L’opposition burkinabè veut lancer «une campagne permanente de désobéissance civile» | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France L'opposition burkinabè veut lancer «une campagne permanente de désobéissance civile»
L’opposition burkinabè veut lancer «une campagne permanente de désobéissance civile»

L’opposition burkinabè veut lancer «une campagne permanente de désobéissance civile»

L’opposition politique burkinabè, affiliée au Chef de file de l’opposition politique (CFOP), compte lancer à partir de mardi prochain « une campagne permanente de désobéissance civile » dont le point de départ sera une journée nationale de protestation, a-t-on appris mercredi lors d’une conférence de presse animée, à Ouagadougou par des leaders de partis de l’opposition.

La conférence de presse organisée ce jour, fait suite à l’annonce du projet du gouvernement burkinabè de convoquer un référendum sur l’article 37 via l’Assemblée nationale, en vue de modifier cet article et permettre à l’actuel président, Blaise Compaoré de se représenter à la présidentielle de 2015.

Pour le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré, « le masque du gouvernement est tombé », précisant qu’il s’agit d’«un coup d’Etat constitutionnel ».

De l’avis de monsieur Diabré, l’option du gouvernement de convoquer le référendum via l’Assemblée nationale est « une grave décision qui va entraîner le Burkina dans le chaos », car pour lui, le référendum n’est « ni obligatoire, ni opportune, mais plutôt budgétivore et facteur de division ».

Pour l’opposition cette nouvelle initiative du pouvoir en place ne va prospérer. C’est pourquoi, elle a appelé« tous les députés patriotes épris de paix et de liberté et ayant de la dignité à se démarquer du clientélisme et du démarchage des rabatteurs politiques ».

« Le tout n’est pas d’empocher des millions, mais encore faut-il pouvoir les dépenser dans la paix et la quiétude», a martelé le Chef de file de l’opposition politique burkinabè.

L’autre alternative pour l’opposition pour barrer la voie au référendum, est « la désobéissance civile, conformément aux articles 167 et 168 de la Constitution ».

Selon les animateurs de la conférence de presse, le point de départ de cette désobéissance sera marqué par une journée nationale de protestation contre le référendum sur toute l’étendue du territoire national, le mardi 28 octobre prochain.

A Ouagadougou, cette manifestation, à entendre les organisateurs, sera matérialisée par un rassemblement populaire à la Place de la Nation, suivi d’une marche-meeting.

« C’est maintenant au peuple burkinabè de prendre son destin en main et de l’assumer. C’est aux Burkinabè de savoir ce qu’ils veulent et de le manifester selon leur entendement », a affirmé Zéphirin Diabré.

Il était assisté à la conférence de presse de Roch Marc Christian Kaboré du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), de Saran Sérémé du Parti pour la démocratie et le changement (PDC), de Etienne Traoré du PDS/Metba et de Alphonse Ouédraogo de l’URD/MS.

Source: APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.