L’hommage inoubliable du président Laurent Gbagbo au professeur Harris Memel Fotê

L’hommage inoubliable du président Laurent Gbagbo au professeur Harris Memel Fotê

Je suis fier du chemin parcouru par le FPI. Il y a encore du chemin à parcourir. Il faut que le FPI soit implanté au cœur des citoyens. Il faut que notre politique proposée soit implantée dans le cœur des gens. Je suis fier du discours du député de Nassian. Avanat que je ne lui réponde, je voudrais ici rendre hommage, une fois de plus, au Professeur Memel Fotê.

Quand je l’ai vu, j’ai pensé à ce jour de novembre 1990. Revenant de je ne sais où, on travaillait dans mon salon à recueillir les dossiers des candidats pour les élections parlementaires. A ma grande surprise , je découvre sa grande silhouette, debout au milieu du salon, en rang.

J’ai dit : ” Professeur, tu fais quoi ici ?”

Il m’a répondu: ” Je suis venu déposer ma candidature”

Je lui ai dit alors : ” Mais Professeur, passe devant.”

Il m’a répondu : ” Non, il y a un rang. Je me mets dedans ”

Je rappelle cela parce que c’est ce jour-là que le FPI a changé de nature aux yeux des autres.

Quand le Professeur Memel est venu au FPI, ceux des universitaires que j’appelle nos grands frères sont venus aussi. Ceux qui hésitaient parce que mes cheveux mal soignés les gênaient, se disaient ” est-ce que Gbagbo peut diriger quelque chose de bon, ceux-là ont changé d’avis et nous ont rejoints dès l’instant où Memel nous rejoint. Et cela a permis d’avoir un groupe important d’universitaires. Ainsi nous sommes devenus le parti comportant le plus grand nombre d’universitaires de haut niveau.

Donc, le FPI venait de changer qualitativement. Et c’est avec cette matière première humaine que nous avons pu travailler sur tous les textes qui ont guidé notre action et lancer un projet de société qui n’est pas un simple appel comme un manifeste. Un projet qui est à la fois une description et une projection de soi sur la société en tenant compte de la culture et de la philosophie environnante. Cela n’aurait pas été possible sans ce relais.

Ensuite le programme de gouvernement, c’est une description méthodique des actes à poser pour justement transformer notre société. Nous avons travaillé d’arrache-pied et je suis fier de ça. Donc, je voudrais rendre hommage à ce géant qui n’est pas assez connu à mon avis.”

Allocution du Président Gbagbo devant les élus FPI en 2005.

Source: Ernest Duhy, “Le pouvoir est un service. Le cas Laurent Gbagbo”. L’Harmattan, Page 176-177

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*