L’invraisemblable fiasco d’Areva à Tchernobyl

L’invraisemblable fiasco d’Areva à Tchernobyl

Avec le réacteur EPR, Areva n’en est pas à son premier ratage dans le domaine de l’ingénierie nucléaire. Le groupe nucléaire français a connu un incroyable fiasco à Tchernobyl (Ukraine). Un épisode peu glorieux sur lequel la presse ne s’est pas beaucoup attardée.

Au cœur de la zone interdite, à seulement 2,5 kilomètres des ruines du réacteur n°4 de Tchernobyl, se trouve un étrange empilement de boîtes en béton et deux barres couchées, percées de multiples ouvertures ovales filant sur des centaines de mètres. Cet ensemble hétéroclite se nomme ISF2[1] pour « Installation de stockage temporaire de combustible usé n°2 ». C’est un centre de stockage de déchets nucléaires qui a été commandé par l’Ukraine à Areva. Le groupe nucléaire français y a fait une erreur de conception majeure qui a rendu l’installation inexploitable. Ce centre jugé par la communauté internationale aussi vital pour la sûreté nucléaire de Tchernobyl que la mise en place de l’arche géante au-dessus du réacteur accidenté n’a toujours pas démarré aujourd’hui, en grande partie à cause des erreurs initiales d’Areva.

Après l’explosion du réacteur n°4 de Tchernobyl il y a 29 ans, la centrale nucléaire qui accueillait trois réacteurs supplémentaires a continué à fonctionner pendant plus de 14 ans[2]. Le démantèlement de ces trois réacteurs et la gestion de leurs déchets est l’autre grand chantier pour la sûreté nucléaire de Tchernobyl, parallèlement au chantier de l’arche géante qui doit couvrir le « sarcophage » du réacteur détruit.

Areva s’engage à fournir « clé en main » un centre où seront stockés pendant au moins 100 ans les combustibles nucléaires usés des réacteurs n°1, 2 et 3 de Tchernobyl

En 1999 la division d’Areva dédiée aux réacteurs et à l’ingénierie (Areva NP alors Framatome) signe un contrat avec l’entreprise d’Etat ukrainienne Energoatom pour construire ISF2, un centre où seront stockés à sec pendant au moins 100 ans les combustibles nucléaires usés des réacteurs n°1, 2 et 3 de Tchernobyl. C’est une première pour stocker le combustible issu de réacteurs nucléaires de conception soviétique « RBMK »[3]. Areva s’engage à fournir « clé en main » l’installation pour l’été 2005 et démarre les travaux au printemps 2000. Ce centre de stockage est financé principalement par 16 pays donateurs via un fonds dédié aux « améliorations urgentes de la sûreté nucléaire » géré par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), qui y contribue également. L’Union européenne (UE) et neuf pays membres de l’UE sont des contributeurs importants de ce fonds, qui est indépendant du fonds de financement des travaux de confinement du réacteur n°4.

ISF2, une installation cruciale pour démanteler les réacteurs de Tchernobyl

L’ouverture d’ISF2 est une étape essentielle dans le démantèlement de la centrale de Tchernobyl. Au démarrage du chantier, le but est de retirer environ 21 000 assemblages de combustible nucléaire usé des piscines et des cœurs des réacteurs n°1, 2 et 3 de Tchernobyl, ainsi que d’une piscine de stockage en fonction depuis 1986. Sans quoi l’arrêt total des réacteurs – et donc leur démantèlement – ne peut être effectué puisque les combustibles usés très radioactifs présents y sont refroidis en permanence.

Le centre d’entreposage de déchets nucléaires est constitué de deux bâtiments, le premier où les combustibles doivent être livrés, séchés puis conditionnés dans des emballages métalliques étanches (photo ci-dessous). Le second, une zone de stockage qui accueillera le combustible dans des alvéoles de béton (photo en tête d’article). Quand Areva remporte le contrat de plus de 80 millions d’euros, elle prend la tête d’un groupement d’entreprises dans lequel Vinci Construction et Bouygues Travaux Publics se chargent des travaux de génie civil. Areva est en charge de l’ingénierie nucléaire du centre. Pour entreposer les combustibles « RBMK » reconditionnés, Areva s’appuie sur une technologie de stockage à sec du combustible provenant des Etats-Unis dont elle a acquis la licence[4].

 

Bâtiment de manutention des combustibles usés de l’installation ISF2 Tchernobyl L’invraisemblable fiasco d’Areva à Tchernobyl

Bâtiment de manutention des combustibles usés de l’installation ISF2 (Tchernobyl). © Journal de l’énergie/Martin Leers 2015

Trois ans après le lancement des travaux, l’Ukraine arrête subitement le chantier mené par Areva à cause de « défauts de conception remettant en cause la sûreté en fonctionnement du centre de stockage »

Trois ans après le lancement des travaux, l’Ukraine arrête subitement le chantier en avril 2003. Le client d’Areva, l’Ukraine, dénonce des « défauts de conception remettant en cause la sûreté en fonctionnement du centre de stockage ». L’arrêt du chantier s’explique par « des écarts entre les décisions techniques d’Areva et les spécifications techniques requises pour la gestion des assemblages de combustible usé » selon un représentant des autorités ukrainiennes. Areva ne redémarrera jamais le chantier.

Selon un porte-parole du gouvernement ukrainien, Areva n’a pas pris en compte dans la construction d’ISF2 le séchage du combustible usé avant son conditionnement dans des emballages fermés hermétiquement (les combustibles nucléaires usés à Tchernobyl sont tous stockés sous eau en piscine). Il y a de l’eau dans les gaines qui enferment les pastilles de combustible nucléaire. Or la présence d’eau dans un stockage étanche contenant des déchets nucléaires est très gênante : elle peut dégrader l’emballage et provoquer des rejets de radioactivité dans l’environnement. Une situation à éviter impérativement pour entreposer le plus sûrement possible les 21 000 assemblages de combustibles nucléaires très radioactifs de Tchernobyl.

Pour Areva, c’est la faute du client

Areva joue la surprise : il ne devait pas y avoir de telles quantités d’eau dans le combustible. Le contrat signé avec l’Ukraine indiquait que le pourcentage d’eau présente dans les gaines de combustible ne devait pas excéder 1 % alors que dans les faits il y en avait jusqu’à 5 à 6 % selon l’industriel français. Il n’y a pas de doute, c’est la faute du client : « Le problème majeur de ce contrat est la notification tardive de l’inexactitude et du manque de fiabilité des données techniques initiales transmises par le maître d’œuvre. En conséquence, de profondes modifications de la conception de l’installation, objet du contrat ISF2, sont nécessaires alors que les travaux de génie civil sont quasiment achevés » lit-on dans le rapport annuel d’Areva de 2005. Contactée par le Journal de l’énergie, la société ukrainienne commanditaire d’ISF2 a réfuté ces allégations.

L’installation d’Areva est inexploitable à cause d’un défaut de conception rédhibitoire

Ce défaut de conception rédhibitoire oblige à revoir toute l’ingénierie nucléaire de l’installation d’Areva. Le centre est sorti de terre mais est totalement inexploitable. D’autres défauts de construction seront découverts. Un représentant de la centrale de Tchernobyl a confié au Journal de l’énergie sous couvert d’anonymat que certaines ouvertures dans l’installation conçue par Areva ne possédaient pas les dimensions requises pour déplacer le combustible d’un endroit à l’autre. Dans le rapport de sûreté nucléaire ukrainien daté de 2007, il est noté que le béton de certains modules de stockage de l’installation comportait des fissures dues à des malfaçons dans la construction.

En novembre 2004, Areva propose de remédier à l’absence du dispositif adéquat de séchage des gaines de combustible usé. Mais la solution d’Areva coûte les yeux de la tête. Alors que le coût total de l’installation s’élève à l’époque à 80 millions d’euros, la correction de la malfaçon est estimée entre 90 et 100 millions d’euros. De plus les travaux retarderaient la mise en exploitation d’ISF2 de sept années. En juillet 2005 à l’annonce du surcoût et du retard démesurés, les pays donateurs qui financent ce projet rejettent la solution d’Areva et demandent la réalisation d’un audit indépendant pour démêler les responsabilités dans les défauts du centre de stockage. En octobre 2005 le contrat d’Areva est suspendu.

Les conclusions d’un audit indépendant accablent Areva

L’audit confié à la société suédoise SKB International est achevé en janvier 2006 et ses conclusions sont sans appel pour Areva. Si le rapport pointe la gestion floue du projet par l’entreprise d’Etat ukrainienne et des irrégularités juridiques, il est accablant pour le groupe nucléaire français. Selon les experts indépendants mandatés par la BERD, Areva s’est lancé dans la construction du centre de stockage sans maitriser la technologie du combustible nucléaire « RBMK ». Areva a en fait commis une énorme bourde : l’industriel a tout simplement insuffisamment pris en compte la présence d’eau dans les gaines de combustible RBMK et a sous-estimé l’importance d’une installation de séchage du combustible. Areva porte donc la responsabilité d’avoir construit un centre de stockage de déchets inutilisable en l’état.

Dans le milieu fermé de l’industrie nucléaire, ce n’est un secret pour personne que les assemblages de combustible nucléaire des réacteurs « RBMK » ont souffert de très importants problèmes d’étanchéité. Parmi tous les réacteurs « RBMK » d’Union soviétique, c’est à la centrale nucléaire de Tchernobyl que ces défauts d’étanchéité ont été les plus critiques. Le centre qu’Areva devait construire doit recevoir tous les assemblages de combustible usé des réacteurs n°1, 2 et 3. Les défauts d’étanchéité ont affecté 10 % de la totalité des assemblages de combustible chargés dans le réacteur n°1 ; 8 % pour le réacteur n°2 et 4 % pour le réacteur n°3[5]. Il apparaît difficilement concevable qu’Areva n’ait pas été au courant des soucis d’étanchéité d’un si grand nombre d’assemblages de combustible que le centre de stockage doit prendre en charge.

Suite à la résiliation de son contrat, Areva doit alors verser une compensation d’environ 45 millions d’euros à l’Ukraine

Areva rejette en bloc les conclusions de l’audit lors de sa présentation aux pays donateurs en février 2006 et demande de manière inattendue que des experts russes puissent se joindre au projet pour bénéficier de leur expérience des combustibles usés de type « RBMK ». Mais l’assemblée des pays donateurs qui n’a plus confiance en Areva après l’audit, envisage alors la résiliation de son contrat et demande à la BERD d’en estimer le coût. En juin 2006 l’Ukraine présente aux financeurs une nouvelle solution pour sécher le combustible, mise au point par une entreprise américaine du New Jersey spécialisée dans le stockage du combustible à sec, Holtec International. Les pays financeurs approuvent cette solution et six mois plus tard décident de se séparer d’Areva. En avril 2007 le contrat d’Areva pour la construction d’ISF2 est résilié à l’amiable. En accord avec les pays donateurs, Areva doit alors verser une compensation d’environ 45 millions d’euros à l’Ukraine.

La précipitation d’Areva dans ce projet a eu des conséquences négatives sur la sûreté nucléaire de Tchernobyl

La précipitation d’Areva dans ce projet a eu des conséquences négatives sur la sûreté nucléaire de Tchernobyl. Le centre de stockage de déchets nucléaires devait ouvrir en 2005 pour recevoir le combustible usé entreposé dans les réacteurs nucléaires « RBMK » de la centrale ukrainienne. « Une étape majeure de l’amélioration de la sûreté nucléaire du site de Tchernobyl » selon la BERD qui gère le financement du projet. L’arrêt des travaux et le retard de la livraison d’ISF2 ont contraint les Ukrainiens à accumuler les combustibles usés des réacteurs n°1, 2 et 3 dans une piscine de stockage obsolète au-delà de sa capacité initiale. Construite à l’époque de l’Union soviétique, cette piscine ne peut accueillir tous les combustibles usés de Tchernobyl et doit fermer en 2016. Pour démanteler les réacteurs, il faut évacuer l’ensemble du combustible qui s’y trouve, donc ouvrir le nouveau centre de stockage. Chaque année de retard sur le démarrage d’ISF2 coûte à Kiev 15 millions d’euros avait déclaré un ministre ukrainien en 2005.

Le contrat d’Areva est repris par Holtec International en septembre 2007. Afin de prendre en compte le séchage des combustibles avant entreposage, trois années seront nécessaires à l’entreprise américaine pour revoir complètement la conception de l’installation. La nouvelle installation conservera les structures de béton construites par Vinci et Bouygues, ainsi que certains équipements. Le chantier a seulement repris en octobre 2014, 14 ans après son démarrage et 11 ans après l’arrêt du chantier mené par Areva. Le coût total du centre de stockage a quasiment quadruplé entre-temps, il est estimé provisoirement aujourd’hui à plus de 300 millions d’euros et l’ouverture de l’installation devrait avoir lieu au plus tôt entre 2017 et 2018. D’ici là les Ukrainiens croisent les doigts pour que la piscine où plus des trois quarts des combustibles nucléaires usés de la centrale reposent ne subisse pas une panne de refroidissement.

Contacté à plusieurs reprises par courriel et par téléphone, Areva n’a pas souhaité répondre aux questions du Journal de l’énergie. Holtec International a également refusé de répondre à nos questions. SKB International, la société qui a conduit l’audit n’a répondu à aucun de nos courriels.

[1] ISF2 : Interim Spent Fuel Storage Facility 2. Installation de stockage temporaire de combustible usé n°2.

[2] Les trois unités encore en fonctionnement après l’accident de 1986 ont été arrêtées respectivement en octobre 1991, novembre 1996 et décembre 2000.

[3] RBMK : acronyme russe signifiant « Réacteur de grande puissance à tubes de force ».

[4] Il s’agit de la technologie NUHOMS. http://us.areva.com/EN/home-2341/areva-inc-areva-tn-nuhoms-used-fuel-storage.html

[5] Sur une période comprise entre le démarrage de l’exploitation des réacteurs n°1, 2 et 3 de la centrale de Tchernobyl et fin 1991. Source : Fuel failure in normal operation of water reactors: experience, mechanisms and management, AIEA, 1993.

Photos : ISF2, centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) Copyright © Journal de l’énergie / Martin Leers 2015

Par Martin Leers

Source: Journal de l’énergie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE