Me Sidiki Kaba veut “réconcilier” l’Afrique et la CPI, en ‘’découplant la politique et la justice’’

Me Sidiki Kaba veut “réconcilier” l’Afrique et la CPI, en ‘’découplant la politique et la justice’’

Le ministre sénégalais de la Justice, Sidiki Kaba, a exprimé vendredi son souhait, en tant que président de l’Assemblée des Etats parties de la Cour pénale internationale (CPI), de réconcilier l’Afrique et la CPI, en ‘’découplant la politique et la justice’’.

‘Un des axes majeurs de mon action, c’est un dialogue constructif avec les Etats africains. Le premier maillon de ce dialogue, c’est d’abord de dire qu’il faut découpler la politique et la justice ( …) ‘’, a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Dakar.

M. Kaba relève qu’‘’il y a une crise certaine entre la CPI et l’Afrique”, en expliquant qu”’une opinion dominante atteste qu’il y a une justice sélective et discriminatoire (..)”.

Selon lui, l’argument avancé est que ”la cours pénale internationale est contre l’Afrique, car ce sont des Africains qui sont devant la cour y compris d’anciens chefs de l’Etat’’. Pour lui, il ne faudrait pas laisser prospérer une telle situation.

Il ajouté que ”le deuxième maillon” du dialogue qu’il compte instaurer consistera à dire que ”l’UA n’est pas partie au statut de Rome”.

”Il y a 54 Etats Africains , seuls 34 ont ratifié le statut de Rome. Ce sont ces 34 Etats qui sont concernés par les obligations découlant de la ratification de ce statut’’, a précisé Sidiki Kaba.

Il a ajouté qu’il va s’efforcer de ”montrer qu’il faut délocaliser le débat judiciaire à l’assemblée des Etats parties au statut de Rome”. Selon lui, ”c’est là où les questions judiciaires et juridiques sont débattues, et il est important de dire que les questions politiques vont être débattues au niveau de l’Union africaine”.

Pour lui, ”l’Union africaine doit s’occuper des questions qui concernent les crises et les conflits, l’emploi des jeunes, l’industrialisation de l’Afrique (…) plutôt que des question qui peuvent surgir sur l’application du statut de Rome qui elles doivent être débattue textuellement et institutionnellement au niveau de l’Assemblée des Etats parties.”

”Voilà la stratégie que je vais mettre en œuvre pour le dialogue et qui va permettre la réconciliation de l’Afrique avec la CPI ou du moins l’amorce d’un dialogue constructif qui permettra a chaque partie de comprendre son rôle.”

MF/ASG

Source: aps.sn

About admin

One comment

  1. Il n’y a plus de dialogue possible

    entre la CPi et les Africains

    La CPi est définitivement une une justice des vainqueurs aux mains de la France contre l’Afrique

    Point barre

    Sinon que la CPi si Elle veut être crédible, pour une vraie justice,

    je lance un défi à la CPI: que la CPi lance un seul mandat d’arrêt contre Ouatara Dramane

    ou un seul de ses miliciens Ferci

    Maintenant!

    un seul!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.