L’origine de l’orgasme féminin enfin percée?

L’origine de l’orgasme féminin enfin percée?

Pourquoi les femmes ont-elles des orgasmes ? Les théories des scientifiques et philosophes vont bon train, mais le mystère reste entier. Deux scientifiques pensent cependant avoir trouvé son origine… et cela ne serait pas qu’une question de plaisir. Explications.

L’orgasme n’est-il qu’un synonyme de jouissance ? Depuis des millénaires le débat agite les plus grands esprits de ce monde. S’il est intimement lié aux relations sexuelles, il n’est pas automatique, ni nécessaire pour procréer. Et pourtant, c’est bien cette dernière piste que privilégient deux scientifiques de l’Université de Yale et du Cincinnati Children’s Hospital (Etats-Unis). Leurs travaux ont été publiés dans la revue JEZ-Molecular and Developmental Evolution.

Un orgasme…pour ovuler

Pour percer le mystère de l’extase ultime de la gent féminine, les chercheurs ont étudié celui… des mammifères. Chats, lapins, primates ou encore éléphants, ils ont passé au crible les relations les plus intimes de nombreuses espèces. Verdict : chez certaines d’entre elles, l’ovulation intervient juste après la poussée d’hormones, l’équivalent d’un orgasme. Ce serait donc le mâle qui provoque l’ovulation et permet la reproduction. Ce réflexe physiologique se produit par exemple chez le chat et le lapin.

Cependant, “il est important de souligner que cela ne ressemblait pas à l’orgasme féminin que l’on connaît. Nous pensons que cette montée d’hormones fait partie des éléments qui ont subi le plus de modifications chez les humains”, précisent les auteurs.

Une différence d’anatomie

Car chez les primates (singes et hommes), l’ovulation est rythmée par des cycles. L’orgasme n’a ainsi aucune incidence sur la procréation ni sur le nombre de descendants. Il est “spontané”. Mais selon les auteurs, cela pourrait être le fruit d’une évolution de l’Homme. Ce qui signifierait qu’il y a 75 millions d’années, l’ancêtre de la femme devait avoir un orgasme pour ovuler.

Cette évolution serait aussi une question d’anatomie. Alors que le clitoris des femelles qui ont besoin d’un orgasme pour ovuler est très proche du canal sexuel, voire à l’intérieur du vagin, celui des femmes est plus éloigné. Conséquence : il est moins facilement stimulé lors du rapport.

Alors, l’orgasme est-il devenu superflu ? Rien n’est moins sûr. “Il y a eu des nombreuses discussions pour savoir si l’orgasme avait d’autres fonctions, comme celle de créer des liens affectifs”, notent ainsi les scientifiques. En effet, lors du plaisir ultime, la prolactine et l’ocytocine sont libérées. Cette dernière, aussi surnommée hormone du bonheur, procure un bien-être responsable du sentiment d’attachement. Les auteurs des travaux admettent ainsi que leur étude doit être complétée car elle ne repose que sur des données physiologiques et anatomiques. Et même si l’orgasme est devenu inutile pour procréer, il a encore l’avantage de renforcer les liens du couple.

Julie Bernichan

Source: metronews

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE