Ministère de l’Enseignement Supérieur : Les salariés dénoncent des Ponctions inhumaines sur les salaires des agents grêviste de l’Administration Centrale

Ministère de l’Enseignement Supérieur : Les salariés dénoncent des Ponctions inhumaines sur les salaires des agents grêviste de l’Administration Centrale

Alors qu’on croyait la situation apaisée au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à la suite de la suspension du mot d’ordre de grève du syndicat des agents de l’administration centrale (SYAAC) depuis le 12 juin 2018, voilà qu’une autre affaire vient mettre le feu aux poudres. En effet, des ponctions inhumaines sur les salaires allant jusqu’à 150 mille francs cfa ont été constatées en cette fin de mois.

Ce sont des agents scandalisés qu’il nous a été donné de rencontrer, qui ne comprennent pas cette duplicité de la part de l’autorité de tutelle ; comment demander aux agents de suspendre leur mot d’ordre de grève entamée depuis le 24 avril 2018 en vue de permettre la prise en compte sereine de leurs revendications et en même temps leur planter le couteau dans le dos alors qu’ils ont accepté la main tendue ? « C’est tout simplement méchant, voire inhumain de s’amuser avec le salaire des gens. Comment allons-nous vivre avec nos familles ? Comment allons-nous payer notre loyer et nos factures ? On veut nous tuer ou quoi ? », lâche une mère de famille dans tous ses états qui se dit très en colère contre la Ministre et son directeur des ressources humaines.

« Notre tutelle est allée trop loin cette fois en s’acharnant sur nos maigres revenus. Il y a visiblement une volonté manifeste de nuire », estiment les agents sur le pied de guerre pour qui ces ponctions injustifiées dénotent d’un certain mépris à l’égard du personnel administratif et technique. Ils en veulent pour preuve les grèves à répétition dans la plupart des universités, mais qui n’ont jamais subi la moindre ponction sur leurs salaires. Pourtant, quand il s’agit des agents de l’administration centrale, l’autorité de tutelle n’hésite pas à agir de manière discriminatoire même les agents en congé ont subi la ponction.

A l’évidence, les jours à venir s’annoncent mouvementés au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, à moins que l’autorité de tutelle rassure le SYAAC afin que la grande colère des agents soit apaisée.

Pour rappel, le SYAAC-MESRS dont la suspension du mot d’ordre de grève court jusqu’au 03 juillet 2018 pour laisser une chance à la discussion, revendique le paiement d’une prime trimestrielle et l’annulation de la mutation abusive du secrétaire général Modeste Zoulou.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.