nous avons racontré le 6 septembre 2015 le president du parti lider qui nous a accordé une interview dans laquelle il appelle la population à venir massivement au meeting de la cnc qui aura lieu le mercredi 7 septembre à 8h a la place figayo à Yopougon .Voici ses propos : -Bonjour mr Mamadou Coulibaly president du parti Lider et candidat à l'élèction presidentielle quel est le message du meeting qui aura lieu le mercredi 7 Septembre 2015 à la Place Figayo de Yopougon?. il ya 5 candidats à l'élection presidentielle à savoir konan Kouadio Bertin Charles Konan Banny, Gnangbo kacou,Essy Amara et moi qui avons pris l'engagement, mais les candidats sont appelés à un meeting à la place figayo demain à partir de 8h jusqu'a 16h. Tout est bouclé avec la police nationale. Le meeting aura bel et bien lieu et les candidats veulent accorder leurs inquiétudes avec les ivoiriens en générale....Demain c'est l'opinion nationale et internationale que nous prenons à témoin à deux jours de l'ouverture de la campagne électorale. Le message sera simple, nous allons décrire avant tout les difficultés indentifiées dans ce processus électoral et tout les efforts que nous allons faire pour y rémedier, insister sur les litiges et discuter avec Alassane Ouattara pas en tant que président c'etait avant ça mais en tant que candidat à l'élection présidentielle du fait que les conditions ne sont pas reunies pour aller à l'élection. Nous sommes 5 candidats dans le groupe de 9 pour dire que les candidats sont conscients que les conditions ne sont pas remplies.Mais pourquoi aller à ses élections? ce n'est pas parceque les conditions ne sont pas remplies que nous allons nous asseoir pour laisser nous violer nos êtres, nous violer toutes les dispositons légales parceque nous aurons démissionné les 5 candidats disent que c'est un devoir pour chaque citoyen quelque soit son statut politique de prendre des decisions. une élection ce n'est pas sellement aller choisir son president mais aller choisir le programme qui va gourvener les 5 années à venir si vous restez chez vous et vous ne vous manisfestez pas et donc vous cotionnez sa candidature, si vous venez, si ensemble nous venons à la place figayo... si vous montrer au monde entier que nous sommes nombreux qu'il y a du monde avec les 5 candidats...

Posted by Nianzou Dunand on mardi 6 octobre 2015

Mamadou Koulibaly à propos du Meeting de mercredi à Yopougon: « La mairie nous a assurés que la place sera disponible »

Les trois candidats à la présidentielle 2015, issus de la Coalition nationale pour le changement (CNC) et d’autres, ont organisé une conférence de presse, lundi 5 octobre 2015, au siège de Lider de Mamadou Koulibaly pour donner une clarification sur leur meeting prévu demain mercredi 7 octobre à la Place FICGHAYO de Yopougon.

C’est Mamadou Koulibaly lui-même qui a fait la déclaration suivante au nom de tous. Ce, en l’absence de Charles Konan Banny  et Kouadio Konan Bertin dit KKB, en mission. Extrait :

«Les candidats qui sont :Charles Konan Banny, Mamadou Koulibaly et Kouadio Konan Bertin dit KKB, Konan Kouadio Siméon et Gnangbo Kacou ont décidé, avec les partis politiques et mouvements de la Cnc et les partis alliés (Pit, Rpp, Usd et Urd), compte tenu du fait que malgré nos plaidoyers, malgré nos manifestations de contestation, meetings et marches, malgré tout ce qu’on a pu dire au corps diplomatique, aux Nations Unies, aux pays membres du Conseil de sécurité de l’Onu, malgré ce qu’on a pu organiser comme recours auprès de l’Union européenne, l’union africaine et de la Cedeao, nous nous rendons compte que le candidat-président, qui tient les reines de l’Etat, qui contrôle la Commission électorale, qui contrôle les médias de service public, qui contrôle les institutions chargées de la sécurité et de la défense refuse de discuter sur l’opportunité et l’impossibilité d’organiser les élections dans les délais.

Ces élections sont très mal préparées. Et au moment où nous parlons, chaque jour qui passe confirme que ces élections sont très mal préparées. C’est pourquoi les cinq candidats ont demandé que les dix (10) candidats s’asseyent, à tête reposée, et dire oui ou non le code électoral avec ses abus, permet aux candidats d’être traités à égalité comme la Constitution l’exige ? Pourquoi il y en a un qui a des prérogatives qui lui permettent de bloquer le processus, de l’avancer selon son gré, de le contourner selon son bon vouloir ? Est-ce que oui ou non cette Commission électorale est capable de nous organiser les élections transparentes ? Est-ce que oui ou non cette Commission électorale a été capable de nous confectionner une liste électorale acceptable ? Est-ce que oui ou non cette Commission électorale elle-même est légale ? Est-ce que oui ou non les documents de vote ont-ils été bien confectionnés, que ce soit le bulletin unique, la liste électorale prévue pour le déroulement du vote, la sécurisation des résultats? Est-ce que nous avons pris toutes les dispositions pour que ces élections se déroulent sans heurte, sans tricherie, sans peur, sans intimidation ? La réponse des cinq candidats est non ! Non ! Non à toutes les questions! Et le président-candidat refuse de faire quelques modifications que ce soit.

Depuis 2012, individuellement, nous lui avons parlé. Aujourd’hui nous sommes à 20 jours des élections. Il prétend que les délais sont trop courts pour faire des modifications. C’est pour prendre le peuple à témoins que nous revenons encore, avec les voix démocratiques, organiser ce meeting en présences des candidats à Yopougon, à la place FICGAYO autour de 10 heures. S’ils sont tous là, ils prendront la parole. S’ils ne sont pas tous là, ceux qui seront là prendront la parole. Nous avons écrit au maire de Yopougon. La mairie nous a assurés que la place sera disponible. Elle nous demande de payer 340.000 Fcfa comme location de la place. C’est quand même curieux parce que pour les précédents meetings, il n’en a jamais été question mais, comme les règles peuvent évoluer au sein d’un Conseil municipal, nous essayons de comprendre.

Le ministère de l’Intérieur est informé. Il s’agira pour nous de prendre les populations à témoins. Pour leur dire pourquoi nous pensons que rien n’est prêt pour organiser les élections le 25 octobre 2015. Nous ne sommes pas prêts, l’Etat de Côte d’Ivoire n’est pas prêt, les candidats ne sont pas prêts, la Commission électorale elle-même n’est pas prête, les médiats d’Etat ne sont pas prêts (c’est aujourd’hui que la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca) nous demande de déposer 72 heures avant le début de la campagne les PAD (prêts à diffuser). Sagement il serait bien que les 10 candidats s’asseyent autour d’une table, ni à Marcoussis ni à Pretoria ni à Accra ni à Ouagadougou, mais ici à Abidjan, pour constater que nous ne sommes pas prêts et qu’il faut prendre l’article 38 de la Constitution pour bien organiser les élections…»

Suzanne Gahé, pour Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.