Mistral : Paris suspend la vente à la Russie… mais Londres lui vend toujours des armes

Mistral : Paris suspend la vente à la Russie… mais Londres lui vend toujours des armes

David Cameron a beau les avoir interdites dès mars dernier, 251 licences de vente d’armes à la Russie ont été délivrées cette année par le gouvernement britannique et sont toujours en vigueur.

Perfide Albion ! Alors que les Britanniques, en pointe dans l’Union européenne avec les pays Baltes, ont fait pression sur Paris pour qu’il suspende le contrat des deux porte-hélicoptères Mistral avec la Russie, (pour punir le Kremlin de son soutien aux séparatistes de l’Est de l’Ukraine), Londres continue à vendre des armes à Moscou.

Pourtant le Premier ministre britannique, David Cameron, avait interdit ces ventes dès mars dernier, au début du conflit ukrainien. Mais un rapport parlementaire, publié fin juillet, avait dévoilé le pot aux roses : 251 licences de vente d’armes à la Russie ont été délivrées cette année par le gouvernement britannique et sont toujours en vigueur. Leur valeur globale est estimée à 132 millions de livres (167 millions d’euros).

Ces licences d’exportation autorisent la vente de fusils de précision, de munitions pour armes légères, de gilets pare-balles, “d’équipement cryptographique”, de communication militaire et de vision nocturne, selon ce rapport. Seules 31 licences ont été suspendues ou retirées.

A quand des sanctions efficaces ?

Pourtant en juillet le premier ministre britannique, David Cameron , n’avait pas hésité à faire la leçon à la France estimant que dans son pays il serait “impensable de mener à bien une commande [de Mistral] comme celle des Français”. Il s’était attiré une vigoureuse contre-offensive de Paris : “hypocrisie”, “double langage”, la Grande-Bretagne étant accusée de violer son propre embargo tout en faisant la leçon aux Français.

Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, avait également répondu : “Chers amis britanniques, parlons aussi de la finance. J’ai cru comprendre qu’il y avait pas mal d’oligarques russes à Londres”… En effet, les milliardaires russes sont de gros investisseurs à la City, la bourse de Londres, première place financière d’Europe. Ces oligarques russes, proches de Poutine, sont aussi parmi les premiers investisseurs dans l’immobilier de luxe londonien. Ils échappent pour l’instant aux représailles financières de l’UE.

Reste que de véritables sanctions, celles qui toucheraient le secteur pétrolier et gazier russe, première ressource du pays, frapperaient durement deux champions de l’économie française et britannique, Total et British Petroleum (BP). Ni Paris ni Londres n’en parlent.

J.-B.N.

Source: Le Nouvel Observateur

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.