Marche contre le projet de nouvelle Constitution de Ouattara: Sangaré et “Kirikou”, les symboles de la résistance ivoirienne face au dictateur Ouattara

Marche contre le projet de nouvelle Constitution de Ouattara: Sangaré et “Kirikou”, les symboles de la résistance ivoirienne face au dictateur Ouattara

Ce jeudi 20 octobre 2016, le pouvoir liberticide de Alassane Dramane Ouattara s’en est pris à des manifestants aux mains nues, venus s’opposer pacifiquement à son projet de nouvelle Constitution.

Face à des manifestants aux mains nues, les hommes en arme de Ouattara ont usé de gaz lacrymogéne et de brutalité pour disperser les personnes venues de tous les coins d’Abidjan pour prendre part à la gigantesque marche qui était projetée. A la suite de ces actes de brutalité, les hommes en arme de Ouattara ont arrêté plusieurs leaders du Front du Refus qui organisait la manifestation. Parmi ces personnes arrêtées figurait le président Abou Drahamane Sangaré, le président intérimaire du FPI.

Le symbole Sangaré Abou Drahamane

Après avoir été promené dans les villes de Bonua et de Bassam par les forces de police qui l’ont arrêté, le président Sangaré et ses compagnons d’infortune furent libérés aux environs de 13 heures (GMT). Les premiers mots du président Sangaré, celui que les militants de son parti appellent affectueusement “le gardien du temple”, a fait la déclaration suivante aux militants du FPI présents chez Michel Gbagbo:

«Je suis fier d’etre FPI. Je suis fier des militants et des ivoiriens. Nous avons appelé les ivoiriens à sortir c’etait normal que nous soyons devant. Quand on m’appelle le jumeau de Gbagbo c’est pas pour rien, c’est également faire face aux arrestations. Nous ne sommes pas des plaisantins pour lancer un mot d’ordre et rester à la maison. Soyez fiers de votre parti. Je veux lancer un appel au peuple de Côte d’Ivoire : Restons mobilisés, c’est la premiere victoire. La VICTOIRE TOTALE ARRIVE».

Sangaré Je suis fier detre FPI Marche contre le projet de nouvelle Constitution de Ouattara: Sangaré et Kirikou, les symboles de la résistance ivoirienne face au dictateur Ouattara

Cela veut dire que le “le gardien du temple” au FPI reste debout et intraitable, prêt à reprendre le combat.

Sangaré devient un symbole de la résistance contre la dictature de Ouattara.

“Kirikou”, le symbole de la résistance de la jeunesse ivoirienne face à la dictature de Ouattara

Ce même jeudi 20 Octobre 2016. Pendant que les leaders du Front du Refus étaient brutalisés et arrêtés par les forces de polices, les manifestants dont le nombre continuait de grossir dans les environs de la place de lIndénié se faisaiet menaçants. Ayant tué en eux la peur de la brutalité des forces de Ouattara, plusieurs jeunes gens se mirent à défier ces derniers. On a ainsi remarqué qu’un enseignant qui avait été arrêté par la police sur les lieux de la manifestation a imédiatement été libéré sous la pression de la foule.

un enseignant qui avait été arrêté par la police sur les lieux de la manifestation a immédiatement été libéré sous la pression de la foule Marche contre le projet de nouvelle Constitution de Ouattara: Sangaré et Kirikou, les symboles de la résistance ivoirienne face au dictateur Ouattara

Cet enseignant qui avait été arrêté par la police sur les lieux de la manifestation fut imédiatement libéré sous la pression de la foule.

Le spectacle le plus émouvant, qui en lui tout seul résume cette attitude de détermination et de défiance des Ivoiriens face aux forces barbares de Ouattara, est représenté par le face à face entre un manifestant et tout un détachement d’hommes en arme venus visiblement “casser” du marcheur. Entre commentaires et partages de statut sur Facebook, “Kirikou“, c’est le nom que nous avons décidé de lui donner puisque nous ne connaissons pas encore son identé, fait le buzz malgré lui. Sa posture singulière face aux forces de l’ordre ressemble, à bien des égards, à celle du jeune manifestant burkinabé Lassina Sawadogo lors de son corps à corps avec deux militaires burkinabé en Octobre 2014 au moment de la “révolution” burkinabé qui emporta Blaise Compaoré.

Kirikou et le manifestant burkinabé Lassina Sawadogo Marche contre le projet de nouvelle Constitution de Ouattara: Sangaré et Kirikou, les symboles de la résistance ivoirienne face au dictateur Ouattara

Après Ouaga, Abidjan a son symbole de la résistance contre la dicatature

Nos deux héros monrent à quel point les Ivoiriens, tout âge confondu, sont déterminés à faire front à la dictature de Ouattara.

Eburnienews.net

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE