Mort d’un jeune afro-américain tué par un policier dans le Missouri: Le Missouri ne décolère pas malgré l’appel au calme d’Obama | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Mort d'un jeune afro-américain tué par un policier dans le Missouri: Le Missouri ne décolère pas malgré l'appel au calme d'Obama
Mort d’un jeune afro-américain tué par un policier dans le Missouri: Le Missouri ne décolère pas malgré l’appel au calme d’Obama

Mort d’un jeune afro-américain tué par un policier dans le Missouri: Le Missouri ne décolère pas malgré l’appel au calme d’Obama

Le président Barack Obama a appelé, mardi, à l’apaisement après la mort d’un jeune afro-américain tué par un policier dans le Missouri. De nombreux habitants crient au racisme et se rassemblent chaque soir. Une enquête du FBI est en cours.

Les tensions autour de la mort du jeune afro-américain du Missouri, Michael Brown, inquiètent jusqu’au sommet de l’État américain. Barack Obama en personne a appelé, mardi 12 août, à l’apaisement : “La mort de Michael Brown est douloureuse et Michelle et moi-même faisons part de nos sincères condoléances à sa famille et sa communauté”, indique-t-il dans un communiqué de la Maison Blanche. Reconnaissant que “les événements de ces derniers jours ont déchaîné les passions”, le président américain appelle au dialogue et à la compréhension. “Nous devrions nous réconforter et parler ensemble de façon apaisante et non blessante”, ajoute-t-il.

Depuis dimanche, Ferguson, petite ville 23 000 habitants dans la banlieue de St Louis (Missouri), est le théâtre de violentes émeutes pour dénoncer la mort, dans des circonstances controversées, de Michael Brown et le racisme de la police qui – sur 53 agents – n’en compte que trois appartenant à la communauté afro-américaine.

Selon un témoin, le jeune homme de 18 ans marchait dans la rue quand un policier s’en est pris à lui et a tiré sur l’adolescent, qui avait les mains en l’air. Du point de vue de la police, en revanche, Michael Brown a été tué après avoir agressé un agent et tenté de lui dérober son arme. Le FBI, rappelle Barack Obama dans son communiqué, a ouvert une enquête sur d’éventuelles violations des droits civiques qui complètera l’enquête menée par celle de la police du comté de St Louis.

Troisième nuit de débordements

Mais l’intervention du président ne semble pas avoir calmé les esprits, les émeutes ayant repris de plus belle, dans la nuit de mardi à mercredi, pour le troisième jour d’affilé. Selon la presse locale, la police a, une fois encore, fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Une femme a reçu, en fin de soirée, une balle dans la tête. Les autorités n’ont, pour l’heure, pas confirmé l’état de la victime, ni si la blessure avait été infligée durant les manifestations.


  


Plus tôt dans la soirée, deux rassemblements pacifiques ont été organisés pour demander que “justice soit faite”. Quelques responsables politiques et religieux ont également pris la parole et appelé au calme, tandis que la foule entonnaient des chants en hommage à Michael Brown.

Lors des deux nuits précédentes, deux policiers ont été blessés et 32 personnes interpellées pour le pillage de 12 magasins. Par crainte pour la sécurité de l’agent impliqué, le chef de la police a indiqué que le nom du tireur ne serait pas dévoilé.

Le cas Trayvon Martin

La mort de Michael Brown est “de nouveau la mort absurde d’une personne de couleur”, a estimé l’avocat de la famille Benjamin Crump. Ce dernier s’est fait connaître en défendant la famille de Trayvon Martin, un jeune afro-américain abattu en 2012 par un vigile de quartier en Floride. Comme dans le cas Michael Brown, sa mort puis l’acquittement du tireur, George Zimmerman, dont les jurés ont considéré qu’il avait agi en légitime défense alors que Trayvon Martin n’était pas armé, avaient provoqué l’indignation de tout le pays. Des manifestations s’étaient également propagées bien au-delà de la Floride.

Tout en se gardant de critiquer le verdict, Barack Obama s’était alors longuement exprimé sur cette affaire, évoquant la “douleur” provoquée par cette décision de justice, au sein de la communauté noire. Le président avait également exprimé sa propre émotion : “Lorsque Trayvon Martin a été abattu, j’ai dit qu’il aurait pu être mon fils. Une autre façon de le dire, c’est qu’il y a 35 ans, j’aurais pu être Trayvon Martin.”

Avec AFP

Source: france24

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.