Marine marchande de Côte d’Ivoire: 500 marins au chômage crient leur misère

Marine marchande de Côte d’Ivoire: 500 marins au chômage crient leur misère

« Nous officiers, sous-officiers et personnel d’exécution de la marine marchande sortis de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer d’Abidjan(ARSTM), seule institution de formation de l’Afrique de l’ouest et du centre habilitée à former les gens de mer, sommes laissés au chômage après une à trois années d’études toutes filières confondues».

Tel est le cri de détresse lancé hier au Plateau, par le lieutenant Essécofy Thierry, Secrétaire général du syndicat national des marins marchands de Côte d’Ivoire (SYNAMMCI).Au cours de la conférence de presse, le leader syndical a relevé les dysfonctionnements administratifs au niveau de la direction générale des affaires maritimes et portuaires (DGAMP), structure chargée de rechercher des stages embarqués d’une durée de 12 mois pour la validation des différents diplômes devant permettre aux détenteurs d’obtenir les titres de navigation nécessaires à l’accomplissement de leur métier.

Aussi a-t-il noté que ce sont plus de 5 promotions (100 marins par promotion) qui sont ainsi au chômage du fait d’un manque de volonté politique qui explique que la Côte d’Ivoire n’ait pas de navires depuis la vente des bateaux de la Sitram en 1994, a déploré le conférencier. Sur la question de stages embarqués, l’homme propose que le ministère de la production animale et des ressources halieutiques exige aux compagnies de pêche d’avoir un équipage en majorité ivoirien.

Pour cela, le ministère doit mentionner cet aspect dans les contrats et veiller au respect des engagements des compagnies et des sociétés lors de la délivrance des licences d’exploitation aux navires de pêche par des inspecteurs qualifiés. Entre autres remèdes contre le chômage du personnel navigant, Thierry Essecofy opte pour des partenariats avec les compagnies maritimes étrangères,avec les pays ayant des navires qui battent pavillon et ouvrir la libre immatriculation en Côte d’Ivoire afin de permettre aux compagnies étrangères de battre pavillon ivoirien. A cela le syndicaliste ajoute la création d’un ministère de la marine ou une direction de la marine marchande gérée par les marins eux-mêmes.

Le Sga de la Fesaci qui présidait la conférence de presse, a retracé les démarches faites par l’organisation pour un mieux-être des marins. Sur sa lancée, il a révélé que le dossier se trouve sur la table du premier ministre après avoir parcouru toutes les étapes antérieures.Aussi, a-t-il rassuré que la Fesaci se donnera les moyens légaux pour faire aboutir cette revendication légitime.

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.