Mandat d’arrêt contre Soro Guillaume : La CPI doit aller jusqu’au bout

Mandat d’arrêt contre Soro Guillaume : La CPI doit aller jusqu’au bout

Si la Cour pénale internationale (Cpi) veut redorer son blason, il s’impose à elle de juger Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Juger Laurent Gbagbo, l’humilier et le traiter de criminel et ignorer royalement Guillaume Soro, révolterait le bon sens.

Guillaume Soro n’est pas un homme politique irréprochable. Il est celui qui a revendiqué la rébellion sanglante du Mpci devenue Forces nouvelles. Rébellion qui a massacré des Ivoiriens, pillé l’économie du pays et organisé la partition de la Côte d’Ivoire huit ans durant, après l’échec de son coup d’Etat du 19 septembre 2002. La Cpi ne devrait pas embastiller le Président de la République, qui défendait son pays attaqué et laisser tranquille celui qui a mené l’attaque sanglante. Cette attitude fait régner un sentiment d’injustice ou de manipulation de la Cour dirigée par la Procureure Fatou Bensouda.

C’est vrai qu’il a créé la rébellion pour donner le pouvoir à son mentor Alassane Ouattara, mais c’est lui qui a lancé l’offensive de la guerre qui, en mars-avril 2011, a fait des milliers de morts à Duékoué, à Abidjan, particulièrement à Yopougon. Il a toujours déclaré assumer sa rébellion, sans pour autant accepter de l’assumer devant la justice. La responsabilité de Guillaume Soro dans la fracture sociale, le drame et les crimes ivoiriens est entière.

Et un tel personnage, qui, à la fois demande pardon et justifie ses crimes, ne devrait pas distraire la vraie justice, malgré la forme de générosité dont il la couvre. Suite au refus de Ouattara de reconnaître les résultats de la présidentielle de 2010 donnés par le Conseil constitutionnel et le recomptage proposé par Laurent Gbagbo, Guillaume Soro s’est rendu au Nord, dans le fief de la rébellion dont il était encore le Secrétaire général.

Il a fait le rappel de ses troupes, a joint à celles-ci des soldats burkinabé et bien d’autres mercenaires avant de lancer l’offensive du Nord vers le Sud. Soro ne devrait pas couler des jours paisibles, comme un Saint. Une justice internationale qui pratique, en 2014, l’injustice, met l’humanité en danger. La notion de justice relève de la conscience humaine depuis que l’être humain a connu une vie de famille et de cité.

A observer de près, ce qui arrive à Laurent Gbagbo, alors qu’on épargne Guillaume Soro, c’est du sadisme que la communauté internationale pratique contre lui à travers son bras séculier (la Cpi), contrairement aux préceptes du droit naturel. Il ne mérite pas cette injustice. Depuis la nuit des temps, même au sein de la cellule familiale, lorsqu’il y a un conflit, le père de famille, qui est l’autorité, applique les préceptes judiciaires qu’il a élaborés.

Qui lui permettent d’exercer une justice distributive aux membres de sa famille. Ce, avec des sanctions aux fautifs. Faute de quoi, son autorité sera remise en cause et l’unité de la famille peut prendre un coup. Au temps de Moïse, les lois qu’il donnait à son peuple, il veillait à leur juste application parce que Dieu même l’observait et le jugeait sur le terrain de son esprit de justice. Pour avoir fait ce qu’il a fait à la Côte d’Ivoire, la place de Guillaume Soro n’est pas à la tête d’une institution comme l’Assemblée nationale, mais derrière les barreaux d’une prison pour criminels.

Parce que, ce qu’il a fait mérite qu’il réalise physiquement sa peine qui ne peut être muée en préceptes de l’âme. C’est-à-dire un cas de figure où ses crimes ne seraient sanctionnés que par une perte de la présence de Dieu dans son âme. Cela conviendrait à un criminel qui se limite à se repentir, qui demande pardon, sans en même se glorifier pour ses crimes. Or, Guillaume Soro se gargarise d’avoir été brave pendant une guerre si meurtrière. Non. La Cpi doit aller jusqu’au bout, faire sa part. Dieu fera la sienne. Sinon, elle n’aura donné, à travers le dossier ivoirien, que l’image d’une justice injuste.

Germain Séhoué

gs05895444@yahoo.fr

Source: Le Temps

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.