Lucien Tapé Mambo : « Il faut qu’on libère les prisonniers politiques, avant de parler d’élection présidentielle. »

Lucien Tapé Mambo : « Il faut qu’on libère les prisonniers politiques, avant de parler d’élection présidentielle. »

Processus électoral 2015, participation de la société civile Ivoirienne », tel est le thème de la conférence de presse organisée, hier jeudi 2 juillet à la Maison de l’entreprise au Plateau par le président de la plateforme de la société civile de Côte d’Ivoire, Lucien Tapé Mambo.

Le conférencier est monté au créneau avant d’exiger la libération des prisonniers politiques. Pour lui, « Il faut qu’on libère les prisonniers politiques», avant de parler d’élection présidentielle. « Il faut qu’on vide le contentieux de la présidentielle de 2010 avant de passer à autre chose.», a-t-il poursuivi.

Au travers de cette rencontre avec les médias, le premier responsable de la société civile ivoirienne dépeint le tableau non moins reluisant des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. Dans son propos liminaire Lucien Tapé Mambo a égrené tout le chapelet de doléances indispensables, selon lui, pour la tenue d’une présidentielle apaisée en 2015. Pour ce faire, il a « invité à la signature d’une charte de bonne conduite des élections par tous, une loi d’amnistie à tous les prisonniers politique y compris ceux qui sont en exils, le démantèlement de tous les camps de réfugiés dans la sous région, l’indemnisation de toutes les victimes de la crise postélectorale et préparer les esprits à une élection véritablement apaisée », a-t-il indiqué.

En tant qu’acteur non étatique, la société civile ivoirienne, entend mettre tout en œuvre afin d’éviter à la Côte d’Ivoire les atrocités et autres dégâts inestimables de la crise postélectorale de 2010. Pour ce faire, « il faut que la société civile ivoirienne soit indépendante et non inféodée », a plaidé Lucien Tapé Mambo. Par ailleurs, il a insisté sur la création des conditions idoines pour la tenue de la présidentielle afin d’éviter le scénario de 2010. C’est pourquoi, il a invité à une complémentarité d’action.

Abordant la révision de la liste postélectorale, Lucien Tapé Mambo s’est dit être disposé à mettre les organisations de la société civile, les chefs religieux et traditionnels à sensibiliser les populations. Non sans se réjouir du dialogue politique annoncé entre le pouvoir et l’opposition qui selon les membres de la société est un véritable signe de décrispation?

JB Koffi

Source: Le Belier Intrépide

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.