Les victimes de Duékoué s’adressent au peuple français

Fier et digne peuple de France, toi qui es si prompt à condamner la violence, le terrorisme et qui es tant abonné aux discours de bonnes intentions découlant d’un humanisme béat, les lignes qui suivent s’adressent à toi et tu te feras fort de les méditer.

De la tristement célèbre nuit du 18 Septembre 2002 à ce jour, en passant par la plus qu’inutile et assassine résolution de l’O.N.U. en Mars 2011, les victimes de Duékoué continuent de se demander quelle bête ou quelle dose de la haine du genre humain a pu piquer la cervelle des tenants de la communauté dite internationale, embarquée par la France, pour réduire notre existence à un cauchemar insupportable.

DOZO avec Corps humain séché Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français

DOZO avec Corps humain séché

Aussi incroyable que cela puisse être, des bien-pensants de cette France et de cette communauté prétendument civilisés se sont ligués contre le peuple ivoirien et son président, Laurent GBAGBO, les ont dénigrés jour et nuit par leurs gouvernants, médias et mafieuses multinationales pour un hold-up très mal ficelé sur notre pays et ses richesses. En effet, depuis 2002, des rebelles, emmenés par ces moralistes sans morale véritable, ont additionné crimes, massacres et génocides en Côte d’Ivoire, avec toute la malsaine bénédiction de la communauté internationale, cette entité aux contours toujours brumeux et aux ambitions tout aussi odieuses que ténébreuses.

La dite communauté internationale, emmenée comme une prostituée ivre par la France de monsieur Jacques CHIRAC, ne s’est point gênée de traiter le peuple ivoirien avec son digne président Laurent GBAGBO, de xénophobes et de supposés criminels impunis quand déjà, en 2002, les rebelles pouponnés par la France, assassinaient des hommes d’Etat, des officiers et gendarmes de l’armée fidèles à notre patrie, éventraient des femmes enceintes ou décapitaient des bébés. Treize années après, combien de charniers d’humains ou de fosses communes restent à découvrir dans l’arrière-pays ivoirien encore et toujours sous domination des rebelles, pour situer sur la vraie ampleur des crimes sauvages commis ?

La Cour Pénale Internationale qui fait montre en ce moment d’un zèle démesuré et incongru contre Laurent GBAGBO et ses partisans, s’était emmurée dans un silence et une indifférence criarde à cette époque-là. Un silence et une indifférence qui sont plus que parlants aujourd’hui, dans la mesure où les principaux accusateurs et donneurs de leçons d’hier, par une couardise qui les relègue au rang de pauvres sorciers, se terrent, plutôt que d’aller témoigner maintenant à la C.P.I. contre Laurent GBAGBO, leur pestiféré à tort ! Oui, où sont CHIRAC, De VILLEPIN, Michèle ALLIOT-MARIE et SARKOZY, pourtant si proches de La Haye, en termes de distance, pour ne pas y aller enfin et finaliser leur complot, afin de s’accaparer à perpétuité et en toute quiétude coupable notre cacao et notre pétrole ? Un simple témoignage de leur part face au juge de la C.P.I. ne suffirait-il ou ne serait-il pas plus aisé que le bombardement de civils et de gamins aux mains nues sur le pont et à l’Hôtel Ivoire d’Abidjan ?

Fermer les yeux sur les massacres de patriotes ivoiriens par des rebelles encadrés par les forces armées françaises, piétiner la souveraineté de la Côte d’Ivoire en bombardant la résidence du président de la république, capturer ce dernier pour le remettre à des malfrats auteurs de crimes de masse, imposer l’embargo sur les médicaments en direction de la Côte d’Ivoire avec son lot de malades hospitalisés ainsi condamnés à mort, décider de la fermeture des banques françaises pour affamer des travailleurs ivoiriens avec leurs familles, voici autant d’arguments que gagneraient à citer CHIRAC, De Villepin, SARKOZY ou Jean-Marc SIMON (le très sulfureux diplomate) devant la Cour Pénale Internationale, pour laver l’honneur tant sali de la France en déclin et pour servir de ‘’condamnation exemplaire’’ à Laurent GBAGBO ainsi que tout le peuple digne et souverain de Côte d’Ivoire !

Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français 31 Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français

Ah, sauvagerie, quand tu tiens des humains en otage, il est plus que clair que l’humain en ces personnes s’enfuit et fait place au bestiaire ! L’adage ‘’l’homme est un loup pour l’homme’’ a vraiment été vécu et continue d’être expérimenté en Côte d’Ivoire, notre pays, sous les auspices de la France avide de chocolat, d’hydrocarbure et de clinquant aurifère ou diamantifère : vices, violence et humiliations en tous genres commis par une armée hétéroclite de bandits en mission d’invasion et de fausse pacification, assassinats gratuits et impunis, expropriations, tortures à gogo précédant des emprisonnements fantaisistes et farfelus d’illustres personnalités ou de citoyens anonymes, enlèvements et disparitions de personnes, crimes rituels portant sur des enfants, bref, notre pays, la Côte d’Ivoire, depuis Mars 2011, est une prison à ciel ouvert , un véritable enfer voulu et généré par la France.

Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français 40 Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français

C’est cela même qui est la vérité, vu et su que pour salir et faire chuter Laurent GBAGBO, par des mensonges ou des grossiers montages, la même France, bien avant Septembre 2002, est entrée en transe puis est montée au créneau, a déballé sa grosse artillerie médiatique et diplomatique à travers le monde, a préparé sinon floué les consciences les plus averties ou les plus réservées en embarquant aussi tous les naïfs et autres esprits misérables, a encadré et formé une rébellion à sa convenance puis a fait attaquer notre pays pour le déstabiliser. Les preuves audiovisuelles de l’implication de la France via le Burkina Faso sous CHIRAC ou SARKOZY dans les massacres des populations civiles ivoiriennes sont pléthoriques et les patriotes ivoiriens ne se sont pas fait prier pour les verser au Conseil du défenseur de leur insoumise dignité, c’est-à-dire Laurent GBAGBO, victime parmi les victimes, embastillé à La Haye en lieu et place de nos bourreaux.

Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français 32 Les victimes de Duékoué sadressent au peuple français

Peuple de France, ce n’est point t’amadouer ou te flatter en criant à ta face que ton honneur, ta réputation et ton ‘’devenir’’ sont gravement en jeu car qui refuse de se déterminer est floué ou manipulé sans égards. La vérité est belle quand elle est nue (ou crue), dit-on. Mais alors, que deviendras-tu, peuple français, si le mensonge et la forfaiture de tes dirigeants passés ou actuels continuent d’être l’apanage de ton quotidien ? S’il a suffi, en 2011, qu’une résolution de l’O.N.U. exigée et arrachée de force par la France, sous le prétexte de la protection des populations ivoiriennes contre des massacres imaginaires a ouvert une voie ‘’royale’’ aux tueries et génocides divers que nous avons vécu et qui nous marquent à vie, à quand donc une résolution qui viendra mettre fin de façon définitive à la destruction massive du genre humain qui nous est imposée depuis treize longues années de cauchemar ?

Bien cher peuple de France, les auteurs de la présente contribution visent trois objectifs essentiels :

1°/ la reconnaissance par tes gouvernants passés ou actuels de la pas du tout honorable forfaiture française contre le peuple ivoirien et son président, Laurent GBAGBO dont nous exigeons la libération immédiate avec tous ses proches qui croupissent dans les goulags ivoiriens ,                                                                            

2°/ l’arrestation de tous ces criminels de guerre, d’ici et d’ailleurs, emmenés par la France et qui ont mis notre pays à feu et à sang, des bandits qui ont détruit nos vies et notre devenir, suite à une résolution onusienne prise à l’emporte-pièce par rapport au « meurtre par GBAGBO » de sept femmes à Abobo, des femmes dont les tombes à Abidjan sont aujourd’hui introuvables par les enquêteurs de la même O.N.U.,                                                                                                                                            

3°/ la restauration dans leur honneur, leur dignité et leurs droits de toutes ces nombreuses victimes, des non moins patriotes et résistants, qui font la moue quand monsieur François HOLLANDE se plaît à honorer avec solennité et respect des résistants français au Panthéon tout en se refusant de poursuivre les assassins de Philippe REMOND, ce Français qui a pris fait et cause pour notre souveraineté, tué par des rebelles en Mars ou Avril 2011 à Yamoussoukro .

Digne et fier peuple de France, un de tes illustres savants a dit et écrit un jour : ‘’l’homme est un primate descendu de l’arbre’’. Nous, victimes de Duékoué, Duékoué, la cité aux milliers de crimes encore et toujours impunis, Nègres heureux et fiers de l’être, te demandons à toi, peuple de France, de nous prouver, bien au contraire de tous tes gouvernants qui ont agi contre notre peuple par pur instinct, par illumination ou par arrogante suffisance, que refusant d’être pris à ton tour pour sauvage, oui, peuple de France, que tu n’es pas, pour ainsi dire, retourné au sommet de l’arbre du racisme, ce moteur honteux et cynique de la destruction massive du genre humain.

Pour le collectif des victimes de Duékoué (Carrefour & Nahibly) : Emmanuel Caleb, le 09/06/15,

Extrait du manuscrit ‘’Le pont de Fengolo : chronique d’un génocide perpétré et tu par la France’’.

About admin

One comment

  1. peut être que allassane lui – même ne savait que des chocolateries existaient en côte d’ivoire sinon cette info est la preuve manifeste que allassane ment. ce monsieur peut à travers son mensonge faire douter un homme de son état d’homme. ce qui est drole dans cette histoire, c’est qu’il se fait accompagner par la france et ce monstre qu’on appelle la communauté internationale dont nous ne connaissons pas le président encore moins le siège.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*