Mugabe riposte aux attaques contre son régime et met en garde les ambassadeurs occidentaux contre toute ingérence

Mugabe riposte aux attaques contre son régime et met en garde les ambassadeurs occidentaux contre toute ingérence

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a mis en garde mercredi les ambassades occidentales contre toute ingérence dans les affaires politiques du Zimbabwe.

Certaines ambassades travaillent avec certains membres du parti au pouvoir, le Zanu-PF, dans le but de déstabiliser le pays et de favoriser un changement de régime dans le pays, a noté le président Mugabe.

“Les ambassade étrangères qui interfèrent avec nos politiques (…) même si elles le font en privé, de manière clandestine. Je veux les prévenir qu’elles doivent cesser”, a déclaré M. Mugabe.

“Ceux qui tentent de corrompre nos systèmes de gouvernement et de faire des choses qui reviennent à corrompre le gouvernement actuel et son autorité, arrêtez ça”, a affirmé le président, en s’adressant à un rassemblement de milliers de partisans de son parti, dont des ex-combattants de la libération, dans la capitale du pays.

Cette réunion a eu lieu après un incident dans lequel des ex-combattants de la libération auraient publié la semaine dernière un communiqué sévère dans lequel ils auraient fustigé M. Mugabe pour mauvaise direction et mauvaise gestion de l’économie, et l’auraient appelé à démissionner.

Dans une attitude de défi, M. Mugabe a déclaré qu’il ne démissionnerait que si son parti le lui demandait.

“Tant que le parti continue de vouloir que je serve, et tant que j’ai l’énergie et la vie et la bénédiction de Dieu, je continuerai”, a déclaré M. Mugabe, aujourd’hui âgé de 92 ans, au pouvoir au Zimbabwe depuis l’indépendance du pays du Royaume-Uni en 1980.

Le président Mugabe a déclaré que son parti avait lancé une enquête sur l’origine de ce communiqué, dans la perspective de prendre des mesures contre toute personne reconnue responsable.

Il a également mis en garde les dirigeants religieux, dont un religieux qui a récemment organisé un mouvement d’abstention à l’échelle nationale, de ne pas interférer dans la politique, déclarant que le Zanu-PF ne tolèrerait aucune action déraisonnable menée au nom de la religion.

M. Mugabe a sommé les dirigeants du parti accusés de mener des factions pour sa succession de démentir publiquement ces allégations si elles sont infondées. Il a appelé son parti à rester uni et vigilant face aux ennemis qui tentent de le déstabiliser.

Le parti de M. Mugabe a été affecté par des luttes intestines intenses qui ont gagné en puissance ces derniers mois car certains hauts responsables du parti tentent de se positionner en vue de prendre la relève du chef d’État vétéran quand il partira.

Ces luttes intestines ont été aggravées par le fait que M. Mugabe n’a désigné aucun héritier putatif, déclarant simplement que son parti choisirait le dirigeant.

M. Mugabe a déjà été élu par le Zanu-PF comme candidat officiel du parti à la présidentielle de 2018, à la date de laquelle il sera âgé de 94 ans.

Source: Xinhua

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE