Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique: Les agents en colère promettent une grève sauvage et inoubliable à partir du 30 Novembre 2017

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique: Les agents en colère promettent une grève sauvage et inoubliable à partir du 30 Novembre 2017

Plus rien ne va au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ! Depuis ces dernières semaines, la question du paiement des primes trimestrielles au personnel administratif et technique est en train de pourrir l’atmosphère.

La situation demeure explosive, car tous les Agents sont en colère, et même très en colère !!! En effet, ils reprochent à Bakayoko Ly Ramata de vouloir les tourner en bourrique en essayant de gagner du temps relativement au paiement effectif des primes.

Pour rappel, en 2016, un atelier organisé par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’est tenu à Bingerville par rapport à la mutualisation des ressources financières estimées à 2 milliards 500 millions de francs CFA. Au nombre des résolutions de cet atelier qui a enregistré la présence effective de Madame la Ministre, figurait le paiement des primes d’incitation à partir de fin mars 2017, sur la base d’une grille établie. Hélas, c’est avec beaucoup d’amertume que le personnel administratif et technique constate que Bakayoko Ly Ramata lui a vendu des illusions.

C’est la raison pour laquelle, le syndicat des Agents de l’administration centrale (SYAAC) est né afin de traduire aux autorités de ce ministère le ras-le-bol généralisé. Malgré la bonne foi du porte-voix du personnel mobilisé qui a décidé d’engager des négociations responsables avec la tutelle en vue de trouver des solutions aux revendications, il se heurte à la roublardise de la Ministre. D’un côté, pendant qu’elle supplie les Agents qui avaient prévu paralyser tous les services après le 20 novembre 2017, en leur promettant monts et merveilles, de l’autre côté, elle tente d’instrumentaliser 2 ou 3 individus par le biais de son DAAF, au nom d’une mutuelle qui n’existe que de nom.

D’ailleurs, le président de cette mutuelle mort-né n’a pas hésité à abandonner lâchement les siens pour se réfugier au Ministère de la fonction publique où les agents sont heureux de recevoir régulièrement leurs primes. « Diviser pour mieux régner », c’est ainsi qu’on pourrait qualifier l’attitude inacceptable de Ly Ramata qui fait preuve de duplicité envers ses collaborateurs. « Calmez-vous, l’argent n’aime pas le bruit… » . Ce sont les propos tenus par les envoyés spéciaux de la Ministre en promettant la main sur le cœur de tout faire pour que l’arrêté instituant les primes soit signé. Quel crédit accorder à pareil engagement ? Malgré la respectabilité de ces médiateurs, ont-ils suffisamment les coudées franches pour faire fléchir la première responsable du département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ? C’est vrai que l’argent n’aime pas le bruit ; de ce fait, la sagesse commande de prendre en compte tous les Agents dans le partage du gâteau. Si ce n’est pas le cas, ils n’auront d’autre choix que de crier famine sur tous les toits.

Pour toute réponse à la demande de paiement de primes au personnel administratif et technique, voici la trouvaille de Bakayoko Ly Ramata en cette fin d’année : offrir à ses collaborateurs, ces pères et mères de famille en colère, des « prix de poulet » ! De qui se fout-on ? Comment peut-on infantiliser les gens à ce point ? Non Madame, vous êtes à côté de la plaque ! On vous parle de primes trimestrielles et non de « prix de poulet » ! On n’a que faire de vos miettes ! Un peu de respect pour nos personnes, tout de même ! Apparemment, les « poulets chétifs » de Ly Ramata ne font que rajouter de l’huile sur le feu au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui est assis sur une véritable poudrière, prête à exploser à tout moment.

« Je ne signerai l’arrêté instituant les primes trimestrielles que lorsque je connaîtrai les ressources financières exactes de mon département ministériel » : c’est le bouclier derrière lequel Bakayoko Ly Ramata a choisi de se barricader afin de s’accrocher coûte que coûte aux nombreux milliards de francs CFA. C’est rien que de la mauvaise foi ! Quel ministre sous nos tropiques ne maîtriserait pas les ressources financières de son département 3 ans pratiquement après sa nomination ? Soyons sérieux Madame ! Ne nous faites pas prendre des vessies pour des lanternes ! Les ordres de mission bidon qui seront distribués par votre fameux DAAF à 2 ou 3 individus pour qu’ils se pavanent dans les directions, n’engagent que ces ‘’collabos’’. En tout état de cause, les Agents du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ne se laisseront pas distraire par cette mascarade d’autant plus que les ressources financières sont connues depuis l’atelier de Bingerville de 2016 : 2 milliards 500 millions de francs CFA. Cette cagnotte a certainement augmenté depuis lors avec le nombre sans cesse croissant des nouveaux bacheliers et des candidats au BTS.

Face à cette volonté de la Ministre Bakayoko Ly Ramata de vouloir s’accaparer toutes les richesses du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et son obstination maladive à ne pas vouloir payer les primes trimestrielles, les Agents décident d’une grève sauvage et inoubliable à partir du 30 novembre 2017. Ils n’ont d’autre choix que de procéder ainsi après de multiples tentatives de négociations avec la tutelle qui tente chaque fois de ruser avec eux. Le personnel administratif et technique tient néanmoins à prendre à témoin le Ministère de la Fonction Publique et surtout la Primature, garant de la trêve sociale chèrement acquise au prix de mille sacrifices et concessions par l’Etat de Côte d’Ivoire. Il est donc inadmissible qu’un Ministre de la République refuse de s’inscrire dans l’esprit de la trêve sociale, rien que par égoïsme, en n’engageant pas un dialogue franc et des négociations constructives en vue d’apporter des solutions aux revendications sociales.

Par la faute de Bakayoko Ly Ramata, le 30 novembre 2017, les Agents poussés à bout bloqueront tout et seront rejoints dans leur lutte par les étudiants à qui il sera expliqué, documents à l’appui, comment ils se font gruger par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, à travers les frais de préinscription qui représentent une véritable poule aux œufs d’or. De mémoire d’observateur, jamais la question du paiement des primes trimestrielles aux Agents n’aura déchaîné autant de passions au point de constituer une menace pour la paix sociale en plein sommet UE-UA à Abidjan. Il y va de la responsabilité de Ly Ramata qui a l’obligation de signer enfin l’arrêté instituant les primes en faveur des Agents dans le but de ramener le calme dans son Ministère qui défraie en ce moment la chronique avec des révélations indignes d’une République candidate à l’émergence.

                                                                                                             Aminata Touré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE