Michel Gbagbo est interdit de sortie du territoire | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Michel Gbagbo est interdit de sortie du territoire
Michel Gbagbo est interdit de sortie du territoire

Michel Gbagbo est interdit de sortie du territoire

Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, a raté mercredi 8 juillet pour la troisième fois un rendez-vous avec une juge d’instruction d’un tribunal français. 

Cette dernière souhaite l’entendre après sa plainte contre Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale, et certains ex-chefs rebelles pour séquestration, traitements inhumains et dégradants à la fin de la crice post-électorale en avril 2011.

Michel Gbagbo n’a même pas tenté de se rendre à l’aéroport d’Abidjan comme le 14 février dernier, les autorités ivoiriennes lui ayant confisqué ce jour-là son passeport français. Un document qui ne lui a toujours pas été restitué jusqu’ici, selon Me Rodrigue Dadjé, l’un des ses avocats ivoiriens.
Michel Gbagbo avait même été détenu pendant trois jours et selon Me Habiba Touré, son avocate française, le procureur avait alors menacé explicitement Michel Gbagbo de le renvoyer à Bouna dans le nord-est de la Côte d’Ivoire où le fils de l’ex-chef de l’Etat avait déjà été détenu à la fin de la crise post-électorale.
Le pouvoir justifie d’ailleurs l’interdiction du franco-ivoirien de sortir de Côte d’Ivoire par le fait qu’il est en liberté provisoire. Une interdiction illégale selon les avocats de Michel Gbagbo.
Ses avocats interpellent François Hollande
Cette troisième entrave à sa liberté d’aller et venir intervient à moins de dix jours de la visite officielle du président français en Côte d’Ivoire. Les avocats de Michel Gbagbo interpellent François Hollande pour qu’il plaide auprès de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, l’application des accords de coopération judiciaire entre les deux pays.
Selon ses avocats, non seulement Michel Gbagbo est interdit de sortie de territoire mais la juge française qui instruit l’affaire est de son côté empêchée de se rendre en Côte d’Ivoire pour l’entendre.
Source:  RFI
————————————————————-
Le secrétaire national de la Jeunesse du front populaire ivoirien (Jfpi), Konaté Navigué, a réagi, hier, à l’interdiction faite à Michel Gbagbo d’aller en France pour répondre à une convocation de la Justice française. dans un entretien au téléphone, il a dénoncé la Justice à deux vitesses en Côte d’Ivoire. «C’est une catastrophe, même si ça ne me surprend pas», a-t-il indiqué d’entrée de jeu. Le leader de jeunesse du FPI a expliqué que cela va dans le sens de ce qui s’est fait jusque-là sous le régime Ouattara avec une justice à deux vitesses.
«Cette déconvenue montre bien que les autorités ont beaucoup à cacher. C’est également la preuve que la justice en Côte d’Ivoire est aux ordres. Elle est inféodée au pouvoir exécutif. C’est navrant quand on sait tous les efforts qu’on a fait jusque-là», ajoutera-t-il. Michel Gbagbo a déposé une plainte devant la justice française pour enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants.
Dans le cadre de l’instruction du dossier, il a été convoqué à deux reprises en France, mais s’est vu chaque fois empêché de quitter le territoire. Mercredi dernier, il n’a pu sortir du territoire ivoirien, le régime Ouattara l’ayant empêché encore une fois de se rendre en France.
Source: Notre Voie

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.