Libération des trois pétitionnaires : Le rôle joué par Thabo M’beki et Jerry Rawlings

Libération des trois pétitionnaires : Le rôle joué par Thabo M’beki et Jerry Rawlings

La libération des jeunes pétitionnaires, arrêtés le 15 juillet dernier à Yopougon, terminus 47, livre ses secrets. De sources concordantes, des panafricanistes ont pesé de tous leurs poids pour faire plier le régime d’Abidjan.

Les nuages se disspent autour de la libération de Djoman Kpata Ange Alain, Missi jean Leopold et Dja Adou Prosper. Des partisans de Laurent Gbagbo arrêtés le 15 juillet dernier  au Terminus du bus 47 alors qu’ils faisaient signer des pétitions pour la libération de leur icône détenu à la prison de Scheveningen à la Haye. Si l’action de l’ONG Amnesty International ne fait l’ombre d’aucun doute, des mains obscures ont pris ce dossier à bras le corps pour obtenir la libération des jeunes pétitionnaires.

« Bernard B. Dadié, Joseph Koffigoh, Thabo M’Beki et Jerry Rawlings ont adressé un courrier au Président Ouattara et au procureur de la République pour leur dire qu’ils sont les véritables auteurs de la pétition internationale pour la libération du Président Gbagbo.Ils leur ont demandé de libérer immédiatement les jeunes et de les arrêter en tant qu’auteurs de ladite pétition. », a revelé une source bien introduite.

A en croire notre informateur, c’est cette pression internationale qui explique le recul du régime d’Abidjan. Quant à l’espace senat sis au terminus du bus 47, il se porte comme un charme après la libération de ces trois membres, dévenus les héros de la lutte pour la libération de l’ex-président ivoirien. Auréolés de ce nouveau statut, ils ont été reçus hier mercredi 03 août par Bernard B. Dadié en personne à sa résidence. De quoi décupler davantage leurs forces selon Djimounou Bouazo, président du senat 47.

« Après ces deux semaines en prison, on est plus fort que jamais. Les signatures de pétition se déroulent très bien. Les gens nous appellent de partout à travers le monde pour nous féliciter et nous encourager. A preuve, les Ivoiriens continuent de signer les pétitions. Pour nous, il n’y a que la libération de Gbagbo qui nous intéresse peu importe les obstacles sur le terrain parce que nous sommes dans la vérité. », a-t-il indiqué.
Pour lui, l’hommage que leur ont rendu l’écrivain Bernard Dadié et plusieurs formations politiques, est une grace. « Nous sommes rentrés dans la grâce. Le pouvoir Ouattara nous a précipités à Cannan. Laurent Gbagbo, c’est un esprit qu’on ne peut éradiquer. Ouattara se fatigue. Nous sommes les brebis et Gbagbo est notre berger. Nous croyons fortement en son retour. C’est lui qui nous conduira vers les eaux paisibles. », a-t-il conclu.

Cyrille NAHIN

Source: Eventnewstv

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE