Lida Kouassi Moïse à propos de sa prétendue déclaration télévisée suite à son extradition du Togo: «Je n’ai jamais fait ce genre de déclarations» | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Lida Kouassi Moïse à propos de sa prétendue déclaration télévisée suite à son extradition du Togo: «Je n’ai jamais fait ce genre de déclarations»
Lida Kouassi Moïse à propos de sa prétendue déclaration télévisée suite à son extradition du Togo: «Je n’ai jamais fait ce genre de déclarations»

Lida Kouassi Moïse à propos de sa prétendue déclaration télévisée suite à son extradition du Togo: «Je n’ai jamais fait ce genre de déclarations»

J’ai été auditionné à la DST (ndlr Direction de la Surveillance du Territoire). Et je voudrais à ce titre attirer l’attention de l’Avocat général qui représente le Ministère public, sur le fait que notre service DST a pris des habitudes de travail qui ne sont pas bonnes. Alors, non seulement il traficote et transforme les dires et les déclarations des gens, mais aussi les documents sont dénaturés et traficotés.

M. l’Avocat général, si vous vous rappelez, quand j’ai été déporté à la prison de Bouna, à mon insu, un film a été projeté à la télévision ivoirienne me présentant comme quelqu’un qui aurait dénoncé tous ses amis et qui aurait reconnu les faits et qui même, disait qu’il était prêt à travailler avec le président Ouattara. Je voudrais faire savoir à la Cour que ce film est un assemblage de films montés. Mais en plus de cela, on m’a envoyé en prison.

Moi je n’ai jamais fait ce genre de déclarations. M. le président, ces pratiques n’honorent pas notre pays. J’ai vu dans des documents qu’on m’a remis ce que j’avais dit et j’ai vu des rajouts faits par la DST pour arranger l’accusation contre moi. Ce n’est pas honnête…

J’ai été détenu à la DST pendant quinze jours au secret et je vais vous dire comment j’ai été torturé pendant des jours.

J’ai été interrogé pendant onze (11) jours. Pendant mon interrogatoire, j’ai été envoyé trois (3) fois au ” blindé “. Je vais vous expliquer ce que c’est le blindé et comment j’ai été torturé au blindé.

Les blindés sont de petites cellules, vraiment des réduits d’à peu près 2 à 3 mètres carrés . J’ai été mis dans ce blindé où dans un petit coin, il y a un WC. Il n’y pas d’ouverture, sauf dans le plafond où il y a quelques deux petites ouvertures. Ce blindé est en béton. Il y a très peu d’air qui circule là dedans, la cellule est mal éclairée et les odeurs des excréments, des vomissures et urines sont fétides. Ce sont des excréments des détenus qui vous ont précédé. Ces WC n’ont pas de chasse d’eau et j’étais contraint d’inhaler des odeurs qui m’occasionnaient des vertiges et autres maux. Vu qu’elles sont très fétides…J’ai été gardé pendant des jours à trois reprises dans ce blindé.

Après cette première phase de tortures, j’ai été envoyé dans une deuxième catégorie de blindé. La deuxième catégorie de blindé est en conteneur. Vous savez que le conteneur est fait de fer entièrement et conduit de l’électricité. J’ai été envoyé dans cette deuxième catégorie de blindé fait de conteneur et qui est connecté à un circuit électrique. On m’a demandé de me déchausser. Ce que j’ai fait. On m’a fait asseoir sur une chaise métallique. Pendant l’interrogatoire, un agent branche le circuit électrique et j’ai été électrisé plusieurs fois à faible tension pendant des secondes. Et la décharge électrique crée des convulsions qui ont pris tout mon corps, du fait du courant électrique qui me traversait, puisqu’étant assis sur une chaise en fer sans chaussure. Je deviens donc un conducteur. Cette scène de tortures a duré des jours.

Je vais vous dire pourquoi la DST qui était située en face de l’école de gendarmerie a été détruite. Elle a été démolie expressément pour effacer toutes les traces de tortures. Et pourtant, les bâtiments n’étaient pas vétustes….

Les locaux de la DST ont été démolis pour effacer les traces des tortures infligées aux détenus de la crise postélectorale. Ce sont par ces tortures que les agents vous font dire ce qu’ils recherchent pour incriminer un détenu et lui faire signer un procès-verbal sans même pouvoir le lire. Même si par moment ils font semblant de vous laisser jeter un coup d’œil furtif sur votre PV, on ne peut que le lire en diagonal, parce que vous êtes sous le choc des tortures morales et physiques. Voici comment ma personne a été éprouvée à la DST. Y compris tous ceux qui ont eu le malheur d’être arrêtés et conduits à la DST pour interrogatoire. Et c’est dans ces conditions que j’ai eu à signer des documents où il y a des déclarations que je n’ai jamais faites.

Les gens de la DST ont de la suite dans les idées pour manipuler des déclarations et les coller à leurs victimes.

Extradé manu militari du Togo où il s’était réfugié après le renversement du président Gbagbo, Lida Kouassi avait été provisoirement libéré avant d’être à nouveau arrêté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.