Lycée Scientifique de Yamoussoukro: L’internat reste fermé et les élèves sont à l’abattoir

Lycée Scientifique de Yamoussoukro: L’internat reste fermé et les élèves sont à l’abattoir

En arrivant au lycée scientifique, j’ai eu vraiment l’impression d’être dans un champ en jachère. Pourtant les cours ont démarré depuis le 13 septembre 2016. Pendant les heures de cours, les bruits de tronçonneuses et de tondeuses créent un vacarme insupportable. Preuve que rien n’est vraiment prêt pour commencer les cours. Pourquoi les travaux d’entretien n’ont pu se faire pendant les vacances ? Dans la cour, autour des dortoirs, les herbes sont si hautes que le lycée ressemble à un véritable champ en jachère. Est-ce le lycée scientifique qui faisait la fierté de la Côte d’Ivoire ou un champ en jachère ?

Les cours sont dispensés dans des salles de classe mal entretenues qui ressemblent, sans exagérer, à des entrepôts de portuaires. Il n’y a qu’à visiter le bâtiment D, où se trouve le bureau de l’éducateur des classes de seconde C et le bâtiment A, où se trouve le bureau de l’inspecteur de l’éducation. Le plus écœurant, c’est que l’internat reste fermé depuis la rentrée (le 13 septembre). Ces élèves trop jeunes pour rester chez des tuteurs sont obligés d’étudier dans des conditions souvent déplorables qui répercutent certainement sur leurs moyennes. Les enfants qui sont venus des quatre coins de la Côte d’Ivoire sont obligés de vivre chez des tuteurs dans une insécurité totale. Seuls quelques protégés du proviseur bénéficient actuellement des dortoirs ! A l’économat, M. Konan Roger est strict sur les consignes : à l’inscription, chaque élève paie 3 kilogrammes de poudre de savon (homo) et une serpière en plus des 7000F CFA (environ 11euros) qu’exige le gouvernement par élève.

                                                     Un lycée mal entretenu !

En tout cas, la brousse qui a envahi tout le lycée a même inspiré des jardiniers. Devant le bâtiment Q par exemple qui sert de dortoir des élèves, un brave jardinier a cultivé du gombo, de la patate, des aubergines…Pendant que les enfants croupissent encore chez des tuteurs, il y a des chambres qui sont mises en location dans le bâtiment Y par exemple. Ce qui nous a attiré vers ce bâtiment Y ce jour-là, c’est que le rez-de-chaussée était en train d’être inondé par une véritable rivière qui coulait d’un tuyau de la Sodeci. Combien a perdu l’Etat avec tant de gaspillage d’eau ce jour-là ? Pourtant, en haut de ce bâtiment, il y avait des vies. Il y avait même des bruits de mortiers. Sur les murs, des habits séchaient tranquillement. Nous avons interrogé quelques habitants de ce bâtiment. « Le bâtiment Y est habité par des athlètes, des doctorants de l’INP et les ouvriers de la SOCAF (une société d’étanchéité). Depuis une semaine on a signalé le problème de la fuite d’eau mais la direction n’a pas répondu » a expliqué l’un des occupants du bâtiment. Les chambres du bâtiment P sont aussi mises en location. Selon un responsable chargé du logement au lycée scientifique que nous avons trouvé au bâtiment Q, la direction du lycée procède ainsi pour subvenir aux besoins de l’école. « Quand Houphouët vivait, le lycée avait un budget de 500 millions de francs octroyés par le gouvernement. Et Houphouët lui-même y ajoutait sa propre contribution. Mais depuis sa mort, c’est fini. Aujourd’hui le gouvernement a même diminué le budget du lycée scientifique. Ce qui met la direction en difficulté » a-t-il expliqué. Comment un tel lycée de référence peut-il occuper le dernier souci du gouvernement ?

Du rêve au cauchemar : l’internat ne s’ouvrira qu’au retour des congés de noël !

L’internat reste toujours fermé et selon des sources proches du proviseur, il ne s’ouvrira qu’au retour des congés de noël. Certains parents ont dû louer des chambres de l’internat pour leurs enfants qui ne peuvent pas supporter de rester chez des tuteurs. Comment un lycée d’excellence comme le lycée scientifique peut-il préparer l’avenir des enfants âgés d’au plus 12 ans dans un tel calvaire ? Les élèves du lycée sont si jeunes qu’il n’est même pas conseillé qu’ils passent trop de temps chez des tuteurs. Malheureusement, c’est ce qui se passe au lycée scientifique de Yamoussoukro. Le proviseur est-il conscient de sa mission à la tête de ce lycée qui demeure l’une des fiertés de la Côte d’Ivoire ? Pour être affectés au lycée scientifique de Yamoussoukro, les élèves bossent durement. Mais en y arrivant, les élèves découvrent le pire cauchemar, le cauchemar de vivre des mois chez des tuteurs, le cauchemar de marcher des kilomètres pour se rendre à l’école. Tous les Ivoiriens sont unanimes sur la cherté de la vie à Yamoussoukro qui a connu une démographie très galopante depuis la crise de 2002.

                                             Des bâtiments hantés par des démons !

Selon plusieurs élèves, en plus des bâtiments qui sont en train de tomber en ruines, il y en a d’autres qui sont hantés par des démons. « Quand tu as un enfant ici au lycée scientifique, il faut beaucoup prier. Il y a des bâtiments hantés » a même témoigné un parent d’élève que nous avons rencontré devant le bureau de l’économe. Nous avons pris la peine de vérifier l’information au près de certains anciens élèves du lycée. « Des choses bizarres se passent vraiment ici dans certains dortoirs chaque année. Souvent des élèves qui dorment se retrouvent au dehors le lendemain » a expliqué un élève de terminale C. « Quelquefois, des élèves piquent des crises de folie…c’est fréquent ici. Ce n’est pas du surmenage mais des crises hystériques…C’est pourquoi il y a des bâtiments qui sont interdits aux élèves ». Et ce qui effraie quelques parents d’élèves c’est qu’il y aurait des décès suspects d’élève chaque année. « Chaque année il y a des morts. Cela nous fait très peur » a témoigné un élève de terminale C. Quelles sont les causes de ces phénomènes ? Selon plusieurs élèves cela est dû au fait que les responsables du lycée cèdent les bâtiments aux chrétiens et autres sectes qui y viennent faire des cérémonies. « On vient chasser des démons ici. Mais ces démons-là restent où ? Où vont-ils ? Le lycée devrait être préservé de toutes ces pratiques » a dit une élève de première C.

                                                     Que l’internat s’ouvre !

« Que l’internat s’ouvre ! », tel est le souhait de tous les élèves que nous avons rencontrés. « Au lycée scientifique, il faut avoir 12 de moyenne pour passer en classe supérieure. On a donc besoin d’un environnement propice pour étudier. Trois mois passés chez des tuteurs c’est trop. C’est pourquoi nous souhaitons qu’on ouvre l’internat » a déclaré un élève de terminale C. Nous espérons que ces appels des élèves qui souhaitent être des leaders de demain,   tombent dans les oreilles des responsables du lycée scientifique et du gouvernement. On ne peut pas parvenir à l’excellence dans un environnement comme celui qui prévaut actuellement au lycée scientifique de Yamoussoukro. Monsieur le proviseur doit en être conscient. Il n’a pas été nommé à la tête de ce lycée pour faire de la politique mais pour préparer l’avenir de nos jeunes enfants qui ont été sélectionnés parmi les meilleurs du pays.

Christine Ahou, journaliste indépendante, militante des droits de l’Homme (Toronto, Canada, en vacances à Yamoussoukro)                                                                                                           

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE