L’OMS dépense plus en voyages que pour lutter contre la malaria et le sida

L’OMS dépense plus en voyages que pour lutter contre la malaria et le sida

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dépense 200 millions de dollars en voyages par année, révèle lundi l’agence AP. C’est plus que les sommes investies dans la lutte contre le sida et la malaria.

Vols première classe, déplacements en hélicoptère et hôtels 5 étoiles. Malgré de nouvelles règles, l’OMS rencontre des difficultés pour maîtriser les coûts engendrés par les voyages de ses employés, selon des documents internes obtenus par AP.

Depuis 2013, l’OMS a dépensé 803 millions de dollars en voyages, soit environ 200 millions par an. Ces frais dépassent les investissements dans ses programmes de lutte contre de grands problèmes de santé publique.

L’an passé, l’agence a ainsi investi 71 millions de dollars contre le sida et l’hépatite, 61 millions contre la malaria ou encore 59 millions contre la tuberculose. Le programme contre la polio se monte lui à 450 millions.

Pic avec Ebola

Les frais en voyages ont atteint un pic en 2014 pendant la crise Ebola, à un total de 234 millions pour les 7000 employés de l’OMS.

En comparaison, les frais en voyages de Médecins sans frontière, qui compte 37’000 membres et interdit les vols en classe affaires, se sont montés la même année à 43 millions.

Suite présidentielle à 900 euros la nuit

En Guinée pour saluer les succès face au virus Ebola, la directrice générale de l’OMS Margaret Chan a récemment séjourné dans la suite présidentielle d’un grand hôtel de Conakry. Prix de la nuit: 900 euros.

L’agence onusienne a refusé de dire si elle avait payé pour ce séjour, notant que parfois le pays hôte réglait la facture. Pour certains observateurs, ce type de séjour ne donne pas le bon exemple aux 7000 employés de l’organisation.

Selon l’agence AP, qui cite des documents internes de l’OMS, les voyages de Margaret Chan sont parmi les plus chers de l’organisation. En 2014, ils ont coûté 370’00 dollars.

Changement de tête à l’OMS

Ces révélations interviennent alors que s’est ouvert lundi l’Assemblée générale de l’Organisation mondiale de la santé à Genève. Le successeur de Margaret Chan, qui a eu droit à une ovation debout des représentants des Etats membres pour ses 11 ans à la tête de l’OMS, sera connu mardi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*