Marcel Gossio a-t-il pris ses distances avec Affi N’guessan?

Marcel Gossio a-t-il pris ses distances avec Affi N’guessan?

Depuis sa destitution début mars, les déboires de l’ex président du FPI, Pascal Affi N’Guessan, n’ont fait que se multiplier. En effet, outre des militants peu enclins à s’identifer à lui, Affi N’guessan ne parvient plus à mobiliser les relais historiques du parti de Laurent Gbagbo. En la matière, la Lettre du Continent nous apprend, dans son édition 702 du 18 mars 2015, que Affi N’guessan n’a toujours pas réussi à rencontrer les présidents Eduardo Dos Santos et Teodoro Obiang Guema, deux ténors parmi les soutiens inconditionnels du président Laurent Gbagbo.

L’hebdomadaire français nous informe par ailleurs que certains des appuis les plus importants comme l’ex ministre Augustin Komoé Kouadio et Marcel Gossio, l’ancien directeur général du port autonome d’Abidjan, se feraient très discrets en ce moment. A ceux-là il faudrait peut-être ajouter Michel Amani N’Guessan. En effet, signant une publication reprise par le confrère “Soir Info” dans laquelle il se prononçait sur l’inégibilité de Ouattara en 2015, Amani N’Guessan a indiqué qu’il est simple militant du FPI et ancien vice-président de ce parti. Toutes choses qui tranchent avec les précédentes déclarations de ce monsieur et les responsabilités qu’il assumait dans le bureau de Affi N’guessan.

Le cas Marcel Gossio

Tout Directeur de campagne de Pascal Affi N’Guessan qu’il est, il fut un moment où il ne se passait pas de jour sans qu’on ne lise soit une interview soit un simple article truffés de menaces de Marcel Gossio dans la presse ivoirienne ou hexagonale. Marcel Gossio est allé même jusqu’à insinuer que le Président Laurent Gbagbo était un faussaire. En effet le sieur Gossio a déclaré à RFI que la lettre de motivation de la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du FPI n’a jamais existé: «Le président Gbagbo ne nous a jamais écrit pour dire qu’il est candidat. Moi, je m’en tiens à cela, pour le moment», a-t-il affirmé.

Dans une interview à Fraternité Matin, Marcel Gossio affirmait que «lorsque le lion, roi des animaux, est pris dans le filet de chasse, il est obligé de faire un marché avec le rat.» Est-ce ce genre de marché que Affi N’Guessan aurait signé avec Marcel Gossio?

Affi N’guessan croyait évidemment en la sincérité du vieux Gossio. Ses déclarations contribuaient à booster l’égo de Affi. Ce qu’il ignorait cependant c’est que le problème de Gossio se trouvait ailleurs et c’est le tribunal de l’Union Européenne qui nous situe sur le fond.

A l’origine, les sanctions du tribunal de l’Union Européenne contre Marcel Gossio étaient fondées sur le fait “les fonds conséquents qu’il a détournés et sa connaissance des réseaux illégaux d’armement font qu’il continue de constituer un risque pour la stabilité et la sécurité de la Côte d’Ivoire”. La levée desdites sanctions se justifie, affirme le même tribunal, par le fait que « depuis son retour en Côte d’Ivoire, M. Gossio n’a pas été arrêté. Alors qu’il était loisible aux autorités ivoiriennes de le faire. Il a rencontré les autorités du gouvernement du nouveau président Alassane Ouattara et pris position publiquement, à plusieurs reprises, en faveur du processus de paix et de réconciliation nationale. Il a également obtenu, fin 2013, le statut de réfugié du HCR (Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés) au Maroc, étant entendu que ce statut ne peut pas être accordé aux personnes dont il y a des raisons sérieuses de penser qu’elles ont commis des crimes graves ou se sont rendues coupables d’agissements contraires aux buts et aux principes des Nations unies. Pour ces raisons, l’UE n’ayant avancé aucun élément nouveau pour maintenir les sanctions, le Tribunal les a annulées mercredi, avec effet immédiat ».

En d’autres termes la justice européenne a annulé les sanctions contre Marcel Gossio, l’ancien directeur général du port autonome d’Abidjan, auparavant accusé de détournement de fonds publics, pour s’être rapproché du pouvoir Ouattara.

L’ancien directeur général du port autonome d’Abidjan soutenait-il donc Affi N’Guessan juste pour obtenir la levée des sanctions de l’EU contre lui et des poursuites pour détournement de biens publics que le régime Ouattara pourrait lancer contre lui?

Apparemment, le “roi” Affi s’est fait duper par le “rat”!

A. Bassori pour eburnienews.net

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE