Montréal, nouveau refuge pour l’argent de notables africains

Montréal, nouveau refuge pour l’argent de notables africains

Plus d’une quinzaine de ministres, hauts fonctionnaires ou hommes d’affaires africains ont été repérés dans les registres fonciers canadiens.

Echaudés par les affaires de biens mal acquis en France, des ministres, des hauts fonctionnaires africains ou leurs amis hommes d’affaires ont investi dans l’immobilier au Canada. Et ce pour un montant de plus de 23 millions d’euros effectués par une quinzaine de personnalités exposées politiquement. Ces fonds ne sont pas forcément issus d’activités illicites, mais leur provenance pose question.

Longtemps, présidents et ministres africains ont placé un pan de leur fortune dans l’immobilier en France, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Mais, dans ces trois pays, de luxueuses propriétés détenues par des familles de chefs d’Etat ont été saisies. Londres a commencé à lutter contre le blanchiment présumé sur le marché immobilier de la capitale, estimé à 115 millions d’euros par an par un comité parlementaire britannique. En France, l’affaire dite « des biens mal acquis » (BMA) a conduit la famille présidentielle de Guinée équatoriale devant les tribunaux et continue d’inquiéter des dirigeants du Gabon et du Congo-Brazzaville. Alors, où aller ?

Raccrocher au nez

Le premier à avoir été mis en examen dans les BMA en France, Wilfrid Nguesso, neveu du président du Congo, détient une maison valant près d’un million d’euros à Montréal, achetée en 2007 à travers une société domiciliée au Luxembourg, quelques mois après que les propriétés luxueuses de la famille Nguesso en France avaient été dévoilées par le rapport de l’ONG CCFD-Terre solidaire. Wilfrid Nguesso a ensuite essayé d’émigrer au Canada, mais a essuyé le refus des autorités. Son avocat canadien n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Plusieurs autres personnalités moins connues ont acheté des propriétés dont la valeur est très élevée au regard des salaires de fonctionnaire en Afrique.

Tite Kaba, chargé des titres fonciers dans l’administration congolaise, et sa femme ont investi plus de 3,5 millions d’euros dans l’immobilier québécois entre 2008 et 2017, soit directement, soit à travers des sociétés qu’ils détiennent.

De son côté, le sénateur gabonais Zéphirin Rayita et Lin Mombo, l’actuel président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes du Gabon, ont investi conjointement au Canada. En 2003, ils ont acheté un immeuble de deux étages à Montréal pour plus de 2 millions d’euros, avec une hypothèque pour la moitié de la somme. Ils l’ont revendu quatre ans plus tard. Contactés, ils n’ont pas souhaité réagir.

Achats sans hypothèque

Lin Mombo est aussi le compagnon de Marie-Madeleine Mborantsuo, la présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon – réputée proche de la présidence. C’est elle qui avait déclaré Ali Bongo vainqueur de l’élection présidentielle contestée d’août 2016. En mars, Radio France internationale (RFI) et Le Canard enchaîné ont révélé qu’elle faisait l’objet d’une enquête par les autorités françaises pour « détournements de fonds publics » et « blanchiment en bande organisée ».

Nous n’avons pas pu joindre Zéphirin Rayita. Quant à Lin Mombo, il nous a expliqué que les fonctionnaires gabonais sont très bien payés et qu’il a donc investi son salaire dans l’immobilier à Montréal. De son côté, Marie-Madeleine Mborantsuo nous a raccroché au nez sans répondre à nos questions.

La plupart des Africains fortunés repérés dans le registre foncier canadien ont acheté sans hypothèque et détiennent ces immeubles pour les louer et en tirer un revenu. Le Tchadien Ibrahim Hissein Bourma, par exemple, entrepreneur millionnaire de 28 ans ayant épousé l’une des sœurs de la femme du président Idriss Déby. En juin 2016, il a acheté pour 3,13 millions de dollars canadiens (2 millions d’euros) dix appartements d’un coup dans la tour Exalto à Griffintown, ancien quartier ouvrier du sud-ouest de Montréal qui connaît un récent boom immobilier. Le registre foncier révèle qu’il y a fait sa première acquisition en 2012 et que des membres de sa famille ainsi qu’un de leurs contacts camerounais y ont investi 3 millions de dollars canadiens supplémentaires depuis cinq ans.

Contacté par nos confrères du Journal de Montréal, il a fait l’éloge de la stabilité du marché immobilier canadien et affirmé qu’il songeait à y scolariser ses enfants.

Faiblesses législatives

Pour l’avocat William Bourdon, responsable de l’association Sherpa qui est derrière l’affaire des BMA, les familles politiques africaines « vont diversifier leurs placements et les externaliser en fonction d’un seul critère : la sécurité juridique que leur offrent certains territoires ». Marc Guéniat, enquêteur pour l’ONG suisse Public Eye, estime lui aussi que, la France étant devenue infréquentable depuis l’affaire les BMA, « le Québec, en tant que région francophone, constitue une alternative intéressante ».

Le Canada est d’autant plus attractif que l’origine des fonds utilisés pour les achats immobiliers ne suscite que peu de questions. Un récent rapport de Transparency International a pointé les faiblesses législatives du Canada pour lutter contre le blanchiment d’argent.

Lire la suite sur lemonde.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE