L’un des plus grands guerriers vikings était une femme

L’un des plus grands guerriers vikings était une femme

De nouvelles preuves de l’existence de femmes dans les rangs des guerriers vikings invitent les archéologues à reconsidérer leur interprétation de l’histoire du peuple scandinave.

Il y a plus d’un millénaire, dans le sud-est de l’actuel Royaume de Suède, un riche guerrier viking a eu pour dernière demeure une tombe resplendissante, remplie d’épées, de flèches et de deux chevaux sacrifiés. Le site funéraire reflétait en tous points l’idéal d’une vie de guerrier viking. Du moins c’est ce que pensaient les archéologues jusqu’à présent.

De nouvelles analyses ADN des os retrouvés ont révélé que la tombe était en fait occupée par une femme.

L’étude publiée récemment dans l’American Journal of Physical Anthropology a surpris les historiens spécialisés dans la période et la culture vikings. La vision que nous avons des Vikings, fiers marins sans peur ayant parcouru l’Europe pendant des siècles, pourrait bien en être changée.

Lun des plus grands guerriers vikings était une femme 2 Lun des plus grands guerriers vikings était une femme

« Cette sépulture était mise en exergue pour montrer à quoi pouvait prétendre un guerrier viking exemplaire, » explique Davide Zori, archéologue à l’Université Baylor, qui n’a pas pris part aux recherches. « [Cette nouvelle étude] remet en question l’interprétation archéologique que nous nous faisions de cette période : nous avons toujours pensé que c’était là des attributs masculins. »

Des fouilles antérieures ont montré depuis longtemps que tous les guerriers vikings n’étaient pas des hommes. Un texte irlandais du 10e siècle conte l’histoire d’Inghen Ruaidh (« La fille rouge »), une femme guerrière qui a mené une flotte viking jusqu’en Irlande. Davide Zori note par ailleurs que de nombreuses sagas vikings comme la légendaire Volsunga saga dépeint des jeunes filles armées se battant aux côtés des soldats.

Mais certains archéologues considéraient ces guerrières comme des embellissements mythologiques créés pour satisfaire une description des genres plus moderne.

L’ASSUMATION MASCULINE

Depuis la fin des années 1880, les archéologues ne pouvaient envisager que cette sépulture viking découverte à Birka ne soit autre chose que la dernière demeure d’un grand guerrier. Non parce que les restes de l’inhumée le laissaient penser, mais parce que les artefacts découverts à ses côtés étaient, dans leur imaginaire, forcément des attributs masculins.

Comme National Geographic le reportait dans son magazine de mars 2017 consacré aux Vikings, cette perception change quelque peu depuis que la bio-archéologue Anna Kjellström de l’Université de Stockholm a procédé à un premier examen minutieux des os pelviens et mandibulaires du supposé guerrier. Leur dimension correspondait sans équivoque à l’ossature d’une femme.

Jouant de lépée et des lances les reconstituteurs historiques recréent les violent combats opposant les Vikings aux Slaves durant le festival de Wolin en Pologne 1024x683 Lun des plus grands guerriers vikings était une femme

Jouant de l’épée et des lances, les reconstituteurs historiques recréent les violent combats opposant les Vikings aux Slaves durant le festival de Wolin, en Pologne.
photographie de David Guttenfelder, National Geographic

L’analyse d’Anna Kjellström, présentée lors d’une conférence en 2014 et publiée en 2016, n’a eu que peu d’écho auprès du grand public et certains archéologues ont remis en cause cette interprétation. Depuis l’excavation du tombeau il y a plus de deux siècles, peut-être les os avaient-ils été déplacés et confondus avec ceux d’une autre tombe ? Peut-être le squelette avait-il été enterré avec d’autres personnes ?

En réponse de quoi une équipe de scientifiques menée par Charlotte Hedenstierna-Jonson, archéologue à l’Université d’Uppsala, a analysé à nouveau les ossements et a extrait deux types d’ADN. L’ADN mitochondrial du défunt, transmis de la mère à l’enfant, déterminerait si les os appartenaient à une ou plusieurs personnes. L’ADN nucléaire permettrait quant à lui de déterminer le genre biologique.

Les résultats étaient on ne peut plus clairs : aucun chromosome Y n’a été détecté dans les os, et l’ADN mitochondrial était le même pour tous les ossements découverts dans le tombeau. Les restes étaient ceux d’une seule et même personne, et cette personne était une femme.

Charlotte Hedenstierna-Jonson et ses collègues estiment que cette femme était sans doute une guerrière et une stratège respectée. « Sur ses cuisses se trouvaient des pions, ce qui suggère qu’elle était une tacticienne et une meneuse. »

LA VIE VIKING

Davide Zori est fasciné par ces nouvelles découvertes sur la guerrière de Birka, un des plus vastes et plus connus sites funéraires vikings. Le site était également un lieu privilégié d’échanges et de ventes d’esclaves.

Illustration dEvald Hansen daprès les plans originaux de la tombe réalisés par lexcavateur Hjalmar Stolpe en 1889. Lun des plus grands guerriers vikings était une femme

Illustration d’Evald Hansen d’après les plans originaux de la tombe réalisés par l’excavateur Hjalmar Stolpe en 1889. photographie de Illustration courtesy Uppsala University

La circulation des biens et des personnes sur ce site a transformé Birka en un cimetière international où de nombreux rites funéraires étaient observés. Certains corps étaient brûlés et d’autres assis sur des chaises imposantes.

« Birka a en quelque sorte unit le monde viking. Il était davantage question d’échanger et de marchander que de s’entre-tuer, » ajoute Zori.

Il note également qu’il est possible, bien que peu probable, que les proches de cette femme l’aient vêtue d’une tenue guerrière sans pour autant que cela ne reflète sa vie passée. Mais selon les preuves disponibles, Zori se dit confiant dans les résultats de l’étude.

« Cette tombe a généré un intérêt croissant au fil du temps, notamment à cause des textes narrant l’existence de femmes guerrières… Aujourd’hui les nouvelles technologies peuvent réinventer notre vision des Vikings. »

Source: nationalgeographic.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE