Mali : au moins deux morts dans une attaque contre un complexe touristique de Bamako

Mali : au moins deux morts dans une attaque contre un complexe touristique de Bamako

Au moins deux personnes, dont une Franco-Gabonaise, ont été tuées dans une attaque, dimanche, contre un lieu de villégiature situé à la périphérie de Bamako. L’assaut est toujours en cours.

Un lieu de villégiature près de Bamako, la capitale malienne, a été attaqué, dimanche 18 juin, par des “jihadistes présumés”, selon un responsable du ministère malien de la Sécurité. Au moins deux personnes ont été tuées, dont l’une est de nationalité franco-gabonaise, mais une vingtaine d’otages ont été libérés, a-t-il ajouté.

Selon Anthony Fouchard, le correspondant de France 24 au Mali, l’assaut était toujours en cours vers 22 heures avec des échanges de tirs très vifs.

“Les forces spéciales maliennes, appuyées par les forces de Barkhane et la Minusma (force de l’ONU), ont bouclé le secteur et sont en train de mener des opérations” contre les assaillants, a indiqué un responsable du ministère malien de la Sécurité sous le couvert de l’anonymat.

Des voisins de cet établissement de Dougourakoro, à l’est de Bamako, connu sous le nom de campement Kangaba, ont dit à l’AFP avoir entendu des coups de feu en provenance du lieu de l’attaque. Une fumée s’élevait également au-dessus du site.

Le New York Times rapporte que, selon un membre d’Al Qaïda en Afrique, l’attaque a été menée par un groupe loyal au chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Il affirme que ce groupe a revendiqué l’attaque dans un message audio dont l’organisation SITE, spécialisée dans le renseignement sur les milieux jihadistes, a confirmé l’authenticité.

Évacuations en cours

Selon Anthony Fouchard, la police de l’ONU est présente, accompagnée de forces européennes et maliennes. Huit personnes ont pour le moment pu être évacuées du site qui est en flammes. Les évacuations se poursuivent, assure le journaliste.

La dernière attaque jihadiste visant des Occidentaux dans la capitale malienne remonte à celle de mars 2016, contre l’hôtel Nord-Sud de Bamako, abritant la mission de l’Union européenne qui entraîne l’armée malienne (EUTMMali). Un assaillant avait été tué.

Le 20 novembre 2015, un attentat contre l’hôtel Radisson Blu avait fait 20 morts. Il avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

Source: france24.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*