Mariages forcés : le Burkina, cinquième pays le plus touché au monde

Mariages forcés : le Burkina, cinquième pays le plus touché au monde

«Au Burkina Faso, 51% des femmes se marient avant leur dix-huitième anniversaire, ce qui en fait le cinquième pays le plus touché au monde en ce qui concerne les mariages forcés et précoces », a indiqué mercredi l’ONG Amnesty International dans un communiqué publié à la veille de la célébration de la journée internationale des filles prévue le 11 octobre 2018.

«Nous appelons les autorités burkinabé à aligner leurs objectifs sur le droit international et à veiller à ce que les filles soient libres de décider si, quand et avec qui elles se marieront», a déclaré Yves Boukari Traoré, directeur exécutif d’Amnesty International au Burkina.

L’ONG explique que cette pratique a des répercussions sur d’autres droits de l’homme et peut conduire à une grossesse précoce et à des complications liées à la grossesse, au détriment de la santé et de l’éducation des filles et des jeunes femmes.

Elle souligne qu’une stratégie visant à mettre fin au mariage d’enfants mais des efforts restent à faire. «La stratégie nationale ne visait qu’un objectif de réduction de 20% du nombre de mariages d’enfants entre 2016 et 2025, plutôt que de viser à mettre fin à cette pratique. Cela est incompatible avec les obligations du gouvernement en vertu du droit international, notamment le Protocole de Maputo, qui fixe à 18 ans l’âge minimum du mariage pour les femmes(…)», ajoute-t-elle.

Source : omegabf.info

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.