Mort du colonel Sam Akaki: Assassinat ou simple accident ? (Lu pour vous sur un site pro-ouattara/Soro)

Mort du colonel Sam Akaki: Assassinat ou simple accident ? (Lu pour vous sur un site pro-ouattara/Soro)

Assassinat ou simple accident ?

Le Lieutenant-colonel de la Gendarmerie commandant la 4e légion basée à Korhogo, Konan Konan Sam Akaki Mle 2481, n’est plus. Il a trouvé la mort sur l’autoroute du nord au PK 68 dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 novembre 2014, mais sa disparition suscite des interrogations. Selon des sources proches du défunt le lieutenant-colonel se rendait à un séminaire à Grand-Bassam. Il a passé la nuit à Yamoussoukro avant de prendre le chemin d’Abidjan, dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 novembre 2014, avant que sa famille ne soit appelée plus tard par les sapeurs-pompiers d’un accident qu’il aurait coûté la vie.

Approchés, ils ont aperçu un corps inerte, la ceinture attachée et la victime atteinte à la tête. C’est alors qu’ils ont fait appel aux sapeurs-pompiers qui, à leur tour ont pu joindre la famille. Que s’est-il réellement passé ? Seuls les patrouilleurs, les agents des sapeurs-pompiers militaires et l’autopsie de son corps pourront déterminer les conditions exactes dans lesquelles  le Lieutenant-colonel de la Gendarmerie commandant la 4e légion basée à Korhogo Konan Konan Sam Akaki Mle 2481, a trouvé la mort

Les premières révélations sur la mort du gendarme font état de ce que le corps a été retrouvé dans la voiture, la ceinture de sécurité attachée, mais Sam Akaki était atteint a la tête. Selon les premiers renseignements, la voiture serait en mode normale, les roues sur le goudron et non les 4 pneus en l’air. Ce sont les patrouilleurs des véhicules de patrouilles sur l’autoroute qui, après plusieurs allers et retours ont constaté l’état d’immobilisme prolongé dans lequel le véhicule du commandant la 4e légion basée à Korhogo était au petit matin du mercredi 26 novembre 2014.

Approchés, ils ont aperçu un corps inerte, la ceinture de sécurité attachée et la victime atteinte à la tête. C’est alors qu’ils ont fait appel aux sapeurs-pompiers qui, à leur tour ont pu joindre la famille. Que s’est-il réellement passé ? Seuls les patrouilleurs, les agents des sapeurs-pompiers militaires et l’autopsie de son corps pourront déterminer les conditions exactes dans lesquelles  le Lieutenant-colonel de la Gendarmerie commandant la 4e légion basée à Korhogo Konan Konan Sam Akaki Mle 2481, a trouvé la mort.

Kpan Charles

Source: lepointsur.com

About admin

2 comments

  1. Gbagbo n’est plus au pouvoir

    et les meurtres continuent de plus belle. Si on faisait un peu le décompte de tous ces meurtres et assassinats anonyme d’ivoiriens depuis le 11 avril 2011?

    Ceux qui gueulaient hier sur tous les toits du monde Gbagbo tue nos parents c’est un génocidaire, un dictateur…

    Les Vuvuzela contre les ”crimes de Gbagbo”, ils se taisent maintenant tout à coup, soudainement, brusquement …comme par hasard!

    et ça tue, et vas-y que la police politique et la DST de Ouatara Dramane voit des coups d’Etat partout, choisi des cibles isolés pour les détruire, ….

    MERDE²

    Ouatara Dramane, que dis-tu de ces assassinats d’ivoiriens et non des moindres qui ne sont pas nordistes, qui ne sont pas RDR…tous les jours que Dieu fait!

  2. Tous ceux qui ont participe aux bombardements des institutions et massacres des
    Ivoiriens pour de l’argent ou par haine de Gbagbo vont payer de leur vie et leur mort
    sera aussi attroce.
    Ce Monsieur etait le patron du camp de gendarmerie de toroguhe (daloa) pendant la crise.
    C’est lui qui a permis la chute facile de daloa.
    Tous ceux qui ont vendu la Cote d’ivoire au mossi payeront de leur vie et d’une maniere attroce
    par le meme mossi.
    On ne fait pas deal avec le diable. Tu payes toujours le prix. Ils l’ont utilise, ils sont au pouvoir,
    ils ont vu les regrets dans ses yeux, ils l’ont elimine pour qu’il ne leur fasse pas la meme chose.
    Un traitre est un traitre. sa vie n’est pas plus importante que ces milliers de jeunes ivoiriens calcines
    devant le palais pour proteger leur pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.