L’Iran n’estime pas utile de discuter avec les Etats-Unis de la situation en Irak

L’Iran n’estime pas utile de discuter avec les Etats-Unis de la situation en Irak

L’Iran a indiqué ne voir nullement la nécessité de discussions directes avec les Etats-Unis à propos de l’aggravation des conditions de sécurité en Irak, a déclaré lundi un haut responsable du ministère iranien des Affaires étrangères, dont les propos ont été relayés par l’agence de presse officielle IRNA.

Les discussions avec les Etats-Unis à Vienne porteront uniquement sur le programme nucléaire iranien, et il n’y aura pas de discussions sur l’Irak, a indiqué à l’IRNA le vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour les affaires arabes et africaines, Hossein Amir-Abdollahian.


L’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne (groupe des 5+1) ont entamé lundi à Vienne une nouvelle série de négociations destinées à préparer le terrain en vue d’un accord global sur le programme nucléaire iranien controversé.

Samedi, le président iranien Hassan Rohani a déclaré que l’Iran pourrait envisager de collaborer avec les Etats-Unis face à l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un groupe djihadiste qui lutte contre le gouvernement irakien et cherche à instaurer en Irak et en Syrie un califat fondé sur les anciens préceptes de l’islam sunnite.

Interrogé sur une possible assistance militaire de l’Iran en Irak pour contrer l’EIIL, M. Amir-Abdollahian a déclaré que l’armée irakienne était suffisamment forte pour défendre le pays contre le groupe d’insurgés et qu’elle n’avait pas besoin de l’assistance militaire iranienne pour mettre en échec le “mouvement terroriste”.

Le gouvernement irakien est parfaitement préparé à lutter contre le terrorisme et déterminé à mettre un terme aux actes terroristes dans le pays, a-t-il dit.

La République islamique est disposée à toute consultation avec l’Irak pouvant aider son armée à éradiquer le terrorisme, a-t-il poursuivi, ajoutant toutefois que l’Iran ne s’impliquerait jamais directement en Irak.

Par ailleurs, le vice-ministre a réfuté l’idée selon laquelle la récente offensive de l’EIIL pourrait constituer une menace pour l’Iran.

De leur côté, les Etats-Unis semblaient ouverts à des discussions sur la situation irakienne. Ils ont indiqué lundi qu’ils pourraient profiter des négociations sur le nucléaire à Vienne pour discuter avec Téhéran d’une possible coopération en réponse à l’insurrection sunnite en Irak.

Source: xinhua

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.