Mamadou Koulibaly à propos de la Constitution de Ouattara: «Ouattara veut rester seul au pouvoir»

Mamadou Koulibaly à propos de la Constitution de Ouattara: «Ouattara veut rester seul au pouvoir»

Réélu pour un deuxième mandat il y a un an, Alassane Ouattara veut coûte que coûte gagner son pari d’instaurer une nouvelle Constitution ivoirienne. Un nouveau texte déjà adopté par les députés le 7 octobre sans aucun changement majeur, il sera soumis à référendum le 30 octobre et, si le oui l’emporte, il fera entrer le pays dans la IIIe République.

C’est cet héritage que le chef de l’État veut laisser aux Ivoiriens, plus qu’une promesse électorale, c’est aussi sa manière de préparer sa succession d’ici à 2020. D’où une volonté affichée et assumée par le gouvernement d’aller vite. Sénat, vice-présidence, éligibilité, ivoirité : le vocabulaire n’est pas neutre dans le chaudron d’une Côte d’Ivoire traumatisée par dix ans de guerre. Et l’opposition entend mettre l’accent sur ces éléments qu’elle observe comme des éléments confligènes non résolus par le nouveau texte. La campagne pour le référendum doit débuter le 22 octobre pour se terminer le 29 au soir. Une course contre la montre s’est donc engagée entre pouvoir et opposition. Réunie dans « un front de refus » une frange de l’opposition a appelé lundi à manifester jeudi pour demander « le retrait pur et simple » de la nouvelle Constitution. L’autre partie des opposants, dont l’Alliance des forces démocratiques de Côte d’Ivoire (AFD-CI), Pascal Affi Nguessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI), a annoncé qu’elle boycotterait le référendum du 30 octobre. D’autres, comme le Lider de Mamadou Koulibaly, prennent position pour le « non ». Il s’est confié au Point Afrique, quelques heures après avoir été arrêté puis libéré pour avoir voulu assister à la présentation de la nouvelle Constitution par le président Ouattara, le 5 octobre dernier. Un peu sonné sur le moment, il a quand même exprimé son point de vue.

Le Point Afrique : Pourquoi êtes-vous contre la réforme constitutionnelle ?

Mamadou Koulibaly : Ce texte ne respecte aucune norme du constitutionnalisme. C’est encore plus frappant dans nos contextes africains. Ouattara aurait dû avoir en tête un idéal de construction d’un État et d’une nation forts. Le texte présenté fait le contraire en donnant un maximum de pouvoir et de droits au chef de l’État et du coup prive de certains droits les populations. Sur ce plan, c’est un véritable recul. Et si on ne fait pas attention, c’est une Constitution de monarchie ou de dictature qui va être mise en place.

Ça, c’est pour la forme, mais sur le fond…

Je peux vous dire que ça passe très mal dans l’opinion. Car les gens ont découvert très tard le texte, même nous, partis politiques, avons été tenus à l’écart. Il y a bien sûr eu des fuites et nous avons pris la responsabilité de publier le texte dès que nous l’avons eu. Mais, dans la population, il y a une certaine incrédulité, notamment sur le ticket présidentiel. Car vous remarquerez que, sur ce point, rien n’est dit sur les attributions de ce vice-président, on ne connaît pas sa lettre de mission. Je n’y vois qu’une chose, cela facilitera juste l’accession au pouvoir de ce vice-président. C’est une sorte de préparation pour le poste de président, rien d’autre. D’ailleurs, le président Ouattara a décidé de nommer lui-même par une disposition transitoire un vice-président dès le vote de la nouvelle loi constitutionnelle. Rien ne l’oblige à le faire, mais ça en dit long sur la vision qu’il a lui-même de ce poste. En fait, ce vice-président sera plus un héritier qui travaille à côté du président, un peu comme son chargé de mission. C’est une vision très monarchique de l’État, avec un fonctionnement de cour, finalement.

Vous n’allez pas un peu loin…

Je vous dis, madame, que Ouattara veut rester seul au pouvoir. Donc, c’est logique, il partage, il distribue à ses membres et proches, et c’est lui qui va nommer le vice-président, les sénateurs, certains disent que c’est comme en France. Mais, non ! en France, tous les sénateurs sont élus ! D’autres disent : c’est comme aux États-Unis, mais là encore, c’est faux ! Puisque le vice-président est élu en même temps que le président, là au moins c’est clair.

Quelles sont les dispositions à améliorer ?

La Côte d’Ivoire a quand même connu une longue période de crise, liée et alimentée par le débat sur la nationalité et les questions foncières. Et ces arguments ont permis au régime Ouattara d’alimenter une propagande mondiale dans le cas du conflit postélectoral. Avec cette nouvelle Constitution, Alassane Ouattara devait régler ces questions, mais, au contraire, il se trompe, car il maintient les mêmes dispositions de l’article 35 devenu article 55 qui empêchent les binationaux de se présenter à la présidence de la République. Il prétend et soutient que pour être président de la République, il faut être descendant d’une des tribus ivoiriennes installées en Côte d’Ivoire depuis le moment où le colon découpait le territoire et qui est quand même contenu dans ce qu’on a appelé l’« ivoirité ». Et bien qu’il ait remplacé le « et » par le « ou » dans le texte, le « ou » n’est valable qu’entre Ivoirien d’origine. Alors, qu’est-ce que ce concept d’Ivoirien d’origine ? Qu’est-ce qu’il représente ? Nous n’avons aucune explication, donc la notion confligène d’ivoirité reste dans le texte.

Sur le foncier, on a aussi fait la guerre pendant longtemps avec des voisins de la Cedeao en les privant de posséder des terres alors qu’ils sont installés sur le territoire depuis la période coloniale, et aujourd’hui on ne veut pas que cette population accède à la propriété foncière sous le prétexte qu’elles ne sont pas ivoiriennes. Eh bien, là aussi, Ouattara ne corrige pas ce phénomène et garde la propriété de la terre exclusivement pour les Ivoiriens, alors qu’il a utilisé cet argument pour obtenir le soutien des populations, mais il ne fait rien finalement pour elles.

Lire la suite sur “Le Point

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE