Mamadou Koulibaly à l’issue de la réunion avec Abou Drahamane Sangaré: « Il s’agit d’une renaissance de l’opposition politique ivoirienne.» (Vidéo)

Les «frondeurs» du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ont formé, mercredi, une coalition avec des partis de l’opposition ivoirienne dont le Front populaire ivoirien (FPI), tendance Abou Drahamane Sangaré.

Outre Charles Konan Banny, Essy Amara, Bertin Konan Kouadio (KKB) et Jérôme Kablan Brou qui constituent les «frondeurs» du PDCI, cette coalition comprend des partis politiques de l’opposition sortis des entrailles du FPI.
Il s’agit notamment du FPI tendance Abou Drahamane Sangaré, Liberté et démocratie pour la République (LIDER) de Mamadou Koulibaly et l’Union pour le Développement et des Libertés (UDL) de Martial Joseph Ahipeaud.

L’objectif de cette coalition est de parvenir d’ici la mi-avril à la signature d’une charte pour exiger une élection présidentielle avec des ”conditions” acceptables.

« Il s’agit d’une renaissance de l’opposition politique ivoirienne. C’est nous qui l’avons demandé à Charles Konan Banny, Essy Amara, Kablan Brou, Martial Ahipeaud et les structures qu’ils représentent de rencontrer le Front populaire ivoirien », a déclaré Mamadou Koulibaly à l’issue d’une réunion à la résidence d’Abou Drahamane Sangaré à Cocody-Riviera 3. En raison d’une mission hors de la Côte d’Ivoire, les « frondeurs » du PDCI ont été représentés à cette rencontre.

L’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, l’ex-ministre des affaires étrangères Essy Amara, le Député Bertin Konan Kouadio et l’ex-Vice président de l’Assemblée nationale Jérôme Kablan Brou sont candidats à l’investiture du PDCI pour les présidentielles 2015, se dressant contre l’Appel de Daoukro pour, disent-ils, ” éviter une mort certaine au parti”.

« C’est pour (…) proposer un plan de bataille pour les échéances qui arrivent en 2015 », a poursuivi Mamadou Koulibaly en soulignant que «nous sommes tombés d’accord que dans les jours à venir une charte sera signée par tous les candidats et tous les partis politiques qui prennent part à cette coalition ».

« Cette charte exigera que l’on fasse les élections en 2015, mais à des conditions. Il n’est pas question de les boycotter, il n’est pas question de refuser d’y aller. On va y aller mais dans des conditions de transparence » a encore dit M. Koulibaly.

A ce propos, il a appelé à la transparence sur le code électoral d’abord. « Que ce code électoral soit modifié, pas par rapport à tout ce que le gouvernement est en train de faire, mais par rapport à tout le pouvoir réglementaire que le Président de la République usurpe sur la Commission électorale » a encore poursuivi Mamadou Koulibaly.

« Nous exigeons la remise à plat de la Commission électorale indépendante qui est loin d’être indépendante et représentative des forces en présence. Nous exigeons qu’une campagne plus offensive soit menée pour que les citoyens ivoiriens aillent se faire enrôler », a conclu le Président de LIDER.

Plutôt dans la matinée, la police ivoirienne a interdit l’accès de la Fondation Memel-Fotê où devrait se tenir cette réunion du FPI, tendance Abou Drahamane Sangaré qui se proclame président du Front populaire ivoirien (FPI) opposé à Pascal Affi N’guessan, soupçonné d’être l’instigateur de cette mesure des forces de l’ordre.

Source: APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*