émergents, la part de femmes dans la main d’œuvre globale est inférieure à celle présente en l’Europe et aux États-Unis.

Mais cela n’est pas pour minimiser les accomplissements de femmes telles qu’Olga Dergunova, ancienne directrice régionale de Microsoft Russie, ou Svetlana Mironyuk, éditrice en chef de l’agence de presse RIA-Novosti.

Quelque chose fonctionne bien dans les pays comme la Russie, où l’on trouve les taux de femmes occupant des postes à hautes responsabilités les plus élevés, sans qu’il n’y ait de quotas imposés ou de législation à ce sujet. Des pays comme l’Espagne et la Norvège ont, quant à eux, des règles de ce genre, notamment des quotas, mais se retrouvent malgré tout dans les 10 derniers pays de la carte, avec les parts de femmes occupant des postes à hautes responsabilités les moins élevées.

Source: mic.com

Traduit par informaction.info

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.