Licenciement abusif, non respect des droits humains…: André Sérikpa se dresse contre MTN-CI

Licenciement abusif, non respect des droits humains…: André Sérikpa se dresse contre MTN-CI

Bientôt, la Direction de MTN-CI sera-t-elle assaillie par les agents de la sécurité privée de Côte d’Ivoire ? En tout cas, leur patron n’est pas content de cette compagnie de téléphonie mobile qui ferait la pluie et beau temps en Côte d’Ivoire. « Les mauvaises pratiques et conditions de vie misérable pour les agents de sécurité exerçant dans les téléphonies mobiles : le cas de Mtn-ci ». Tel est donc le thème de la conférence de presse qu’a animée mercredi 11 novembre 2015, André Sérikpa, président de l’Union patronale des entreprises de sécurité et transport de fonds de Côte d’Ivoire (Upespci), au Plateau à son siège.

Pour le patron de la sécurité privée en Côte d’Ivoire, entouré de deux membres du Conseil national de sécurité (Commissaire Principal Azize Ben Ouattara et Col. Banga Yves) et d’une délégation de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps), l’heure est grave pour les agents de la corporation exerçant chez Mtn. Il accuse cet opérateur de licencier des agents, c’est-à-dire de résilier des contrats avec des entreprises de sécurité du jour au lendemain, donc sans la procédure normale. Et comme fait concret sur les pratiques du non renouvellement de contrat existant pourtant depuis une dizaine d’années, il brandit le cas de l’article 17 du premier contrat de 2013 de Mtn-ci : « Le contrat prévoit que le renouvellement devant s’opérer par accord exprès des parties à son terme, mais Mtn, sans aucun avenant exprès, laisse poursuivre les relations contractuelles au-delà des dates d’expiration et se donne la peine, sans aucun préavis, de résilier ».

Comme exemple de résiliation expéditive, il a ce courrier dont les termes laissent songeur : « Bonjour Mr le Directeur, Nous venons par la présente vous informer de retirer vos éléments sur les sites ci-dessous mentionnés le 31 mai 14 après la fraction de la nuit. Vous voudriez bien faire la passation des charges avec la nouvelle structure assignée sur ces différents sites. » Ce, en moins d’une semaine. Ce seul cas concerne douze (12) agents exerçant à Abidjan et à l’intérieur du pays, jetés à la rue du jour au lendemain, alors qu’ils ont des enfants à l’école, une famille en charge.

Selon Sérikpa, Mtn n’est pas la seule dans le cas, mais les autres opérateurs ayant agi ainsi, se sont montrés ouverts à la négociation, alors que Mtn, refuserait toute négociation. Il regrette que dans un pays qui se veut émergeant, Mtn refuse de se conformer aux lois nationales : « En pareil cas, la jurisprudence étendant la solution consacrée par l’article 1738 du code civil à tous les contrats, considère que le contrat s’est renouvelé pour une durée normale une durée légale. Cette solution n’est écartée que si la partie n’entend pas voir le contrat se renouveler indique expressément, au moment de l’expiration à son cocontractant, que la poursuite dans l’obligation contractuelle, au-delà du terme, est menée à titre précaire ou transitoire. Il est souvent même conseillé de préciser cette période de survivance, or tel n’a jamais été le cas avec Mtn-ci ». Et d’appeler au secours : « Devant cette souffrance qui crée des désagréments consécutifs à notre corporation, nous voulons interpeller les autorités ivoiriennes, le Bit, le ministre des Ntic, des Affaires sociales et de l’Emploi… sur des pratiques inhumaines et humiliantes, qui sont commises dans le fonctionnement de cette multinationale ».

L’Upespci accuse Mtn de faire obstruction à la décision du 1er mai 2014 du chef de l’Etat, relative à l’augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig). Le Cns, la Cnps et la Caci (Cour d’arbitrage de Côte d’Ivoire) ont montré leur soutien à la préoccupation de l’Upespci. Le patronat de la sécurité privée dit entreprendre ces démarches pour la paix. Mais si cela ne marche pas, il peut déverser ses agents au siège de Mtn et bloquer le géant. Et l’on sait que ces hommes, la police a du mal à les contenir.

Suzanne Gahé, pour Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*