Lightskin, charbon : mille nuances de discrimination

Lightskin, charbon : mille nuances de discrimination

C’est en parlant avec mes filles que j’ai récemment appris un nouveau terme : lightskin. Saviez-vous que les adolescents se classaient entre eux selon la nuance de leur peau : lightskin pour les noirs à peau claire, charbon pour les plus noirs? Ils valorisent ainsi, inconsciemment, les peaux les plus claires, au détriment des peaux les plus foncées. 

Ce qu’ils ignorent, c’est que cette échelle de beauté basée sur les nuances de carnation, se nomme le colorisme, une forme de discrimination héritée du passé.

Le colorisme, un héritage du passé

Lors d’un précédent article (Ne nous appelez plus jamais mulâtres), j’avais déjà abordé la question de la couleur de peau au temps de l’esclavage et la classification des Noirs en mulâtres, quarterons et octavons par les maîtres blancs. L’esclavage est aboli depuis le XIXème siècle mais la hiérarchisation a perduré, renforcée par la colonisation. Les populations noires ont intégré le modèle occidental comme la norme, érigeant ainsi peau claire et cheveu lisse comme modèle de beauté (voir aussi Crépues et fières!).

Les femmes sont les premières victimes du colorisme

Les femmes noires à la peau foncée sont plus discriminées que les autres. Une étude américaine réalisée entre 2005 et 2009, sur les peines de prison purgées par le femmes noires,  avait démontré que les femmes à peau claires subissaient des peines moins longues (12%) que les femmes à la peau plus foncée. Plus la femme noire se rapproche physiquement de la norme blanche occidentale, plus elle inspire la confiance. Plus sa peau est noire, plus la société l’associe à la pauvreté et la délinquance. Ceci est également applicable à la réussite professionnelle, les femmes à la peau plus foncée étant les plus discriminées à l’embauche.

Au cinéma, encore, la femme noire se doit d’être conforme à ces diktats. Aviez-vous déjà remarqué que les actrices afro-américaines étaient très souvent plus claires que leurs homologues masculins?

les actrices afro américaines étaient très souvent plus claires que leurs homologues masculins Lightskin, charbon : mille nuances de discrimination

Nombreuses sont les femmes noires, en Amérique, ou en Afrique qui succombent à l’appel du blanchiment afin d’entrer dans la catégorie lightskin. Elles utilisent ainsi des produits de dépigmentation très toxiques, notamment à base d’hydroquinone ou de clobetasol, aux effets secondaires extrêmement graves (eczema, vergetures, acné, hyperpilosité, diabète, hypertension, insuffisance rénale, cancer…).

La chanteuse camerounaise Reprudencia Sonkey, dite Dencia, a lancé, en 2013, un produit éclaircissant sur le marché américain, nommé Whitenicious. Afin de faire la promotion de sa crème miracle, elle publie des photos d’elle avant-après, particulièrement choquantes lorsqu’on connaît les dommages qu’une telle crème peut occasionner sur la santé :

 Lightskin, charbon : mille nuances de discrimination

Photo/ source

Reprudencia Lightskin Sonkey fait l’apologie de la peau blanche comme symbole de pureté. Des millions de femmes suivent son exemple dans le monde et se font du mal, chaque jour.

Lightskin ou charbon, les peaux noires doivent s’affranchir

Pour que le colorisme cesse, il faut à la jeunesse noire des modèles inspirants, des icônes qui leur ouvrent le chemin.

Khoudia Diop, une jeune sénégalaise à la peau particulièrement foncée, a été surnommée « Déesse de la mélanine » par les médias. L’an dernier, sa beauté a littéralement fait exploser les normes esthétiques du monde de la mode. Repérée dans le cadre du projet « The colored girl« , elle rassemble aujourd’hui près de 400 000 abonnés sur Instagram.

 Lightskin, charbon : mille nuances de discrimination

Lupita Nyong’o, désignée plus belle femme du monde par le magasine People en 2014, a joué dans des films majeurs comme Twelve years a slave et Star wars. Lors de la cérémonie des « Essence Black Women in Hollywood », Lupita lit la lettre qu’une jeune-fille lui a adressée : « Chère Lupita, Je pense que tu es vraiment chanceuse d’être aussi noire et d’avoir malgré tout ce succès à Hollywood. J’étais sur le point d’acheter la crème Whitenicious de Dencia pour éclaircir ma peau lorsque tu es apparue et m’as sauvée.«

 Lightskin, charbon : mille nuances de discrimination

Photo/ source

Mes filles sont appelées lightskin par d’autres adolescents et cela me rend triste. Je suis triste de voir à quel point ces jeunes sont encore conditionnés par l’histoire de leurs arrière-arrière-grand-parents, ce temps où la couleur de votre peau vous envoyait soit dans les plantations de coton, soit dans la maison du maître. L’heure est venue pour eux de s’affranchir. Lightskin, charbon, des mots que je ne voudrais plus jamais entendre…

Source: themetisinfo.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE